NAAMA : Près de 5000 candidats au baccalauréat    Le FLN insiste toujours sur la démission de Bouchareb    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Les idées sont au chevet des actions    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ébauche d'une solution
CRISE ET TRANSITION POLITIQUE
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2019


Quelle solution à la crise?
Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles doivent aller au-delà de l'appel et s'impliquer totalement dans la transition. Ils bénéficient du respect de l'ensemble de la classe politique et de l'opinion nationale.
Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles ont fait une offre claire et sans équivoque. En invitant le commandement de l'ANP à ouvrir les canaux d'un dialogue direct avec les représentants de l'opposition et de la société civile, les trois personnalités tracent, néanmoins, un cadre, susceptible d'être étroit pour la vision qu'a l'armée de son propre rôle dans la crise institutionnelle. L'état-major de l'armée, par la voix de son chef, est on ne peut plus déterminé à rester éloigné de la politique. L'armée s'en tient à l'article 28 de la Constitution qui lui confie «la consolidation et le développement du potentiel de défense de la Nation». Cela en sus d'une «mission permanente» qui consiste en «la sauvegarde de l'indépendance nationale et la défense de la souveraineté nationale». L'institution militaire, au terme dudit article est «chargée d'assurer la défense de l'unité et de l'intégrité territoriale du pays, ainsi que la protection de son espace terrestre, de son espace aérien et des différentes zones de son domaine maritime». Il n'y a pas de trace dans la Constitution d'une quelconque mission de dialogue politique confiée à l'armée. D'où la réticence de Ahmed Gaïd Salah de répondre directement aux appels des partis, orientant ceux-ci vers l'institution habilitée et qui n'est autre que la présidence de l'Etat. Il se trouve que le locataire du palais d'El Mouradia est persona non grata. Abdelkader Bensalah est honni par la rue et disqualifié par toute la classe politique. L'appel des trois personnalités butent donc sur l'impossibilité constitutionnelle invoquée par l'armée et le rejet par les Algériens du seul canal «officiel» de dialogue.
Il est par contre possible de sortir de cette situation de blocage, à la condition que l'armée d'un côté et les signataires de l'appel de l'autre, consentent à «couper la poire en deux». Il pourrait être envisageable de lancer un processus politique en lieu et place du processus constitutionnel, considéré comme caduc, mais à la condition que Taleb et ses compagnons assument la responsabilité de conduire ledit dialogue, avec au bout la formation d'un présidium où ils siègeront et un gouvernement d'entente nationale qu'ils formeront. Il va de soi que cela suppose la démission des 2 B et donc une entorse à la Constitution. L'armée aura, dans pareil contexte, le rôle de facilitateur et pas celui d'acteur politique direct, dans le cadre d'une courte période de transition.
Cela revient à dire que Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles doivent aller au-delà de l'appel et s'impliquer totalement dans la transition. Ils bénéficient du respect de l'ensemble de la classe politique et de l'opinion nationale. Le soutien de l'ANP à un plan dans ce sens, économiserait beaucoup de temps et permettrait au pays de sortir assez vite de la crise institutionnelle. Ce scénario qui paraît vraisemblable, peut être proposé aux Algériens, avec, pourquoi pas, une forme d'approbation à l'occasion du 14e vendredi de mobilisation populaire. Les partis peuvent jouer un rôle déterminant en proposant le trio à la tête de l'Etat. Dans ce cas, les articles 7 et 8 de la Constitution peuvent être invoqués et l'on entrera une bonne fois pour toutes, dans la phase de traitement de la crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.