Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Le duel jusqu'au bout !    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    El Tarf : L'APW dans une bulle    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    LG partage un Iftar avec la presse nationale    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Le MC Oran exposé à la saignée    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etudiants et enseignants au rendez-vous
BEJAIA
Publié dans L'Expression le 24 - 04 - 2019

Le mouvement national pour le départ du système et ses principaux symboles s'est de nouveau invité, hier, à Béjaïa à travers une imposante marche des étudiants, des travailleurs et enseignants de l'université de Béjaïa.
La rue n'a rien perdu de son ton. Hier, les étudiants, les travailleurs et les enseignants de l'Université Abderahmane-Mira ont de nouveau marché dans les rues de Béjaïa, avec la même mobilisation que les précédentes marches à leur actif.
La manifestation, qui s'est ébranlée du campus de Targa Ouzemour, a regroupé, hier, des milliers d'étudiants, de travailleurs et d'enseignants de cette institution universitaire qui est restée fidèle à son rendez-vous hebdomadaire de mardi. La marche s'est déroulée dans le calme et dans une ambiance bon enfant, sur un parcours en boucle assez long, marqué par un arrêt devant la wilaya. «Pour une université de qualité, non à l'élection présidentielle, pour une justice équitable et non au règlement de comptes clanique, pour le départ du système et tous ses symboles, pour une Algérie libre, plurielle et démocratique» et bien d'autres slogans ont été brandis et scandés hier, par les manifestants. «On veut un changement de système» écrit-on sur une pancarte. «Les étudiants exigent le départ de tout le système et refusent le jeu de division», lit-on sur une autre banderole. Les dernières mesures prises par les autorités n'ont pas aussi rendu caducs les slogans avec lesquels est né le mouvement de rue à l'échelle du pays, dont celui rappelant toujours que l'Algérie est une «République et non une monarchie.» Plus déterminés et plus mobilisés, les étudiants de Béjaïa ont marqué le rendez-vous hebdomadaire. Ils étaient là avec d'autres corporations de l'institution, pour dire halte aux manipulations diverses visant à semer le doute au sein du mouvement. «Nous n'abdiquerons pas et nous saurons contrecarrer toutes les manoeuvres du système qui tente de se maintenir contre vents et marées», affirment unanimement les marcheuses et les marcheurs qui, drapés de l'emblème national et du drapeau identitaire ont rejeté en bloc les tractations de Abdelkader Bensalah, chef d'Etat par intérim. Comme tous les autres «B», ce dernier figure encore sur la liste des symboles dont le départ ne peut qu'être le début de la solution. Une solution qui ne peut être que politique aux yeux des manifestants. Celle-ci passe par la désignation d'une instance de transition et d'un gouvernement d'entente nationale. Pour les étudiants, les travailleurs et les enseignants de l'université de Béjaïa, le traitement des dossiers judiciaires actuels n'est que de la poudre aux yeux. Si le jugement de la mafia doit avoir lieu, il ne peut l'être qu'après règlement de la crise politique et ne peut être fait que par un pouvoir légitimement élu par le peuple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.