L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Euro 2020 : Sonné, le Danemark chute face à la Finlande    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Toute colonisation est un investissement perdu    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Elles et ils militent contre l'oubli !    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Un vendredi calme sans Hirak    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un aiguillage fort pour le secteur de l'industrie
Réunion du gouvernement
Publié dans L'Expression le 25 - 07 - 2020

Àl'issue de la réunion du Conseil de gouvernement mercredi dernier présidée par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, trois projets de décrets exécutifs, ont été étudiés dans le secteur de l'industrie, en vue de concrétiser la stratégie de l'Etat, pour la relance de l'appareil industriel.
Abordant l'épineux problème de la sous-traitance, sur lequel repose la relance de l'industrie automobile, et le secteur du montage en général, le premier projet de décret, énoncé dans l'exposé du ministre de l'Industrie, a porté sur la promotion et le développement de la conception et de la production de composants, de pièces et d'accessoires destinés à la sous-traitance industrielle et à tout usage, y compris la production pour la vente en l'état. Ce dernier s'inscrit « dans le prolongement de la mise en oeuvre du plan d'action du gouvernement, au titre du renouveau économique, visant l'impulsion d'une nouvelle dynamique au secteur productif industriel. Il pose les jalons de l'instauration d'une véritable base de sous-traitance et de développement de l'intégration nationale, à travers des mesures incitatives en faveur des PME/PMI, notamment celles activant dans les industries mécaniques, électriques et électroniques affichant un taux d'intégration locale appréciable de 40%» précise le communiqué du Premier ministère. Une mesure qui tend à renforcer l'axe le plus important pour la réussite de cette stratégie, qui repose sur l'impératif de l'émergence d'un tissu de PMI/ PME à même de créer la dynamique attendue pour soutenir le principe de l'intégration. Cependant, la problématique des volumes de production reste toujours posée, dans la mesure où la rentabilité des ces entreprises se trouve étroitement liée à l'importance des commandes. Une difficulté qui pourrait, aux yeux des observateurs, s'estomper sous l'effet d'une nouvelle dynamique, à travers laquelle la production nationale aurait toute la priorité en matière d'octroi de marchés et où le secteur privé serait mis en avant, et concrétise une ouverture de taille pour lever les freins à la relance économique.
Dans le même sillage, le deuxième projet de décret traite des conditions et des modalités de l'exercice des activités de production des équipements électroménagers et électroniques. Il a pour objectif de«fixer les conditions et les modalités d'exercice des activités de production des équipements électroménagers et électroniques et le cahier des charges y afférent». Une orientation qui tend à renforcer un pan du secteur de l'industrie, qui a vu des débuts prometteurs en matière de qualité et d'intégration, dans la mesure où les produits électroménagers et électroniques «made in Algeria», ont commencé à recevoir un écho très favorable sur les marchés étrangers. Concernant les conditions et les modalités d'octroi des autorisations de dédouanement pour des chaînes et des équipements rénovés, dans le cadre des activités de production, elles sont fixées par le troisième projet de décret qui vise à «instituer les bases réglementaires permettant de codifier et d'édifier les conditions et les modalités d'octroi de l'autorisation de dédouanement des chaînes et équipements de production rénovés, dans le cadre d'activités de production de biens et services qui étaient jusque-là régies par plusieurs dispositions de lois de finances».
En somme, les trois décrets semblent venir corriger les manquements et les erreurs de gestion, qui ont longtemps causé un grand tort au secteur de l'industrie, qui souffrait d'une anarchie «assassine», sur le plan juridique où l'octroi d'avantages d'exonération de dédouanement ont engendré des situations inextricables et des retombées financières insoutenables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.