Le Président Tebboune présente ses condoléances à la famille de l'avocate Terrafi Yasmine    Signature d'une convention entre le ministère des Affaires religieuses et l'ONPLC    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Les 13 manifestants acquittés    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Tiaret: Près de 1.800 logements attribués    DENSIFICATION    Oran: trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Révision de la Constitution: Les propositions du MSP    Complexité insurmontable ?    Institut Cervantès: Un riche programme éducatif et culturel pour juillet    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Flambée des prix des climatiseurs    Le financement participatif bientôt opérationnel    Ouyahia et Sellal rejettent en bloc les charges retenues contre eux    Confinement de 13h à 5h pour 18 communes    Près de 300 migrants interceptés par la Turquie    Un sixième centre de dépistage mis en service à Oran    Réception prochaine d'un service des urgences médico-chirurgicales    Les commerçants tirentla sonnette d'alarme    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    "Le 7e art a permis un changement profond dans les révolutions"    Epopée d'un pays en construction    Eléments constitutionnels de "l'Etat démocratique et social"    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    La Juventus pied au plancher, la Lazio au rattrapage    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    Enfin !    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Le ministre des sports répond a Taoufik Makhloufi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Makri se défend d'avoir comploté
Publié dans L'Expression le 15 - 05 - 2019

«Police d'assurance.» Il y avait dans la prestation du président du MSP, Abderrezak Makri, au forum d'El-Moudjahid, lundi dernier, comme le signe d'une mise au point anticipée sur ses relations passées avec Saïd Bouteflika. Un peu comme s'il craignait de se voir impliqué comme Louisa Hanoune dans l'affaire de Toufik, Tartag et Saïd. «Je défie quiconque qui pourrait nous accuser de vouloir comploter contre le pays» a-t-il cru bon de préciser. Si ce n'est pas de la panique, cela y ressemble un peu. Choisir le forum d'El-Moudjahid au lieu de toutes les autres tribunes existantes ne tient pas du hasard. S'y rendre trois jours après la mise sous mandat de dépôt de la SG du PT, n'est pas sans raison non plus. Voilà comment Makri se défend sur sa rencontre avec Saïd Bouteflika. Il affirme lui avoir «présenté son initiative du consensus en toute transparence et sans aucune ambiguïté». Makri a même eu le souci de faire part à Saïd Bouteflika qu'il «conditionnait son initiative par l'adhésion des partis de l'opposition et l'état-major de l'ANP». C'est lui qui le dit. D'autant que l'unanimisme qu'il évoque relève plus du fantasme que de la réalité politique, surtout depuis le
22 février dernier. De toutes façons, il n'est pas facile de suivre Makri dans ses raisonnements. Comme pour la sortie de crise qui, selon lui, «passe par la démission du président du Conseil constitutionnel actuel pour que le chef de l'Etat désigne une personnalité de consensus cautionnée par le Hirak, à condition qu'il démissionne, à son tour, et qu'il soit remplacé par une autre personnalité civile qui veillera, dans un délai n'excédant pas 9 mois, à former un gouvernement de consensus, avant la tenue d'élections supervisées par une commission indépendante». De quelle personnalité et de quel consensus «cautionnés par le Hirak» parle Makri? De Taleb Ibrahimi dont le nom a été évoqué sur quelques pancartes, ou de Mustapha Bouchachi très actif lors des marches? Il dit accepter «toutes les personnalités cautionnées par le Hirak pour la gestion de la période de transition». Naïveté ou ruse? Il sait que si le Hirak ne s'est pas structuré jusque-là et n'a pas de représentants c'est précisément parce qu'il est traversé par plusieurs courants inconciliables. Il a fini par faire part de son désir de négocier directement avec l'armée. «Comme dans tous les pays du monde» dit-il comme pour banaliser sa condition. Insaisissable le Makri!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.