Ligue 1 : victoire l'ES Sétif devant la JS Kabylie (1-0)    [Vidéo]Grandiose manifestation malgré le jeûne et la pluie    Khenchela: décès du moudjahid Mohamed Tahar Bouchareb    Le MJS rassure les sportifs d'élite pour leur avenir professionnel, après la reconversion    Parution du roman d'épouvante "Fayla", de Abdelmoaiz Farhi    Maladies chroniques: appel au respect des recommandations médicales durant le Ramadhan    FAT: Décès de l'ancien DTN, Mohamed Bouchabou    Covid-19: au moins 2.987.891 morts dans le monde    Ligue 2 (12e j): le derby JSMB-MOB à l'affiche    Sétif: accélérer la cadence des travaux d'aménagement externes du pôle urbain de Tinar    Algérie-Liban: renforcer la coopération dans le domaine de l'enseignement supérieur    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'armée marocaine    La ligue arabe avertit contre les plans coloniaux qui menacent la Mosquée d'Al-Aqsa    L'UNESCO adopte une nouvelle résolution sur les mesures sionistes à El Qods    Des pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à samedi    Le CN prend part au lancement de la stratégie régionale de l'OIM pour la région MENA (2020-2024)    Le musée national des Beaux-arts célèbre le mois du patrimoine    L'AARC s'investit dans l'initiation des enfants aux arts    Real : l'avenir de Benzema serait lui aussi scellé    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coup dur pour le processus de paix d'Alger    Amara, un plébiscite et des promesses    Le gouvernement français «regrette»...    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tous les indicateurs sont en hausse    Tension persistante dans l'éducation    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Est-ce une nouvelle crise ?    La grève s'étend    Nomination des chefs de sûreté    Des partis à la recherche de candidats    Abu Rudeineh appelle la communauté internationale à agir    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soufiane Djilali craint des dérapages
Slogans du Hirak
Publié dans L'Expression le 06 - 03 - 2021

Les signes de l'effritement du Hirak et de son utilité dans d'autres arènes, notamment celle électorale, se précisent de plus en plus. De l'éviction de l'activiste de première heure, Samir Belarbi de la marche du 16 février à Kherrata, aux appels d'adhésion d'un bon nombre de partis à la démarche constitutionnelle engagée par le président de la République, et après satisfaction de toutes les revendication des citoyens, le Hirak semble être convié à jouer un rôle plus important; celui de permettre son enrôlement dans les institutions et les assemblées de l'Etat, pour y accompagner les changements espérés.
D'autre part, une prise de conscience partagée entre le politique et le citoyen, est en train de prendre forme pour faire face aux menaces étrangères qui guettent la moindre fausse manoeuvre de l'Algérie pour y déclencher le chaos. C'est sur ce registre que le président de Jil Jadid, Soufiane Djilali est intervenu lors du forum du site «el djazair el an», pour y dénoncer une instrumentalisation du Hirak, expliquant que «le Hirak est émaillé de slogans venus de l'étranger et servant des agendas dont le but est de déstabiliser le pays.
Ils servent ceux qui profitent de l'occasion pour faire basculer le pays dans une spirale de problèmes et de conflits. Une partie du Hirak se dirige vers l'impasse, car divisé de l'intérieur».
Il faut dire que le président de Jil Jadid n'a pas mâché ses mots, en mettant en avant la sournoiserie des slogans du Hirak 2, allusion faite à la guerre médiatique menée contre l'Algérie, autant de la part de nos voisins de l'Ouest que des mercenaires établis en Europe, et nourris par le sein de l'impérialisme et du sionisme, hostiles à tout dénouement positif en Algérie, car il faut le dire, la majorité des slogans du Hirak pacifique initial ne figure pas dans la version 2.
Des revendications majeures de la protestation populaire, ne subsiste que la ténébreuse phrase «dawla madania, machi askaria». Une absence de consistance du mouvement qui n'est en réalité que la fin d'un bras de force, qui a été réglé par l'obtention de toutes les requêtes du peuple.
Une situation que les ennemis de la nation ne pourraient admettre, comme le signifie clairement Soufiane Djilali dans son intervention «Les résidus du système corrompu activent encore pour freiner la politique engagée pour le changement et la satisfaction des revendications du peuple algérien, exprimés à travers son Hirak pacifique».
Pour le président de Jil Jadid, la seule alternative pour consolider et protéger le processus constitutionnel, est sans conteste l'instauration d'un dialogue inclusif, et essentiellement orienté vers un consensus sur la gestion des affaires du pays, qui ne peut être possible qu'à travers la concrétisation des étapes clés pour l'instauration du principe démocratique, en l'occurrence, le renouvellement des institutions et des assemblées par la voie électorale. Il met en avant l‘importance de passer par «des concertations politiques afin de réaliser le changement escompté».
Le rejet catégorique de toute proposition du pouvoir conduit inévitablement à la confrontation. Le dialogue national est le moyen le plus efficace pour l'encadrement des Algériens. Il n'y a aucune autre voie pour le changement que la légitimité des urnes lorsque les conditions de transparence et de régularité sont réunies».
En somme, les mises en garde du président de Jil Jadid, interviennent à un moment crucial et délicat, pour l'avenir de l'Algérie nouvelle, du fait que l'intensité des attaques et des tentatives de manipulation du Hirak se fait de plus en plus acerbe, et nécessite justement une mobilisation sans faille, pour mettre fin à travers les urnes, à cette convoitise des richesse de l'Algérie qui dure depuis des décennies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.