PLF 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Juventus : Ronaldo ne sera pas sanctionné    Para-athlétisme/Mondial-2019 (Lancer du poids F32): Mounia Gasmi décroche le bronze    Les programmes de logements réalisés par des entreprises algériennes    L'Algérie souhaite installer une industrie locale des énergies renouvelables    Sit-in des professeurs d'enseignement primaire à Alger    Procès en cours de 42 militants du Hirak (Vidéo)    JUSTICE : Vers le recrutement de 274 magistrats    CORRUPTION : Le procès d'Ouyahia, Sellal et 3 ex-ministres fin novembre !    Crimes contre les civils sahraouis: l'Association des juristes démocrates condamne    De fortes pluies continueront d'affecter plusieurs wilayas de l'Est    RECEPTIONNES EN 2013 : 120 logements sociaux non encore attribués à El-Kerma    De nouvelles élections dans un climat crispé    Marche contre l'islamophobie à Paris    La filière de l'Europe de l'Est se prépare    L'offensive de Benmessaoud    Est-ce le déclic pour la JSMB ?    "Le pouvoir est pris de panique"    Un budget 2020 déséquilibré    La communauté internationale appelée à faire pression sur le Maroc pour éliminer son «mur de la honte»    4 morts et 2 blessés à Djelfa    Hassen Ferhani présente "La reine du Sahara" à Alger    Une fatwa ratée pour une reine répudiée    Timide présence du livre algérien en l'absence de ses éditeurs    ACTUCULT    Liban: des milliers de manifestants dans la rue    Festival de danse contemporaine: prestations diverses sur "la recherche et la compréhension de soi"    Transport maritime : Report et annulation de plusieurs rotations vers Marseille    Tunisie : Ghannouchi et les islamistes veulent la présidence de l'Assemblée    Benlamri offre la qualification à Al Shabab Essaoudi    Les Prix du concours de récitation du Coran et des Hadiths remis vendredi    Benflis s'engage à satisfaire les demandes du Hirak    Ligue 2: Du retour du RCR à la déception du WAT    Présidentielle: Une campagne électorale pas comme les autres    Lancement hier de la vaccination contre la grippe saisonnière: Plus de 60.000 doses et plus de 200 médecins et infirmiers mobilisés     Constantine - Caravane de sensibilisation sur les dangers du monoxyde de carbone    Bouira - Collision sur l'autoroute : 3 blessés    Algérie-Zambie et Algérie Botswana : Liste des 23 joueurs convoqués    Ligue 1 (10e journée) : Le CRB chute à Constantine, l'ESS et le CABBA renouent avec la victoire    Bouira: 70 exposants participent à la foire locale de l'artisanat traditionnel    CAF Awards 2019 : Dix Algériens parmi les nominés pour le Onze-type de l'année    Jeunes porteurs de projets économiques: Le ministère de Travail annonce une bonne nouvelle    Présidentielle du 12 décembre prochain: Benflis prévoit des réformes politiques, économiques et sociales dans son programme électoral    Le porte-parole du candidat à la présidentielle, Abdelaziz Belaid Il est venu le temps de remplacer la légitimité révolutionnaire par la légitimité ...    Présentation du projet de loi modifiant le Code de procédure pénale: Zeghmati dévoile les grandes lignes du plan judiciaire    Morales lance un appel au dialogue    Parution : "Medghacen, histoires secrètes", regards croisés sur le plus ancien mausolée royal    24e SILA: L'édition africaine commune "très faible"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ébauche d'une solution
CRISE ET TRANSITION POLITIQUE
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2019


Quelle solution à la crise?
Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles doivent aller au-delà de l'appel et s'impliquer totalement dans la transition. Ils bénéficient du respect de l'ensemble de la classe politique et de l'opinion nationale.
Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles ont fait une offre claire et sans équivoque. En invitant le commandement de l'ANP à ouvrir les canaux d'un dialogue direct avec les représentants de l'opposition et de la société civile, les trois personnalités tracent, néanmoins, un cadre, susceptible d'être étroit pour la vision qu'a l'armée de son propre rôle dans la crise institutionnelle. L'état-major de l'armée, par la voix de son chef, est on ne peut plus déterminé à rester éloigné de la politique. L'armée s'en tient à l'article 28 de la Constitution qui lui confie «la consolidation et le développement du potentiel de défense de la Nation». Cela en sus d'une «mission permanente» qui consiste en «la sauvegarde de l'indépendance nationale et la défense de la souveraineté nationale». L'institution militaire, au terme dudit article est «chargée d'assurer la défense de l'unité et de l'intégrité territoriale du pays, ainsi que la protection de son espace terrestre, de son espace aérien et des différentes zones de son domaine maritime». Il n'y a pas de trace dans la Constitution d'une quelconque mission de dialogue politique confiée à l'armée. D'où la réticence de Ahmed Gaïd Salah de répondre directement aux appels des partis, orientant ceux-ci vers l'institution habilitée et qui n'est autre que la présidence de l'Etat. Il se trouve que le locataire du palais d'El Mouradia est persona non grata. Abdelkader Bensalah est honni par la rue et disqualifié par toute la classe politique. L'appel des trois personnalités butent donc sur l'impossibilité constitutionnelle invoquée par l'armée et le rejet par les Algériens du seul canal «officiel» de dialogue.
Il est par contre possible de sortir de cette situation de blocage, à la condition que l'armée d'un côté et les signataires de l'appel de l'autre, consentent à «couper la poire en deux». Il pourrait être envisageable de lancer un processus politique en lieu et place du processus constitutionnel, considéré comme caduc, mais à la condition que Taleb et ses compagnons assument la responsabilité de conduire ledit dialogue, avec au bout la formation d'un présidium où ils siègeront et un gouvernement d'entente nationale qu'ils formeront. Il va de soi que cela suppose la démission des 2 B et donc une entorse à la Constitution. L'armée aura, dans pareil contexte, le rôle de facilitateur et pas celui d'acteur politique direct, dans le cadre d'une courte période de transition.
Cela revient à dire que Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles doivent aller au-delà de l'appel et s'impliquer totalement dans la transition. Ils bénéficient du respect de l'ensemble de la classe politique et de l'opinion nationale. Le soutien de l'ANP à un plan dans ce sens, économiserait beaucoup de temps et permettrait au pays de sortir assez vite de la crise institutionnelle. Ce scénario qui paraît vraisemblable, peut être proposé aux Algériens, avec, pourquoi pas, une forme d'approbation à l'occasion du 14e vendredi de mobilisation populaire. Les partis peuvent jouer un rôle déterminant en proposant le trio à la tête de l'Etat. Dans ce cas, les articles 7 et 8 de la Constitution peuvent être invoqués et l'on entrera une bonne fois pour toutes, dans la phase de traitement de la crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.