Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    La constitutionnalisation de l'ANIE: un gage de transparence de tout scrutin    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    La colère de Zeghmati    Le procureur veut alourdir les peines pour Ouyahia et Eulmi    "Réunir la famille du FFS sous un même toit"    Louisa Hanoune pointe "une régression des libertés"    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Dumas : "Je suis satisfait"    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans le vol de véhicules    Les spécialistes plaident pour des décisions prudentes    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Les paramédicaux face à la sourde oreille de la DSP de Bouira    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    JSMB : La saignée a commencé    AGEx de la SSPA/USM el Harrach : Retrait de confiance à Laïb acté aujourd'hui    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Importation: Pas de retour aux licences    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Bouira - Algérie Télécom : forum sur les nouvelles technologies numériques    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ce dont j'ai discuté avec Saïd Bouteflika»
Makri livre des détails
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 05 - 2019

On en sait un peu plus sur la rencontre qu'a eue le président du MSP avec le frère-conseiller de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika, poussé à la démission par le mouvement populaire en cours dans le pays depuis le 22 février dernier.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Evoquant un peu plus en détails sa rencontre avec le frère-conseiller du président de la République poussé à la démission, le président du MSP a soutenu, hier lundi, que ladite rencontre s'était tenue au «palais présidentiel d'El-Mouradia et que c'est la présidence de la République qui l'a désigné pour ce faire».
Un conclave précédé de «deux autres rencontres avec respectivement Tayeb Louh et Abdelkader Messahel en tant que représentants de la présidence de la République». Des interlocuteurs auxquels Abderezzak Makri affirme, au forum du quotidien El Moudjahid dont il fut l'invité, avoir proposé le «report» des élections avortées du 18 avril dernier. Le président du MSP avoue également avoir demandé une rencontre avec le chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale, mais en vain.
Et à Makri de recourir à la citation bien établie chez nous, «celui qui n'a pas de foin dans son ventre ne craint pas le feu», pour signifier toute «absence de crainte» chez lui quant à un sort similaire à celui de la secrétaire générale du PT, placée en détention provisoire, jeudi dernier, après avoir été entendue au tribunal militaire de Blida dans l'affaire Tartag-Toufik-Saïd Bouteflika. A ce propos, il signifie son «refus de toute incarcération d'un chef de parti pour ses idées politiques», avant de préciser que la justice militaire «se doit de communiquer quant à ce qui est reproché à Louisa Hanoune».
Aussi, Makri soutient avoir rendu compte de ces rencontres à nombre de chefs de partis et d'acteurs politiques, citant, entre autres, Mohcine Belabbas, Ali Benflis, Karim Tabbou.
Par ailleurs, le président du Mouvement de la société pour la paix estime que ceux qui tiennent à la tenue de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain «mènent le pays vers l'aventure», réitérant son appel à l'institution militaire à accompagner une transition démocratique.
Makri a soutenu, en effet, que ceux qui tiennent mordicus au déroulement de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain «ne font que mener le pays à l'aventure et vers une situation très dangereuse».
A plus forte raison que, explique-t-il, «l'Algérie s'apprête à endurer une période très délicate sur le plan économique et qui nécessite la conjugaison des efforts de tout le monde pour un consensus. «Nous ne devons pas émietter et effriter la cohésion des Algériens notamment en cette phase cruciale. Ce pourquoi, ajoute-t-il, «les élections du 4 juillet ne travaillent pas l'intérêt du pays et nous pensons qu'elles ne se tiendront pas». Un scrutin auquel le parti qu'il dirige n'y prendra pas part, soutient Makri, pour avoir pris la résolution de se ranger du côté de la majorité du peuple qui refuse ces élections. Sauf que le président du MSP précise que le premier et dernier mot dans cette affaire reviendra au conseil consultatif national du mouvement qui tranchera prochainement pour adopter la position finale.
Invitant le chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale à accompagner une transition démocratique, le président du MSP a tenu à rassurer en affirmant que cette transition ne aurait dépasser une année, recommandant la poursuite du mouvement populaire pour imposer cette option. Un mouvement populaire dont Makri récuse la structuration comme souhaité par certaines voix.
Répliquant à ceux qui lie le non-déroulement des prochaines élections au balancement du pays dans une phase de vide constitutionnel, le président du MSP a affirmé que nous y sommes déjà avec, a-t-il cité, le report de l'élection présidentielle du 18 avril dernier. Il a appelé, dans ce sens, à une lecture plus large et plus souple de l'article 102 de la Constitution.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.