Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le bilan de la pandémie de Covid-19 à 11H00 GMT    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Toujours pas de conclusions    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    37 milliards de centimes de créances à recouvrer    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les universitaires haussent le ton
MARCHE IMPOSANTE HIER À ALGER
Publié dans L'Expression le 24 - 04 - 2019

Une minute de silence a été observée par les étudiants à la mémoire des victimes de l'effondrement d'un immeuble à la casbah d'Alger.
Ils ont investi de nouveau les rues de la capitale. Les étudiants étaient présents en force à la marche hebdomadaire du mardi. Ils sont venus de toutes les universités d'Alger et même de celle des wilayas limitrophes pour crier, haut et fort, le fameux slogan «dégagez tous». Drapeaux et pancartes ont orné les artères de la capitale. Pour la neuvième fois consécutive, les étudiants se montrent infatigables et réclament la liberté d'expression et le changement profond du système de manière pacifique.
«Oh, viva l'Algérie, yetnahaw gaâ», «On demande le départ de toute El issaba», «vous avez ruiné le pays, vous êtes des voleurs», «Algérie libre et démocratique», scandaient des milliers d'étudiants. La manifestation d'hier a pris une autre couleur en s'adaptant aux derniers événements qui ont marqué l'actualité nationale. Les discussions de Bensalah, les interpellations par la justice et même la tragédie qui a secoué la Casbah étaient au centre de la manifestation.
Une minute de silence a été observée par les étudiants à la mémoire des victimes de l'effondrement d'un immeuble à la casbah d'Alger. «La Casbah des chouhada», scandaient les manifestants après cette pause en signe d'interpellation des responsables. Ces derniers ont tenu même à répondre sur les négociations échouées lancées par Bensalah et les agissements de la justice. «Ni récupération ni manipulation, l'Algérien est conscient», «les symboles de la corruption sont les partis FLN, RND, TAJ, MPA s'ils ne seront pas dissous, rien ne changera». «En tant que juristes nous demandons le départ de tous les symboles du système et l'ouverture des enquêtes contre ceux qui ont contribué à la dilapidation des biens du peuple», «libérez la justice pour pouvoir guérir le pays, on veut des faits et non pas des paroles», «Nous refusons de négocier avec une force non constitutionnelle», «Salah a boudé les négociations de Bensalah», lit-on sur les dizaines de pancartes. La manifestation a été marquée par la présence de l'une des héroïnes de la révolution, Djamila Bouhired qui a tenu à marcher aux côtés des étudiants.
«Nous devons continuer le combat pour honorer la mémoire de nos chouhada et libérer le pays», disait-elle à l'adresse des jeunes étudiants. Les étudiants ont réussi hier à occuper la place de la Grande Poste sans aucune difficulté.
Or, ces derniers ont été empêchés de passer par le tunnel des facultés pour rejoindre la place Maurice Audin. Un important dispositif des agents antiémeute a été installé sur l'avenu Pasteur pour bloquer le passage aux étudiants. Seuls les automobilistes ont été autorisés. Des heurts ont failli éclater entre les étudiants et les forces de l'ordre à cause d'un groupe d'intrus qui faisait dans la provocation. Fort heureusement les étudiants se sont retirés pour éviter le pire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.