Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



32 personnes tuées dans un «massacre» de civils
Ethiopie
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 11 - 2020

Au moins 32 civils ont été tués dimanche dans la région de l'Oromia, dans l'ouest de l'Ethiopie, lors d'une attaque menée par un groupe armé, a indiqué lundi la Commission éthiopienne des droits humains, qui parle d'un «massacre».
Ces violences interviennent dans un contexte de violences ethniques croissantes qui mettent sous pression le Premier ministre Abiy Ahmed, lauréat en 2019 du prix Nobel de la paix et originaire de cette même région de l'Oromia. «Les chiffres officiels font état de la mort de 32 civils, mais les premiers indices obtenus par l'EHRC laissent penser qu'il est fort probable que le bilan excède ce comptage initial, a écrit la Commission éthiopienne des droits humains (EHRC) dans un communiqué. Selon l'EHRC, «les assaillants ont ciblé les membres de l'ethnie amhara», la plus importante d'Ethiopie après les Oromos. Les autorités régionales d'Oromia avaient accusé plus tôt un groupe armé, l'Armée de libération oromo (OLA), d'avoir mené cette attaque, dans la zone de Wollega. «Des citoyens pacifiques ont été tués (…) de manière horrible», avaient-elles indiqué dans un communiqué, sans donner de bilan. «Après nous avoir rassemblés, ils ont ouvert le feu sur nous, avant de piller le bétail et brûler des maisons», a raconté ce témoin. L'EHRC «exhorte les autorités fédérales et régionales à ouvrir rapidement une enquête indépendante sur cette tuerie et faire la lumière sur les raisons du retrait des militaires de cette zone connue depuis longtemps pour être vulnérable aux attaques». L'OLA, qui compterait quelques milliers de membres, a fait scission du Front de libération oromo (OLF), un groupe d'opposition qui a renoncé à la lutte armée depuis le retour d'exil de ses dirigeants après l'arrivée au pouvoir de M. Abiy en 2018. Le gouvernement a imputé à l'OLA une série d'assassinats, attentats à la bombe, braquages de banques et enlèvements en Oromia. Dans un communiqué sibyllin publié lundi, M. Abiy a accusé des «forces destructrices, leurs chefs étrangers et leurs courtisans (infiltrés) au sein du gouvernement» de mener des attaques dans le pays, sans autre détail. «Les forces armées ont été déployées sur le lieu de l'attaque et sont en train de prendre des mesures», a-t-il ajouté, faisant apparemment référence à Wollega.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.