113ème vendredi de manifestations: La mobilisation ne faiblit pas    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Algérie Poste: Les grévistes menacés de licenciement    LA POUSSIÈRE SOUS LE TAPIS    Droit de grève et service public    Groupe Est: Le trio de tête en déplacement    FAF - Elu président à la majorité: Les chantiers de Charaf-Eddine Amara    Ligue 2 - Groupe Ouest: Sérieux tests pour l'ASMO et le CRT    Retard dans le versement des salaires: Grève et protestation des enseignants    Aïn Defla: Carambolage entre 34 véhicules, huit blessés    Sidi Bel Abbès: Des jeunes manifestent contre le confinement    Manifs et manips    Elle s'appele Elizabeth Moore Aubin    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    Le processus électoral est inéluctable    Tebboune appelle à choisir «en toute liberté»    Le Hirak perd son inspiration    Place au carré se dessine    Brèves Omnisports    Lancement des essais du système d'éclairage    Garder son numéro en changeant d'opérateur    Le gouvernement desserre l'étau    L'entente cordiale    Takeda met à l'honneur «Home Infusion»    Les étudiants affichent leur mécontentement    Impressionnant bilan du MDN    Une situation explosive au Sahel    Quand la jeunesse répond présent    Initiation des enfants aux arts    Des films algériens en compétition    Ligue 1 : victoire l'ES Sétif devant la JS Kabylie (1-0)    Khenchela: décès du moudjahid Mohamed Tahar Bouchareb    [Vidéo]Grandiose manifestation malgré le jeûne et la pluie    Parution du roman d'épouvante "Fayla", de Abdelmoaiz Farhi    Des pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à samedi    La ligue arabe avertit contre les plans coloniaux qui menacent la Mosquée d'Al-Aqsa    L'UNESCO adopte une nouvelle résolution sur les mesures sionistes à El Qods    Sétif: accélérer la cadence des travaux d'aménagement externes du pôle urbain de Tinar    Le CN prend part au lancement de la stratégie régionale de l'OIM pour la région MENA (2020-2024)    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'armée marocaine    Le musée national des Beaux-arts célèbre le mois du patrimoine    L'AARC s'investit dans l'initiation des enfants aux arts    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Le gouvernement français «regrette»...    Coup dur pour le processus de paix d'Alger    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'accord maroco-européen en question
La CJUE examine, aujourd'hui, le recours du Front Polisario
Publié dans L'Expression le 02 - 03 - 2021

La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE)va examiner, aujourd'hui, le recours, introduit par le Front Polisario, en annulation de l'accord portant extension des Accords d'association et de libre-échange UE/Maroc au territoire du Sahara occidental. Cette première séance consacrée à la décision du Conseil de l'Europe en avril 2019 va constituer le début d'une longue et méthodique procédure au bout de laquelle la CJUE devrait, dans quelques mois, confirmer la sentence qu'elle avait déjà prononcée sur les violations flagrantes du droit international par certains pays européens à l'encontre des ressources du peuple sahraoui que le Maroc attribue en toute illégalité.
Les deux audiences que la 9ème chambre de la CJUE va tenir aujourd'hui et demain seront, cependant, décisives pour le rendu du délibéré qui, on l'espère, mettra un terme aux manoeu-vres des pays européens qui piétinent le premier arrêt et font fi des résolutions du Conseil de sécurité et de la 4ème Commission de l'ONU selon lesquelles le Sahara occidental est «en attente de décolonisation», même si l'organisation du référendum d'autodétermination a été, des décennies durant, contrecarrer par le royaume marocain, soutenu par ces mêmes pays occidentaux, au demeurant bien connus.
Le Front Polisario, représentant légitime du peuple sahraoui, a introduit un recours en annulation de l'accord de libre-échange et de l'accord de pêche, signés le 28 janvier 2019, au mépris des décisions de la CJUE, en 2016 et 2018, et en contradiction flagrante des dispositions du droit international tel qu'il découle des résolutions des Nations unies. La CJUE avait, ainsi, clairement édicté le fait que le Maroc et le Sahara occidental sont deux territoires distincts, ce qui implique que tout accord portant sur les richesses du Sahara occidental ne saurait être conclu qu'avec le seul représentant légitime du peuple sahraoui, à savoir le Front Polisario. Des conclusions formulées explicitement dans les arrêts de 2018 relatifs à la pêche dans les eaux territoriales du Sahara occidental et à son espace aérien. Ce qui n'a pas empêché le Parlement européen de contourner l'arrêt en adoptant, en janvier 2019, un document élargissant les tarifs douaniers préférentiels entre l'UE et le Maroc au territoire sahraoui, afin de permettre la poursuite du pillage des ressources naturelles du peuple sahraoui. D'où la démarche du Front Polisario qui entend barrer la route à cette mainmise sur «l'agriculture d'exportation, le phosphate, la pêche et le tourisme», notamment qui sont mis à profit par l'occupant marocain en vue de maintenir sa présence dans la dernière colonie en Afrique. La RASD ne fait pas mystère, d'ailleurs, de sa détermination à pousser vers la porte de sortie les groupes européens et autres qui activent illégalement au Sahara occidental et cela en s'appuyant sur les dispositions incontournables du droit international. Il faut savoir, pour mesurer l'importance des enjeux, que le Maroc a bénéficié en 2019 de quelque 435 millions d'euros pour les seules «exportations» de poisson provenant des eaux territoriales du Sahara occidental tandis que les gains tirés du phosphate demeurent, quant à eux, soigneusement cachés. Fort du soutien de l'Union africaine et de l'Assemblée générale des Nations unies, la RASD a entièrement confiance dans l'impartialité de la CJUE et attend, confiante et sereine, que justice lui soit rendue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.