Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'armée tue 42 hommes armés soupçonnés de massacre
Ethiopie
Publié dans L'Expression le 26 - 12 - 2020

L'armée éthiopienne a tué 42 hommes armés accusés d'avoir participé au massacre mercredi dernier d'une centaine de personnes dans la région du Benishangul-Gumuz, frontalière du Soudan, ont annoncé jeudi les autorités régionales, tandis que le Premier ministre a évoqué une «tragédie». Selon la Commission éthiopienne des droits de l'homme (EHRC), un organisme public indépendant, un groupe armé a attaqué mercredi à l'aube des habitants de Bekuji Kebele, dans la zone administrative de Metekel, tuant «plus de 100 personnes», faisant des dizaines de blessés, détruisant des habitations et incendiant les récoltes. Cette attaque est la dernière en date d'une série meurtrière ces derniers mois dans la zone de Metekel, où vivent des habitants des ethnies oromo, amhara - les deux plus nombreuses du pays - et shinasha. Selon des dirigeants de l'opposition, ces attaques sont menées par des membres de l'ethnie gumuz et motivées par des facteurs ethniques. L'armée fédérale éthiopienne «a tué 42 membres des forces opposées à la paix qui ont attaqué des civils, hier, (mercredi Ndr) dans la localité de Bekuji Kebele» et saisi «des armes à feu et des flèches», indique le gouvernement régional de Benishangul-Gumuz dans un communiqué. Il n'a pas précisé qui sont ces «forces opposées à la paix» dont les contours restent flous. Le Premier ministre Ahmed Abiy avait attribué en octobre ces violences à des combattants venus de l'Etat voisin soudanais du Nil-Bleu, où ils sont «armés et entraînés» et appelé Khartoum à régler le problème.
M. Abiy a qualifié jeudi la nouvelle tuerie dans la zone de Metekel de «tragédie». Il a affirmé qu'elle avait pour objectif «d'éparpiller l'importante force» envoyée depuis le 4 novembre contre les autorités de la région septentrionale du Tigré, issues du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) et qui défiaient le pouvoir fédéral depuis plusieurs mois, un conflit a priori sans rapport avec les violences dans le Benishangul-Gumuz. M. Abiy a assuré qu'une «force conjointe (forces fédérales et régionales) avait été déployée pour résoudre le problème à la source» dans la zone de Metekel, sans autre détail, sans préciser notamment quand cette force y avait été envoyée. Jeudi, l'EHRC a indiqué que l'attaque de mercredi - qui a duré huit heures, selon elle - avait été lancée au lendemain du départ «de contingents de l'armée fédérale auparavant positionnés dans les environs».M. Abiy s'était rendu mardi dans la zone de Metekel, où il a rencontré des habitants et des responsables. «Le désir de nos ennemis de diviser l'Ethiopie selon des critères ethniques et religieux existe toujours», a-t-il tweeté à cette occasion.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.