La justice se penche sur la fraude électorale    Suspension de la chaîne El Hayat TV pour une semaine    Les ambitions de Sonelgaz    Généralisation du sans plomb dès le 1er juillet    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Réunion du Forum de dialogue politique le 28 juin en Suisse    Le message de Washington    Déroute des partis dominants    «Il reste encore 90 minutes à jouer pour atteindre la finale»    Qui arrêtera l'Italie ?    Une Super Ligue africaine en réflexion    Sit-in de parents de migrants devant la Wilaya    Les sujets diversement appréciés    Une troisième vague n'est plus exclue    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Une édition exclusivement algérienne    La Banque d'Algérie a donné son accord pour la création d'une banque d'import-export    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    L'ALGERIE BAT LA MAURITANIE    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Des pourparlers égypto-européens pour "faire avancer la paix"    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    "Réviser l'Accord d'Alger, c'est ouvrir la boîte de Pandore"    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Education: L'Intersyndicale revient à la charge    Le changement en Algérie est-il impossible?    Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution    Une ambition en sursis    Selma Bédri, sur du velours    Djerad: la répudiation    Les mesures phares mises en exergue    Chanegriha à Moscou    Fin de saison pour Frioui?    Brèves Omnisports    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Une vingtaine de Palestiniens blessés par l'entité sioniste    L'enjeu des locales et la survie des partis    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'espoir Tunisien
10e Anniversaire de la révolution du Jasmin
Publié dans L'Expression le 19 - 12 - 2020

Quelques concerts et des manifestations: le dixième anniversaire du déclenchement de la révolution qui a mis la Tunisie sur la voie de la démocratie a été marqué dans la morosité jeudi, tant les espoirs tardent à se concrétiser. Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, un vendeur ambulant excédé par le harcèlement policier, s'est immolé par le feu sur la rue principale de Sidi Bouzid, ville marginalisée du centre de la Tunisie, déclenchant un mouvement de contestation sans précédent.
Le soulèvement fit quelque 300 morts dans le pays, mais les manifestations finirent par chasser du pouvoir le président Zine el Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, et par s'étendre à d'autres pays de la région, faisant tomber plusieurs autocrates.
Si la démocratisation de la Tunisie est largement saluée, l'espoir a cédé la place à la colère au fil des ans, en l'absence d'amélioration sociale.
Le pays s'est doté en 2014 d'une Constitution saluée comme un compromis historique, posant les bases d'un régime semi-parlementaire. Il a poursuivi ses avancées politiques, avec des élections équitables, un début de décentralisation et une liberté de parole sans précédent, en dépit de crises politiques et d'une série d'attentats terroristes sanglants en 2015.
«La Tunisie est théoriquement une démocratie désormais, mais une série de gouvernements de technocrates ont peiné à faire changer les choses et équilibrer les intérêts de l'élite traditionnelle avec ceux de la population défavorisée» souligne l'Institut Transnational, un laboratoire d'idées basé à Amsterdam. Des centaines de personnes ont manifesté jeudi à Sidi Bouzid pour réclamer du travail, l'un des slogans phares de la révolution. «Le travail est un droit, bande de voleurs!», ont notamment scandé des manifestants devant la sculpture de la charrette de Mohamed Bouazizi, qui trône toujours dans le centre-ville mais n'incarne plus un avenir meilleur. Des manifestants ont brandi un cercueil sur lequel on pouvait lire: «Chômeur âgé de plus de 45 ans sans sécurité sociale.» Le chômage continue à ronger les rêves d'une large part de la jeunesse, surtout dans les régions marginalisées, où de nombreux habitants sont toujours cantonnés par un système d'autorisations kafkaïen à l'économie informelle, sans droits ni protection sociale. Les salaires, bas, sont grignotés par l'inflation, et l'instabilité politique annihile l'espoir de voir se concrétiser des réformes de fond. «Nous vous avons préparé la route vers la liberté, mais vous avez pris une déviation», peut-on lire sur de grandes affiches placardées en centre-ville. La classe politique, plus fragmentée que jamais depuis les législatives de 2019, se déchire sans parvenir à passer à l'action alors que l'urgence sociale s'accentue, avec les retombées dramatiques de la pandémie de Covid-19. Le principal parti -d'inspiration islamiste-le mouvement Ennahdha, peine à constituer une majorité stable au sein d'une Assemblée où siègent une multitude de formations. Les débats dégénèrent régulièrement, et des coups ont été échangés la semaine passée. Même M. Saïed, qui a été élu «avec beaucoup d'espoir, est en train de décevoir une partie de l'électorat», souligne le politologue Hamza Meddeb. «Les gens n'ont plus la patience d'entendre des discours, ils veulent des actions concrètes, là, maintenant et tout de suite!!».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.