Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes
Publié dans L'Expression le 25 - 05 - 2019

Les producteurs de séries télévisées arabes pensent qu'il est en quelque sorte acceptable de perpétuer la misogynie et le sexisme à travers des scènes présentées dans leurs drames. Un des programmes les plus populaires de ce Ramadhan fait exactement cela. Intitulé Khamseh w Noss (Cinq ans et demi), l'émission met en vedette l'acteur syrien Kosai Khauli et la star libanaise Nadine Nassib Njeim, dans le couple des jeunes mariés. Une scène récemment diffusée entre les deux, a provoqué l'indignation sur les réseaux en ligne. Le personnage de Khauli (Ghimar) affirme que sa femme (une oncologue du nom de Bayan) a changé de tenue car il pense que sa robe est trop révélatrice et craint qu'elle «le rende jaloux». C'est une chose de décrire les problèmes que rencontrent les femmes dans le Monde arabe, au cinéma, et à la télévision et de les remettre en question et de les interroger... mais c'est tout autre que de les romancer - c'est exactement ce que cette scène fait. Pour être juste, le personnage de Njeim prend position contre la violence domestique, dans certains épisodes. Dans d'autres cas, elle convainc également sa cousine de quitter une relation de violence et s'interroge sur sa décision d'arrêter sa carrière au foyer. Quels que soient les «bons» épisodes, ces scènes restent faibles et contradictoires. Un utilisateur de Twitter a partagé le clip sur la plate-forme de micro-blogging, laissant les gens divisés, en ligne. Bien que certains fans l'aient jugé «romantique», la plupart d'entre eux étaient scandalisés. Cela a également rappelé certaines positions personnelles de Njeim contre l'égalité des sexes. En 2012, l'ancienne reine de beauté et actrice libanaise a déclaré que les relations sexuelles avant le mariage étaient acceptables pour les hommes mais pas pour les femmes. En fait, la majorité des drames arabes normalise les comportements sexistes ainsi que la violence domestique et la violence verbale. Si l'excuse sous-jacente à ce contenu est la nécessité de mettre en lumière ces problèmes, la façon dont ils sont présentés est pour le moins imparfaite. Les scènes de maris battant leurs femmes sont considérées comme «normales» dans les émissions de télévision arabes. Des séries populaires comme Tango (2018) et la deuxième saison d'Al Hayba (2018) n'hésitent pas à les présenter. D'autres drames syriens de la période et orientale, les incluent également. Il est rare que nous voyions quelqu'un prendre position contre un tel abus à l'écran, cela vient d'être diffusé.Sur les écrans arabes, les femmes sont des victimes, jamais des combattantes. Ceux-ci sont faibles, mais rarement puissants. Ils se laissent aller alors que se perpétuent des valeurs misogynes déjà enracinées dans nos sociétés. Mais cela n'est pas le reflet des femmes de notre région aujourd'hui, dont beaucoup se battent contre le patriarcat. Les écrivains et les créateurs d'arts visuels et de médias arabes devraient pouvoir le rattraper rapidement.
[email protected]

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.