Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Laskri compte piloter une liste    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak libère les énergies
LIBERTE D'EXPRESSION, ACTIVITES POLITIQUES ET SYNDICALES, UNIVERSITES, JUSTICE...
Publié dans L'Expression le 26 - 05 - 2019

Les marches populaires du 22 février ont dessiné les contours de l'Algérie de demain.
Quand le peuple algérien se réveillera...Très peu, sinon personne n'a osé le prophétiser. Hormis les scénarios destructeurs que l'on a échafaudés pour maintenir la chape de plomb et permettre au système de se régénérer, rien ne laissait présager la naissance d'un mouvement de protestation, qui allait comme un ouragan, mettre fin à un 5ème mandat qui s'annonçait comme pratiquement acquis et emporter dans son sillage des personnalités politiques et militaires de premier plan. Dans la conjoncture aussi sclérosée, dans laquelle baignait le pays, un tel scénario ne pouvait même pas effleurer l'esprit. C'était sans compter sur l'extraordinaire énergie insoupçonnée qui couvait en chaque Algérien qui aspirait non seulement à un changement, mais à l'avènement d'une IIe République qui fasse table rase du passé. Qui mette fin aux passe-droits, à la corruption, aux pots-de-vin, à la bureaucratie...qui ont gangrené les institutions de l'Etat jusqu'à son sommet. Les marches populaires du 22 février, qui ont contribué à ouvrir la boîte de Pandore, allaient surtout dessiner les contours de l'Algérie de demain, incarnée par des forces vives aux potentialités insoupçonnées. Ils seront des millions à battre le pavé désormais toutes les semaines, le Vendredi, avec comme force de frappe des étudiants infatigables, déterminés à en finir avec toutes les figures qui symbolisent le système. Le mouvement fera très vite tache d'huile. Il touchera les médias publics. Les journalistes ne mettront pas longtemps pour revendiquer le droit de s'exprimer librement. Meriem Abdou, journaliste vedette de la Chaîne 3, sera la première à dénoncer la censure. Pour joindre le geste à la parole, elle démissionnera de son poste de rédactrice en chef. Les radios, les télévisions, dont l'Entv, couvriront en temps réel les marches populaires qui feront tomber l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika, Tayeb Belaïz président du Conseil constitutionnel, l'ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia et son gouvernement. La parole sera libérée et les chaînes brisées. Les syndicalistes de l'Union générale des travailleurs algériens réclameront la tête de leur SG, soutien indéfectible de l'ancien chef de l'Etat. Les magistrats et les avocats monteront au créneau pour revendiquer une justice libre, réputée pour avoir été aux ordres et bâillonnée depuis l'indépendance. Les partis politiques, ceux de l'opposition, sont sortis de leur léthargie et ne lésinent pas sur leurs efforts en suggérant des propositions de plans pour sortir le pays de l'imbroglio dans lequel l'a plongé l'application stricte de l'article 102 de la Constitution. C'est le parfum de février 2019. Celui qui a fait la part belle aux débats, au respect du point de vue de l'Autre et fait prendre conscience des potentialités exceptionnelles que recèle son peuple... Ce qu'aucune «révolution» n'a réussi à réaliser jusque-là. Le Hirak l'a réalisé dès sa gestation. Né des marches pacifiques extraordinaires qui ont subjugué le monde, il porte en son coeur des revendications hautement politiques qui ont pour objectif d'instaurer une seconde République. Le chemin est tracé...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.