Ligue 1 : victoire l'ES Sétif devant la JS Kabylie (1-0)    [Vidéo]Grandiose manifestation malgré le jeûne et la pluie    Khenchela: décès du moudjahid Mohamed Tahar Bouchareb    Le MJS rassure les sportifs d'élite pour leur avenir professionnel, après la reconversion    Parution du roman d'épouvante "Fayla", de Abdelmoaiz Farhi    Maladies chroniques: appel au respect des recommandations médicales durant le Ramadhan    FAT: Décès de l'ancien DTN, Mohamed Bouchabou    Covid-19: au moins 2.987.891 morts dans le monde    Ligue 2 (12e j): le derby JSMB-MOB à l'affiche    Sétif: accélérer la cadence des travaux d'aménagement externes du pôle urbain de Tinar    Algérie-Liban: renforcer la coopération dans le domaine de l'enseignement supérieur    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'armée marocaine    La ligue arabe avertit contre les plans coloniaux qui menacent la Mosquée d'Al-Aqsa    L'UNESCO adopte une nouvelle résolution sur les mesures sionistes à El Qods    Des pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à samedi    Le CN prend part au lancement de la stratégie régionale de l'OIM pour la région MENA (2020-2024)    Le musée national des Beaux-arts célèbre le mois du patrimoine    L'AARC s'investit dans l'initiation des enfants aux arts    Real : l'avenir de Benzema serait lui aussi scellé    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coup dur pour le processus de paix d'Alger    Amara, un plébiscite et des promesses    Le gouvernement français «regrette»...    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tous les indicateurs sont en hausse    Tension persistante dans l'éducation    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Est-ce une nouvelle crise ?    La grève s'étend    Nomination des chefs de sûreté    Des partis à la recherche de candidats    Abu Rudeineh appelle la communauté internationale à agir    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie tend la main à sa diaspora
Après les logements LPP, place aux microentreprises
Publié dans L'Expression le 04 - 03 - 2021

Nos émigrés pourront créer des entreprises à...distance! En effet, le gouvernement vient d'annoncer que les jeunes de la diaspora ne sont plus tenus de rentrer au pays pour entreprendre dans le pays.
«Les jeunes établis à l'étranger désirant créer des microentreprises dans le cadre de l'Agence nationale d'appui et de développement de l'entrepreneuriat (Anade) sont exemptés de l'obligation de rentrer au pays pour procéder aux démarches administratives préliminaires liées à la création des microentreprises au niveau des agences des wilayas», a annoncé le ministère délégué auprès du Premier ministre chargé des Microentreprises.
Le département de Nassim Diafat explique que, désormais, cela pourra se faire par procuration.
«Les citoyens intéressés peuvent mandater un tiers par une procuration établie par les centres diplomatiques et consulaires algériens à l'étranger», souligne la même source. «Ils devront accompagner cette demande d'une copie de la carte consulaire valide et une copie du passeport algérien valide du mandataire», est-il ajouté. Néanmoins, le ministère chargé des Microentreprises précise que cette «mesure demeure valable tout au long de l'opération de constitution du dossier et de réunion des conditions prévues par la loi». Une fois que toutes les conditions sont satisfaites et le dossier de création d'une microentreprise est constitué, la personne concernée sera invitée à se présenter devant une commission pour examiner son dossier. Celle-ci est chargée de la sélection, de l'adoption et du financement des projets d'investissement de l'Anade.
La présence physique est cette fois-ci obligatoire. Mais pas de panique! En cas d'empêchement, tel que le maintien de la fermeture des frontières, la personne concernée peut recourir à la visioconférence. Ce n'est qu'une fois le dossier adopté que la présence du gérant de cette microentreprise sur le sol algérien est obligatoire. «En cas d'adoption du dossier par la commission, le bénéficiaire ou la personne concernée devra regagner le pays dans les délais fixés par la commission afin d'entamer les démarches pour la mise en oeuvre du projet», est-il indiqué.
Les facilitations accordées à nos jeunes émigrés ne s'arrêtent pas là! Puisque, contrairement aux locaux, ils ne sont plus soumis à l'obligation de suivre une session de formation relative aux mécanismes de création des microentreprises.
«Elle sera remplacée par une session sur les mécanismes de gestion des microentreprises», fait savoir le même ministère. Ce dernier se réjouit du fait que cette nouvelle mesure doit permettre «d'associer les membres de la diaspora dans les efforts de développement du secteur des microentreprises et de l'entrepreneuriat en Algérie». Un moyen donc pour pousser nos
«cerveaux» de l'étranger à revenir au pays. Un beau cadeau pour notre diaspora, mais qui fait déjà grincer des dents à Alger. Beaucoup d'Algériens sont d'accord sur le principe de faciliter le retour de leurs compatriotes au pays. Toutefois, ils estiment que la grande priorité pour le moment est de permettre déjà aux jeunes installés en Algérie de pouvoir entreprendre. Cela passe par un accès aux financements qui est très limité en ces temps de crises économique et sanitaire. De Tamanrasset à Alger, de Tlemcen à Annaba, ce ne sont pas les idées qui manquent, mais...l'argent! Nos jeunes ont montré de quoi ils étaient capables durant cette pandémie de coronavirus, pourvu qu'on leur donne les moyens et qu'on les mette dans des conditions favorables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.