Amar Tou devant le juge d'instruction près la Cour suprême    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La société civile décline sa feuille de route    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    La preuve de la «généralisation de la corruption»    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd
L'UGTA DE BEJAIA
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2019

La journée d'hier a été celle de la «colère» pour les travailleurs affiliés à la Centrale syndicale.
Afin d'exiger le «départ du patron de la Centrale syndicale et ses acolytes» et en soutien à leur secrétaire général de l'Union de wilaya, Aziz Hamlaoui suspendu de ses activités syndicales depuis le 9 avril dernier, des centaines de travailleurs affiliés à l'Ugta ont battu le pavé de l'axe principal qui sépare l'esplanade de la Maison de la culture Taos Amrouche de Béjaïa et le siège de la direction de l'éducation. Parallèlement, un mot d'ordre de grève a paralysé de nombreuses institutions publiques financières et économiques. Exception faite des travailleurs de la SDE, qui vivent depuis quelques semaines au rythme d'une grève cyclique chaque mercredi pour dénoncer, justement les représentants syndicaux Ugta de l'entreprise et le secteur de l'Education nationale, resté en marge de ce mouvement, le reste des secteurs, notamment économiques et financiers, dont la poste, quelques banques et les entreprises économiques publiques, ont été perturbés par cette grève d'une journée à laquelle ont appelé les cadres syndicaux Ugta dans une déclaration portant le sceau de l'UW/ Ugta, dont l'ex-SG, Aziz Hamlaoui, relevé de ses fonctions, était le principal animateur du rassemblement devant le siège de la direction de l'éducation. Un siège qu'il a visité trois jours auparavant à l'invitation du directeur de l'institution qui lui remettait la suspension de son détachement, l'invitant par conséquent à reprendre le chemin de l'école pour reprendre du service. La crise de l'Ugta déborde donc de nouveau dans la rue. Et le feuilleton de la colère risque de prendre de l'ampleur dans les prochains jours, comme l'a averti l'ex- secrétaire général de l'UW, qui menace de «saborder» le congrès extraordinaire de la Centrale syndicale prévu le mois prochain. Hamlaoui avertira contre toutes tentatives ou velléités de céder aux manoeuvres de la Centrale syndicale, qui, à en croire ses propos», chercherait à trouver des représentants au moyen d'octroi de détachements de leurs postes de travail en contrepartie de la restructuration de l'Union de wilaya. L'orateur a parlé de trois personnes, sans les citer. Dans la foulée de son intervention, l'ex-SG de l'Ugta de Béjaïa dénoncera la directeur du CHU de Béjaïa, qui refuse de reconnaître une section syndicale Ugta, dont le mandat était arrivé à terme sans la tenue d'une AG de renouvellement. Un autre bras de fer de plus avec l'Ugta de Béjaïa, qui a eu dans la passé à laisser des plumes au profit des syndicats autonomes au niveau de nombreuses institutions publiques, notamment administratives. Hamlaoui qualifiera les responsables de la Centrale syndicale de «mercenaires engagés dans des suspensions et des menaces proférées en violation des textes», avant de dénoncer «les agressions à l'endroit de Baroudi Souad, SG de l'Union de la wilaya de Tlemcen, les retraits de détachement et suspensions des syndicalistes».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.