Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le peuple libanais lassé des promesses sans lendemain
Selon Nabih Berry, le gouvernement Hariri sera connu «dans quelques jours»
Publié dans L'Expression le 29 - 10 - 2020

Le Liban va-t-il enfin sortir du tunnel? Selon le président du Parlement libanais, Nabih Berry, il semble que oui puisque le nouveau et ancien Premier ministre, Saad Hariri serait sur le point de réussir le pari de la formation d'un gouvernement après les péripéties qui ont agité le microcosme politique libanais, ces trois dernières semaines. Hier, Nabih Berry a affirmé que le gouvernement de Saad Hariri pourrait être présenté «dans les quatre ou cinq prochains jours», eu égard à une atmosphère positive qui a entouré les consultations entre le président Michel Aoun et le Premier ministre, ainsi qu'avec les partis politiques dans leur ensemble. Il suffirait donc que cette ambiance favorable se poursuive pour que la sortie de crise ait lieu, surtout que le Hezbollah dont on décriait, à tort et à travers, l'opposition irréductible n'a pas du tout cherché à entraver la démarche du Premier ministre. Hariri a rendu plusieurs visites au chef de l'Etat qui, en le recevant au palais de Baabda, n'a pas manqué de l'encourager à peaufiner au mieux sa feuille de route. Mardi dernier, lors de sa troisième audience, il a présenté au président Aoun un avant-projet de mouture axé sur une répartition intercommunautaire, mais excluant tout nom et distribution de portefeuille entre les principales formations politiques, comme il était d'usage. Il semble, par ailleurs, que le principe de rotation des portefeuilles régaliens soit réellement acquis, mis à part celui des Finances pour lequel des difficultés de dernière minute ont précipité la démission et le départ de Hassan Diab, le Hezbollah considérant que ce poste devait lui revenir alors que les Etats-Unis avaient tenté de mettre leur veto! Finalement, les exigences du tandem Hezbollah - Amal, formation de Nabih Berry, ont prévalu et, du coup, on s'achemine vers un deal traditionnel, les Affaires étrangères demeurant le domaine de prédilection de la communauté sunnite à laquelle appartient Saad Hariri.
Celui-ci avait affirmé, voici cinq jours, qu'il compte présenter un gouvernement composé d'experts comme le souhaite la feuille de route française, formulée début septembre par le président Emmanuel Macron, une condition sine qua non pour permettre au Liban de sortir de la crise socio-économique actuelle. Le plus difficile était de parvenir à former un cabinet capable d'engager les réformes dont a besoin le pays, non seulement dans les domaines économique et social mais également institutionnel. Et, sur ce terrain, la grande inconnue concerne la réponse de la rue dont on sait qu'elle rejette, farouchement, l'ensemble de la classe politique responsable, selon elle, de la situation dramatique que traverse le pays. L'explosion intervenue au port de Beyrouth a aggravé cette méfiance et cette opposition au mode opératoire d'un pays du Cèdre qui ne peut sortir du bourbier que sur la base d'un consensus le plus large possible, entre les classes dirigeantes et un peuple lassé des promesses sans lendemain.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.