Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le collectif revient à la charge
Médiation et société civile
Publié dans L'Expression le 01 - 08 - 2019

Sur fond de crise mettant en relief le blocage qui persiste entre le peuple et le pouvoir en place, et en l'absence de consensus sur les solutions et voies de sortie de crise, les différentes initiatives de dialogue faisant appel à une pléiade de personnalités nationales, n'ont jusqu'à présent, pas connu le chemin du succès. L'acceptation des préalables, notamment l'application de mesures d'apaisement, érigés en condition sine qua non pour la tenue d'un dialogue, représente, désormais, le grand fossé qui sépare la contestation populaire, le Panel de Karim Younès, et les différentes formations pour le dialogue, de l'Etat.
Ainsi dans cette atmosphère chargée de tensions et d'incertitude, le collectif des dynamiques de la société civile, réaffirme à travers un communiqué «son soutien inconditionnel, son soutien absolu, son accompagnement permanent et sa pleine participation au Mouvement populaire pacifique». Il affirme également la poursuite des réunions consultatives avec divers acteurs, conformément aux recommandations du Symposium national des dynamiques de la société civile tenu le 15 juin 2019, «On a dégagé une délégation qui a commencé à faire le tour des partis politiques... Globalement, les partis ont accueilli favorablement l'idée. Mais il faut encore travailler sur le contenu, l'agenda et, surtout, les points de divergence», a tenu à préciser Saïd Salhi, vice-président de la Laddh et membre actif du collectif de la société civile. Dans ce sillage, le collectif, réitère sa position et revient dans le même document, sur l'importance des conditions. «Le collectif affirme son attachement à l'option d'un dialogue sérieux et responsable visant à résoudre la crise politique dans le pays et à amener la transition démocratique à un stade de souveraineté populaire , tout en fournissant les conditions suivantes : le départ de l'ancien système pour répondre aux exigences du peuple, la libération des prisonniers d'opinion et les militants des mouvements pacifiques, et mettre un terme à la politique d'arrestation et de suivi judiciaire, mettre un terme aux pratiques de restriction des espaces publics, lever toutes les formes de restrictions imposées aux médias publics et privés, tout en garantissant la liberté de fournir et d'informer les citoyens avec professionnalisme, objectivité et impartialité.» Revenant sur les derniers développements de la scène politique, Saïd Salhi, explique dans une déclaration au site d'El Watan, qu'«Il y a la tendance qui veut aller vers une élection présidentielle avec quelques garanties et l'autre qui plaide pour un processus constituant. En tant que société civile, on a pensé qu'il y a une opportunité de voir les points de convergence entre ces deux pôles, pour aller vers cette idée d'une conférence.»
Par ailleurs, d'autres acteurs de la scène politique, n'y voient pas matière à concertation, et considèrent, à l'image du docteur Benbitour, que l'heure n'est plus au dialogue, du fait que les revendications du Hirak sont claires, et s'articulent essentiellement autour du départ de tout le «système de gouvernance actuel». Or, devant l'ultimatum, lancé par le Panel conduit par Karim Younès, pour le respect des conditions et des préalables, et qui prendra certainement fin cette fin de semaine, aucune réaction du pouvoir n'est venue désamorcer cette situation inextricable, qui, chaque jour, plonge le pays politiquement, socialement et économiquement, dans les abysses de l'inconnu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.