Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Benabderrahmane donne le coup de starter    Sahara occidental: une délégation sahraouie appelle le Gouvernement britannique à amener le Maroc à respecter les résolutions onusiennes    Sonatrach: deux contrats EPC et un mémorandum d'entente signés à Alger    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    ENTMV: une consultation internationale pour l'acquisition d'un nouveau système de réservation électronique    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Belani se félicite des bonnes conditions du déroulement du concours d'accès aux grades d'attachés et secrétaire des AE    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    LA VIE... ET LE RESTE    Maguire, c'est désastreux    Brèves    Tensions accrues au Sahel    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Moscou juge «stupides» les soupçons occidentaux    Du bon et du moins bon    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    Le ministère de la Culture et des Arts prend part à la 21e édition du SITEV    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



172 Milliards de dinars de créances impayées
Crédit Ansej
Publié dans L'Expression le 07 - 02 - 2021

La politique de «l'assistanatÌ adoptée, auparavant, par l'Ansej a coûté cher à la trésorerie. Cent soixante douze milliards de dinars serait le montant total des crédits impayés par les bénéficiaires de ce dispositif et n'ayant plus les moyens de rembourser leurs dettes. C'est ce qu'a révélé hier, Mohamed Cherif Bouaoud, le DG de l'Ansej, appelée désormais l'Agence nationale d'appui et de développement de l'entrepreneuriat (l'Anade.) Il intervenait lors de son passage au Forum du quotidien arabophone Echaâb. Après avoir révélé la somme astronomique précitée Bouaoud a affirmé que «nous allons changer cette politique en optant pour une autre solution visant à permettre aux promoteurs d'apporter un plus à l'économie nationale.» Affirmant que «l'Etat ne ménagera aucun effort pour aider nos jeunes entrepreneurs», ce responsable a annoncé «la mise en place prochaine d'une cartographie des besoins pour orienter les jeunes vers des projets porteurs selon un schéma directeur». Une démarche afin de rendre les financements objectifs et pourvoyeurs de richesse et d'emplois. En attendant la finalisation de ladite cartographie, le DG de l'Anade a fait savoir que «c'est le Comité de sélection, de validation et de financement des projets, qui se chargera d'accepter ou de refuser les demandes, pour éviter que les promoteurs jeunes versent dans les mêmes créneaux». L'autre nouveauté très attendue annoncée par le DG de l'Anade serait la mise en place des guides des programmes de développement arrêtés dans chaque wilaya, ceux en voie de lancement, en cours d'études ou d'exécution, en vue d'impliquer un maximum de micro-entreprises aux opérations de réalisation. Autrement dit, leur faciliter l'accès à la commande publique. Dans ce sens, le même responsable a évoqué la possibilité aux entrepreneurs de se regroupé afin d'être éligibles à accéder aux commandes publiques. À cela s'ajoute le fait que l'Anade lancera des formations de courte durée en partenariat avec le secteur de la formation professionnelle, au profit des jeunes entrepreneurs. Une solution pratique, du fait que selon l'avis des experts «c'est l'esprit d'entrepreneur qui reste à développer». Ce sont là quelques-unes des nouvelles mesures révélées par le DG de l'Anade afin de permettre aux jeunes d'éviter les échecs constatés dans les projets financés.
Un dossier qui ne veut pas s'effacer. «Sur les quelque 38600 microentreprises créées, aujourd'hui un nombre important d'entre elles ont mis la clé sous le paillasson et ont cessé l'activité», a révélé Bouaoud. Poursuivant, il a précisé que «le taux de mortalité des jeunes entités économiques crées dans le cadre de l'Ansej a atteint les 70%». L'intervenant a révélé, qu'«un déficit financier de l'ordre de 27 milliards de DA, indemnisé au profit de 22000 entreprises a été pris en charge par le Fonds de caution mutuelle de garantie risques/crédits jeunes promoteurs qui a remboursé les promoteurs.» L'intervenant n'a pas manqué d'ajouter dans ce contexte que ledit fonds est en train d'étudier environ 50000 dossiers. Cela avant de révéler que «l'Anade a enregistré, à travers sa plate-forme numérique, à ce jour 8000 entreprises qui réclament l'effacement de leurs dettes, le rééchelonnement des remboursements». Le DG de l'Anade a, dans ce sens, conclu que «toutes les banques au niveau national ont obtenu l'accord de rééchelonnement des dettes des propriétaires de petites entreprises, afin de permettre l'enregistrement d'un plus grand nombre d'institutions en difficulté».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.