Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Charfi appuie le contrôle populaire des élections
Il défend le principe d'observateurs volontaires
Publié dans L'Expression le 29 - 12 - 2020

Le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie), Mohamed Charfi, a présenté, hier, le bilan du parcours de l'Autorité dans la surveillance des deux scrutins, la présidentielle du 12 décembre 2019 et le référendum constitutionnel du 1er novembre dernier. Invité de la Radio nationale, Charfi s'est appuyé sur quelques chiffres pour défendre le travail de l'Anie, notamment dans la «chasse» aux «voix fantômes». Il en a voulu pour preuve que l'Autorité qu'il préside a réalisé une première dans les annales des élections en Algérie en supprimant «800 000 doubles inscriptions sur les listes électorales dans le cadre de l'assainissement du fichier électoral». Une prouesse, à l'entendre, qui réduit considérablement la fraude, mais qui, dans le même temps, illustre la situation désastreuse où se trouvait le fichier électoral national. L'on apprendra dans la foulée que le travail de nettoyage n'est pas fini. Le fichier sera «complètement assaini avant l'organisation de ces deux rendez-vous électoraux». Les agents de l'Anie y travaillent, même s'il est toujours difficile pour l'opinion nationale d'accorder sa confiance après quelques opérations électorales, d'autant que l'opposition est toujours là pour jeter le doute sur la probité des scrutins. Mais Mohamed Charfi continue d'y croire et cela était parfaitement visible, hier, durant la présentation de son rapport devant un parterre de cadres de l'Anie et des journalistes.
Même si l'urgence est dans la crédibilité de l'Anie auprès des Algériens, Charfi croit dur comme fer que la confiance s'acquiert en présentant un modèle d'organisation et des moyens clairement identifiés, à même de conforter l'indépendance de l'Autorité qu'il préside vis-à-vis de l'Exécutif. Il en a fait son cheval de bataille lors des deux dernières consultations, mais a convenu que cela ne se fera pas sans moyens et également un cadre juridique qui rend toute tentative de fraude quasi impossible. À ce titre, Charfi proposera dans le cadre de la nouvelle loi électorale des «solutions juridiques à même d'éliminer définitivement toutes formes de corruption ayant marqué précédemment le processus électoral», souligne-t-il, visant spécifiquement «le financement de la campagne électorale». Une préoccupation qu'il partage avec le président de la République. Charfi estime primordial de «faire face à la corruption qui a pris de l'ampleur au sein de la société ces dernières années».
Il reste que l'homme affiche un optimisme certain quant à l'engagement de la société pour venir à bout de la corruption en politique. Il en veut pour preuve, «la forte contribution des citoyens dans l'encadrement des bureaux de vote le jour du scrutin». Il affirme avoir constaté une présence «massive» des citoyens, histoire de camper le rôle d'observateurs bénévoles. Un aspect qu'il juge très positif, au point de souhaiter voir le concept d'«observateurs citoyens bénévoles» introduit dans le nouveau Code électoral. A travers cette proposition qui donne tout son sens à la démocratie participative, Mohamed Charfi entend démontrer le caractère indépendant de l'Anie, en ce sens qu'il ne considère pas un contrôle populaire comme une prise de risque, mais bien au contraire, comme un appoint à une Autorité qui se prépare à son troisième et quatrième examen dans le courant de l'année 2021, si les conditions sanitaires le permettent. À une question sur de probables élections générales en Algérie, c'est-à-dire l'organisation des législatives et des locales le même jour, Charfi a précisé que «sur le plan juridique et technique, rien n'empêche l'organisation des prochaines échéances législatives et locales le même jour, mais il n'y a pas suffisamment de magistrats pour pouvoir le faire». Il faudra pour ce faire, mobiliser quelque 9 000 magistrats. «Or nous comptons actuellement en Algérie 6 000 magistrats», a-t-il expliqué.
Par ailleurs, le président de l'Anie Mohamed Charfi, a rappelé les directives du président Tebboune concernant l'enrichissement et la révision du Code électoral, notamment en ce qui concerne la participation des formations politiques, précisant que cette révision s'inscrit dans le cadre de la concrétisation effective du sens du «consensus national» qui constitue un support pour «l'édification de l'Algérie nouvelle».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.