Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Consécration du 22 février Journée nationale, un acquis pour le peuple et pour l'Algérie    Etiquetage des produits originaires du Sahara occidental : les clarifications de la nouvelle Commission européenne    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    HIRAK : quo vadis ?    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Madar joue la carte des «primes »    Qui pour driver l'équipe samedi ?    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ce dont j'ai discuté avec Saïd Bouteflika»
Makri livre des détails
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 05 - 2019

On en sait un peu plus sur la rencontre qu'a eue le président du MSP avec le frère-conseiller de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika, poussé à la démission par le mouvement populaire en cours dans le pays depuis le 22 février dernier.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Evoquant un peu plus en détails sa rencontre avec le frère-conseiller du président de la République poussé à la démission, le président du MSP a soutenu, hier lundi, que ladite rencontre s'était tenue au «palais présidentiel d'El-Mouradia et que c'est la présidence de la République qui l'a désigné pour ce faire».
Un conclave précédé de «deux autres rencontres avec respectivement Tayeb Louh et Abdelkader Messahel en tant que représentants de la présidence de la République». Des interlocuteurs auxquels Abderezzak Makri affirme, au forum du quotidien El Moudjahid dont il fut l'invité, avoir proposé le «report» des élections avortées du 18 avril dernier. Le président du MSP avoue également avoir demandé une rencontre avec le chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale, mais en vain.
Et à Makri de recourir à la citation bien établie chez nous, «celui qui n'a pas de foin dans son ventre ne craint pas le feu», pour signifier toute «absence de crainte» chez lui quant à un sort similaire à celui de la secrétaire générale du PT, placée en détention provisoire, jeudi dernier, après avoir été entendue au tribunal militaire de Blida dans l'affaire Tartag-Toufik-Saïd Bouteflika. A ce propos, il signifie son «refus de toute incarcération d'un chef de parti pour ses idées politiques», avant de préciser que la justice militaire «se doit de communiquer quant à ce qui est reproché à Louisa Hanoune».
Aussi, Makri soutient avoir rendu compte de ces rencontres à nombre de chefs de partis et d'acteurs politiques, citant, entre autres, Mohcine Belabbas, Ali Benflis, Karim Tabbou.
Par ailleurs, le président du Mouvement de la société pour la paix estime que ceux qui tiennent à la tenue de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain «mènent le pays vers l'aventure», réitérant son appel à l'institution militaire à accompagner une transition démocratique.
Makri a soutenu, en effet, que ceux qui tiennent mordicus au déroulement de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain «ne font que mener le pays à l'aventure et vers une situation très dangereuse».
A plus forte raison que, explique-t-il, «l'Algérie s'apprête à endurer une période très délicate sur le plan économique et qui nécessite la conjugaison des efforts de tout le monde pour un consensus. «Nous ne devons pas émietter et effriter la cohésion des Algériens notamment en cette phase cruciale. Ce pourquoi, ajoute-t-il, «les élections du 4 juillet ne travaillent pas l'intérêt du pays et nous pensons qu'elles ne se tiendront pas». Un scrutin auquel le parti qu'il dirige n'y prendra pas part, soutient Makri, pour avoir pris la résolution de se ranger du côté de la majorité du peuple qui refuse ces élections. Sauf que le président du MSP précise que le premier et dernier mot dans cette affaire reviendra au conseil consultatif national du mouvement qui tranchera prochainement pour adopter la position finale.
Invitant le chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale à accompagner une transition démocratique, le président du MSP a tenu à rassurer en affirmant que cette transition ne aurait dépasser une année, recommandant la poursuite du mouvement populaire pour imposer cette option. Un mouvement populaire dont Makri récuse la structuration comme souhaité par certaines voix.
Répliquant à ceux qui lie le non-déroulement des prochaines élections au balancement du pays dans une phase de vide constitutionnel, le président du MSP a affirmé que nous y sommes déjà avec, a-t-il cité, le report de l'élection présidentielle du 18 avril dernier. Il a appelé, dans ce sens, à une lecture plus large et plus souple de l'article 102 de la Constitution.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.