Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soufiane Djilali riposte du tac au tac
Sadi lui reproche d'avoir annoncé la libération de Tabbou et Benlarbi
Publié dans L'Expression le 09 - 06 - 2020

Une polémique a éclaté entre le président de Jil Jadid, Soufiane Djilali et l'ancien président du RCD, Saïd Sadi. Ce dernier a commenté, ce dimanche, dans un post publié sur sa page Facebook, l'annonce par le président de Jil Jadid de la libération prochaine de deux figures du Hirak, le coordinateur de l'UDS, non encore agréé, Karim Tabbou et l'activiste et militant, Samir Benlarbi. Dans cet échange hostile, Saïd Sadi a qualifié, sans le nommer, Soufiane Djilali de «télégraphiste» et de «courtisan». à ces accusations, le président de Jil Jadid a riposté du tac au tac, à travers des tweets. «Vous êtes aussi dans la meute M. Sadi? Pourtant, avec votre passé vous devriez avoir un peu de pudeur.» «Télégraphiste?
M. Sadi, je vous rassure que je ne convoite pas votre spécialité, même si elle vous a permis une belle fortune!», a-t-il encore asséné. «M. Sadi, la différence entre vous et moi, c'est que vous avez toujours attisé le feu quand moi j'ai toujours essayé de l'éteindre», a-t-il conclu en guise de réponse. D'autre part, dans son entretien accordé à TSA, il estime, allusion faite à ses détracteurs, dont Saïd Sadi que «dans la vie politique, il y a ceux qui parlent et il y a ceux qui agissent...». «Les accusations de trahison du Hirak que j'ai encourues étaient injustes et infondées vu le nombre de mes déclarations personnelles soutenant nommément les détenus politiques...». «On me reproche maintenant d'avoir annoncé la libération des deux détenus. Le plus sidérant dans l'affaire est que certains avocats ont immédiatement réagi pour condamner cette libération et verser dans le mensonge contre Jil Jadid. Ce que je peux comprendre de la part de militants passionnés qui ont besoin de l'image du héros qui se sacrifie pour leur cause, je ne peux, par contre, l'admettre de ces avocats. Il s'agit là d'une grave dérive morale et une atteinte à l'honneur de cette profession...», s'est défendu Soufiane Djilali.
Le président de Jil Jadid qui a accordé, hier, un entretien au site électronique TSA, n'a pas fait que se défendre contre les accusations dont il fait l'objet. Il a également expliqué ses positions politiques considérées par certains comme «nouvelles» depuis l'élection du président Tebboune. Or, Soufiane Djilali soutient «nous ne prêterons jamais allégeance aux hommes. Jil Jadid a son projet et son propre programme». Cependant, «je ne cache pas que ma relation personnelle avec le président Tebboune est empreinte de respect mutuel et en politique cela facilite les choses. Le pays a besoin de sérénité, de dialogue et de concessions de la part de tous les vrais patriotes». Pour le président de Jil Jadid, il y a «une opportunité historique pour une avancée» avec Abdelmadjid Tebboune. L'homme politique fait le pari de la saisir et dit assumer pleinement les conséquences dans le cas où il se trompe. C'est dire que Soufiane Djilali confirme son adhésion à aller vers un dialogue car il considère que c'est là le seul moyen qui permettra de concrétiser les revendications du Hirak. Ceux qui revendiquent la rupture totale «quitte à aller vers la désobéissance civile et le paradoxal ‘‘affrontement pacifique''» risquent de pousser les jeunes Algériens, affirme encore le président de Jil Jadid «à s'engager dans une aventure sans issue».
Tout en concédant que «l'Algérie n'est pas encore un Etat de droit, n'est pas encore une démocratie, n'est pas encore un havre de liberté», Soufiane Djilali explique
«la logique veut que ces revendications légitimes soient atteintes par l'action et non pas les considérer comme des préalables pour pouvoir dialoguer, se parler et surtout éviter les inutiles affrontements fratricides».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.