Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    L'ancien ministre des Finances, Benkhalfa: La récupération du foncier industriel, une «décision judicieuse»    Un léger mieux mais... Le casse-tête de la liquidité bancaire    Le discours officiel à l'épreuve    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Sarkozy condamné à 3 ans de prison pour corruption    MCO - Licence professionnelle: Les supporters retiennent leur souffle    WA Tlemcen: Un état d'esprit à préserver    SCM Oran: Vers le dépôt des licences au niveau de la DJS    Disparition de Fekri: Un corps repêché à Cap Rousseau    Le confinement partiel reconduit    Ballotés entre la wilaya et l'APC: Les concessionnaires privés chargés de la collecte dans l'impasse    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Le Pr Djenouhat invite les épidémiologistes à approfondir les enquêtes    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Après la défaite concédée face à la JSK : Amrani en sursis, les joueurs mis à l'index    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Le décret publié au "Journal officiel"    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestation pacifique sur fond de grève générale
Béjaïa
Publié dans Liberté le 11 - 04 - 2019

La ville de Béjaïa a de nouveau été, hier, le théâtre d'une imposante marche contre le système, improvisée par des milliers de travailleurs issus principalement des différentes institutions publiques qui étaient déjà paralysées par une grève générale depuis le dimanche 7 avril. Il était 11h30 lorsqu'une immense foule, rassemblée sur l'esplanade de la maison de la culture Taos-Amrouche, a initié cette énième démonstration de rue pour dénoncer le "coup de force" du pouvoir qui cherche à gagner du temps afin de pérenniser le régime politique en place depuis 57 ans. Quelques minutes après l'entame de la marche, les rangs de la foule se verront grossir avec l'arrivée de centaines d'étudiants et d'enseignants de l'université Abderrahmane-Mira, mais aussi d'autres militants et citoyens lambda. "Système dégage !", "Bensalah démissionnez", "Yetnahaw gaâ, gaâ !" (Dégagez tous !), "Le peuple n'est pas dupe, M. Gaïd Salah", "Le peuple veut le départ de tout le système"…, ce sont là les principaux slogans mis en avant par les manifestants, hier, dans les rues de Béjaïa. Plusieurs fonctionnaires de l'Etat, notamment ceux relevant des secteurs des finances (banques, Trésor public…), du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale (Ansej, Cnac, Angem, Anem, Cnas…), du ministère de l'Habitat (Enpi, Opgi…), des Collectivités locales, etc., ont arboré tout au long de leur parcours des banderoles réaffirmant leur engagement et leur détermination à rester mobilisés aux côtés du peuple algérien qui réclame pacifiquement le départ inconditionnel du système. Les manifestants qui se sont donné rendez-vous pour la marche du 8e vendredi de mobilisation contre le système, prévue demain après-midi au chef-lieu de wilaya, n'ont pas cessé de clamer haut et fort : "Bensalah dégage !", "Son Excellence le peuple vous dit : partez tous !" Notons que cette manifestation de rue a été ponctuée par une grève entamée depuis dimanche dernier. En plus des administrations publiques, de nombreuses entreprises publiques économiques, à l'instar du port (EPB) et sa filiale BMT, la direction régionale de Sonatrach, la SDE (ex-Sonelgaz), les agences postales, les Actel (Algérie Télécom), les banques étatiques…, ont été paralysées par ce mouvement de grève qui aura duré quatre jours consécutifs. "Les tenants du pouvoir doivent savoir aujourd'hui que le peuple algérien s'est réveillé et a décidé d'en découdre avec ce système. Nous disons à Gaïd Salah, qui nous parlait de bande de malfaiteurs (Issaba), que Bensalah en fait partie. Ce dernier était déjà au pouvoir avant même l'arrivée de Bouteflika en avril 1999. Nous voulons du sang neuf. Un changement radical du système s'impose. Ce qui exige le départ de l'ensemble des dignitaires du régime", nous dira le militant syndicaliste Rabah Rezgui, ancien cadre du MDS, à l'issue de cette marche qui s'est déroulée dans le calme.

KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.