L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'initiative de Macron pour le Liban bat de l'aile
Le premier ministre libanais à renoncé à la formation d'un gouvernement
Publié dans Liberté le 27 - 09 - 2020

Moustapha Adib ne s'est pas étalé sur les raisons réelles de son désistement surprise mais les partis chiites au Liban, le mouvement du Hezebollah et son pendant Al Amal, sont en réalité au cœur du blocage de l'initiative française pour la formation d'un cabinet de mission.
De rebondissements en rebondissements, le feuilleton politique libanais défraye la chronique, enfonçant un peu plus le pays dans une crise multidimensionnelle, alors que sur le front social, les signaux sont au rouge et l'explosion populaire n'est jamais très loin.
Moins d'un mois après sa désignation au poste de Premier ministre, Moustaha Adib, chargé de mettre sur pied un gouvernement réformiste, renonce à sa mission "faute de consensus politique". "Je m'excuse de ne pas pouvoir poursuivre la tâche de former le gouvernement", a-t-il déclaré hier, lors d'un point de presse, présentant ses excuses aux Libanais pour son "incapacité" à réaliser leurs "aspirations à un gouvernement réformiste".
L'ancien ambassadeur en Allemagne ne s'est pas étalé sur les raisons précises de son désistement surprise mais les partis chiites au Liban, en l'occurrence le mouvement du Hezebollah et son pendant Al Amal, sont en réalité au cœur du blocage de l'initiative française pour la formation d'un gouvernement de mission dans un délai de 15 jours, après le retrait de l'ancien Premier ministre Hassan Diab au lendemain des explosions au port de Beyrouth du 4 août dernier. M. Adib était appelé à former, conformément à l'initiative française visant à sortir le Liban de sa crise, un cabinet restreint de spécialistes indépendants.
Le principal obstacle qu'il a rencontré dans ses tractations concernait le portefeuille des Finances, réclamé par le Hezbollah et le mouvement Amal. Ces deux formations ont exigé qu'une "personnalité chiite" soit propulsée à la tête de ce ministère régalien qui, selon le tandem chiite, doit être exclu du principe de rotation des portefeuilles défendu par M. Adib et soutenu par plusieurs parties dont les anciens Premiers ministres sunnites, avec à leur tête Saad Hariri, président du parti Le Courant du Futur.
"Lorsque j'ai été désigné par une large majorité de députés (...), j'ai accepté cette mission en affirmant que je ne dépasserai pas un délai de deux semaines pour la formation d'un gouvernement restreint, de sauvetage, doté d'une mission de réforme précise basée sur les demandes des Libanais (...), à travers une équipe formée d'experts connus pour leur expérience, leur indépendance et leur non affiliation à des partis politiques.
Des experts qui ne seraient pas nommés par ceux-ci", a rappelé M. Adib dans son allocution. "J'étais optimiste, étant donné que tous ces critères avaient été approuvés par les principaux groupes parlementaires qui s'étaient engagés dans ce sens devant le président français Emmanuel Macron, qui avait alors lancé une initiative de sauvetage du pays (...)", a ajouté M. Adib. "Mais lorsque le processus de formation du gouvernement a atteint ses étapes finales, il s'est avéré que l'accord sur la base duquel j'avais accepté cette mission nationale (...) ne tenait plus", a expliqué encore Adib sans nommer les parties à l'origine du blocage.
L'initiative du président français a-t-elle dans ce cas échoué ? Michel Aoun, le président libanais, veut croire que non. Si ce dernier a accepté le renoncement de Moustapha Adib, il tient encore à l'initiative française qui si elle est mise en œuvre permettra à son pays d'espérer une aide internationale dont le Liban à cruellement besoin pour se reconstruire.
"L'initiative lancée par le président français Emmanuel Macron est toujours en cours et bénéficie de tout mon soutien", a assuré M. Aoun en référence à la feuille de route mise en place par Paris pour la sortie de crise. Pari certes, mais pari difficile.

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.