Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Les Harambee Stars depuis hier au Caire    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi revient chez les Crabes    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    "La transition politique est une nécessité"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Début des inscriptions le 20 juillet    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 14e acte avec la présence de Tabbou
BEJAIA
Publié dans L'Expression le 25 - 05 - 2019


Le pic de chaleur et le taux d'humidité assez élevé n'ont pas eu raison de la détermination des citoyennes et des citoyens de la basse Kabylie, qui se sont encore une fois mobilisés, bravant la chaleur et le jeûne pour honorer leur rendez-vous hebdomadaire, dans une marche imposante. Pour la 14e fois depuis le début du mouvement national, les Bejaouis ont exigé le «départ du système et de ses symboles», sous le slogan «en jeûne et déterminés, nous rejetons le système et nous exigeons le changement». Les derniers développements qu'a connus la scène politique nationale semblent y être pour beaucoup dans cette remobilisation à laquelle personne ne s'attendait sachant que la deuxième quinzaine du mois sacré affaiblit davantage le jeûneur, préoccupé également par les préparatifs de l'Aïd El Fitr. Qu'à cela ne tienne! Les citoyennes et les citoyens de Béjaïa ont réinvesti en masse, hier, la rue pour une réponse nécessaire et impérative au vice- ministre de la Défense nationale et chef d'état-major et général de corps d'armée Gaïd Salah, objet d'un rejet plus accentué hier, avec l'exigence de son départ lui aussi, au même titre que les trois «B». Avec la même détermination, des femmes et des hommes étaient venus pour dire à tous ceux et à celles qui ont misé sur l'essoufflement du mouvement qu' «on est là et qu'on sera là tant que le système n'est pas parti». Le carré le plus important était celui où se trouvait Karim Tabbou, devenu encore plus admiré depuis qu'il subit les foudres «gratuites» des attaques qui n'ont de valeur que d'illustrer le fait que l'homme gêne, notamment les tenants du pouvoir, pour résumer les appréciations des uns et des autres. L'imposante procession s'est clairement positionnée pour «un Etat civil» et contre «un Etat militaire». A la tenue d'une élection présidentielle, au demeurant fortement rejetée, les marcheurs de Béjaïa ont opposé une nouvelle fois la solution politique, seule issue, à leurs yeux pour sortir d'une crise qui aurait pu commencer à être résorbée, n'étaient-ce certaines manoeuvres qui n'augurent rien de bon. Hier, l'essentiel de la motivation était l'impératif du départ de tout le système et le rejet de l'élection présidentielle. Quant aux nouvelles portant sur des arrestations à Alger, l'on estime que le «pouvoir reste sourd aux revendications du peuple auquel il tourne le dos avant de le réprimer». L'option de résolution de la crise par la voie constitutionnelle est rejetée à Béjaïa, tout comme d'ailleurs ces tentatives désespérées d'instaurer un Etat autre que celui dont rêvent les Algériens. «Ni Etat militaire ni Etat islamique».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.