POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes
Publié dans L'Expression le 25 - 05 - 2019

Les producteurs de séries télévisées arabes pensent qu'il est en quelque sorte acceptable de perpétuer la misogynie et le sexisme à travers des scènes présentées dans leurs drames. Un des programmes les plus populaires de ce Ramadhan fait exactement cela. Intitulé Khamseh w Noss (Cinq ans et demi), l'émission met en vedette l'acteur syrien Kosai Khauli et la star libanaise Nadine Nassib Njeim, dans le couple des jeunes mariés. Une scène récemment diffusée entre les deux, a provoqué l'indignation sur les réseaux en ligne. Le personnage de Khauli (Ghimar) affirme que sa femme (une oncologue du nom de Bayan) a changé de tenue car il pense que sa robe est trop révélatrice et craint qu'elle «le rende jaloux». C'est une chose de décrire les problèmes que rencontrent les femmes dans le Monde arabe, au cinéma, et à la télévision et de les remettre en question et de les interroger... mais c'est tout autre que de les romancer - c'est exactement ce que cette scène fait. Pour être juste, le personnage de Njeim prend position contre la violence domestique, dans certains épisodes. Dans d'autres cas, elle convainc également sa cousine de quitter une relation de violence et s'interroge sur sa décision d'arrêter sa carrière au foyer. Quels que soient les «bons» épisodes, ces scènes restent faibles et contradictoires. Un utilisateur de Twitter a partagé le clip sur la plate-forme de micro-blogging, laissant les gens divisés, en ligne. Bien que certains fans l'aient jugé «romantique», la plupart d'entre eux étaient scandalisés. Cela a également rappelé certaines positions personnelles de Njeim contre l'égalité des sexes. En 2012, l'ancienne reine de beauté et actrice libanaise a déclaré que les relations sexuelles avant le mariage étaient acceptables pour les hommes mais pas pour les femmes. En fait, la majorité des drames arabes normalise les comportements sexistes ainsi que la violence domestique et la violence verbale. Si l'excuse sous-jacente à ce contenu est la nécessité de mettre en lumière ces problèmes, la façon dont ils sont présentés est pour le moins imparfaite. Les scènes de maris battant leurs femmes sont considérées comme «normales» dans les émissions de télévision arabes. Des séries populaires comme Tango (2018) et la deuxième saison d'Al Hayba (2018) n'hésitent pas à les présenter. D'autres drames syriens de la période et orientale, les incluent également. Il est rare que nous voyions quelqu'un prendre position contre un tel abus à l'écran, cela vient d'être diffusé.Sur les écrans arabes, les femmes sont des victimes, jamais des combattantes. Ceux-ci sont faibles, mais rarement puissants. Ils se laissent aller alors que se perpétuent des valeurs misogynes déjà enracinées dans nos sociétés. Mais cela n'est pas le reflet des femmes de notre région aujourd'hui, dont beaucoup se battent contre le patriarcat. Les écrivains et les créateurs d'arts visuels et de médias arabes devraient pouvoir le rattraper rapidement.
[email protected]

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.