Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    Une AG élective «bis» le 24 avril    Les psychotropes ravagent les jeunes    Lancement de la 14ème édition de son concours «Media Star»    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Produits agricoles : Hemdani prévoit la stabilisation des prix dans quelques jours    Guardiola explique les raisons de la non-participation de Mahrez face à Chelsea    Boukadoum et Beldjoud reçus par le Premier ministre libyen    Poursuite du recensement des zones d'ombre à l'échelle nationale    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Archives algériennes : une mémoire confisquée ?    Coronavirus:163 nouveaux cas, 117 guérisons et 5 décès    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Disparition de la chanteuse Naïma Ababsa: Une femme d'exception, une dame de coeur    Eau : le déficit national de pluviométrie compris entre 20 et 30 % sur les trois dernières années, selon le ministre    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Les Kabyles dès aujourd'hui au Cameroun    La BADR vulgarise ses produits    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Les ménages à rude épreuve    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    C'est l'escalade !    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    6 ans de prison pour deux anciens DG    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mésaventure continue
Le CRB et le MCA maltraités en Afrique
Publié dans L'Expression le 15 - 02 - 2021

Décidément en Afrique, certains pays n'ont pas encore évolué en matière de «civisme sportif», alors qu'on est en 2021! Sinon comment expliquer les mauvais traitements que subissent les clubs algériens engagés en coupes africaines interclubs? Le dernier mauvais traitement d'un club algérien s'est passé juste, samedi dernier à Lubumbashi en République démocratique du Congo, où le CR Belouizdad a été victime d'un vol. Cela s'est passé lors de son premier match de la phase de poules de la Champions League au TP Mazembe (0-0) et pendant lequel plusieurs objets lui ont été dérobés dans les vestiaires.
Et c'est pourquoi, justement, la direction du CR Belouizdad a fermement dénoncé les actes de violence perpétrés contre son équipe. «Le téléphone et les lunettes de notre directeur du pôle compétitif, Toufik Korichi, ont été volés, tout comme le téléphone de notre attachée de communication», a indiqué la direction des Rouge et Blanc dans un communiqué, ajoutant que «pendant la mi-temps, un groupe de supporters du TP Mazembe a fait irruption sur le terrain et a essayé d'empêcher l'équipe du CRB de revenir jouer». La direction du CRB a ajouté que ce sont des faits extra-sportifs qui s'étaient «prolongés jusque sur le terrain», où le Chabab a eu à subir «le parti pris de l'arbitre, ayant continué à faire jouer le match bien au-delà du temps additionnel convenu». De plus, «la direction du stade de Lubumbashi avait procédé à l'extinction de l'écran géant», qui retransmettait le match en direct, dans ce qui semblait être une autre tentative de déstabilisation lancée contre le CRB. Ces actes ne sont pas les premiers que subissent les clubs algériens, puisque c'est devenu presque une «tradition», sans que ni la FAF ni la CAF ne réagissent avec fermeté contre ces «sandales». Au mois de novembre dernier, le MC Alger avait connu une mésavenure avec les Buffles de Borgou du Bénin. Au match retour, cette équipe a refusé de rejoindre Alger sous prétexte qu'elle n'a pas trouvé de vol en direction de Paris pour rejoindre Alger par la suite à cause de la suspension des vols en Algérie. Or, cela n'a pas été le cas et la CAF, au lieu de sanctionner cette équipe et de la déclarer forfait n'a pas trouvé mieux que de faire reprogrammer ce match. Plus grave encore. Au match aller les Mouloudéens ont subi un très mauvais traitement au Bénin. Arrivés à Porto-Novo, les joueurs ont subi certaines pratiques antisportives des responsables du club local, concernant la programmation des créneaux d'entraînement ainsi que le transport de et vers l'hôtel. Pour s'entraîner, les joueurs ont dû se déplacer jusqu'aux frontières du Nigeria, avec un trajet de plus de
50 kilomètres, pour travailler sur un terrain en gazon naturel. Mais ce n'est pas tout. En cours de route, le bus est tombé en panne et l'arrivée d'un autre pour les transporter vers leur hôtel a pris encore des heures.
Pis encore, lors du match du tour suivant face au CS Sfax, les Algérois ont subi encore un traitement le moins que l'on puisse dire «indigne». Par ailleurs, le CRB, lui aussi, a connu une mésaventure avec le club de Gor Mahia du Kenya au match aller le 24 décembre dernier au stade du 5-Juillet. Cette rencontre, comptant pour le 2e tour préliminaire (aller) de la Ligue des champions d'Afrique, a été reprogrammé au samedi
26 décembre, puisque les Kenyans indiquaient qu'il était difficile pour eux de trouver un vol sur Alger en raison de la fermeture de l'espace aérien liée à la pandémie de Covid-19.
C'est dire que la faiblesse des responsables de la FAF permet à ceux de la CAF de «sanctionner» nos clubs après qu'ils ont subi régulièrement des traitements antisportifs de certains clubs africains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.