Coupe de la Ligue : le MC Oran bat le CABB Arréridj et passe en huitièmes de finale    Tottenham : Mourinho se moque de ce que peut raconter Pogba    "Retrouve-moi au mont Waq Waq", ou l'épopée fantastique d'une femme éprise de liberté    LA POUSSIÈRE SOUS LE TAPIS    Droit de grève et service public    113ème vendredi de manifestations: La mobilisation ne faiblit pas    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Groupe Est: Le trio de tête en déplacement    FAF - Elu président à la majorité: Les chantiers de Charaf-Eddine Amara    Ligue 2 - Groupe Ouest: Sérieux tests pour l'ASMO et le CRT    Retard dans le versement des salaires: Grève et protestation des enseignants    Aïn Defla: Carambolage entre 34 véhicules, huit blessés    Sidi Bel Abbès: Des jeunes manifestent contre le confinement    Algérie Poste: Les grévistes menacés de licenciement    Manifs et manips    Tebboune appelle à choisir «en toute liberté»    Le Hirak perd son inspiration    Garder son numéro en changeant d'opérateur    Le gouvernement desserre l'étau    Place au carré se dessine    Brèves Omnisports    Lancement des essais du système d'éclairage    L'entente cordiale    Une situation explosive au Sahel    Elle s'appele Elizabeth Moore Aubin    Takeda met à l'honneur «Home Infusion»    Les étudiants affichent leur mécontentement    Impressionnant bilan du MDN    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    Le processus électoral est inéluctable    Quand la jeunesse répond présent    Initiation des enfants aux arts    Des films algériens en compétition    Khenchela: décès du moudjahid Mohamed Tahar Bouchareb    [Vidéo]Grandiose manifestation malgré le jeûne et la pluie    Des pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à samedi    L'UNESCO adopte une nouvelle résolution sur les mesures sionistes à El Qods    Sétif: accélérer la cadence des travaux d'aménagement externes du pôle urbain de Tinar    Le CN prend part au lancement de la stratégie régionale de l'OIM pour la région MENA (2020-2024)    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'armée marocaine    La ligue arabe avertit contre les plans coloniaux qui menacent la Mosquée d'Al-Aqsa    Le musée national des Beaux-arts célèbre le mois du patrimoine    L'AARC s'investit dans l'initiation des enfants aux arts    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Le gouvernement français «regrette»...    Coup dur pour le processus de paix d'Alger    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fabrique des mensonges!
Les internautes et le fossé entre le monde réel et le monde virtuel
Publié dans L'Expression le 08 - 03 - 2021

La scène politique nationale est partagée entre le processus réel et ce qu'il charrie comme contradictions. Mais elle se livre aussi à une «interaction» virtuelle où les contradictions et les antagonismes dégagent d'autres éléments de la réaction par rapport aux événements politiques dans la réalité objective.
La lecture des enjeux et de la situation politique du pays diffère. Les réalistes tiennent compte de tous les aspects de la crise en étant objectifs quant à l'assimilation des enjeux et les conséquences de ladite réalité politique. Quant à ceux qui baignent dans le monde virtuel de la Toile et ses succédanés, sont dans une logique et un temps psychologique pétris de fétichisme et d'«idolâtrie» morbide de ce qui est nommé abusivement et vulgairement événements politiques et réalité du pays. Le monde de la Toile et ses «commodités» virtuelles développent une espèce d'aliénation allant jusqu'à devenir une addiction et une accoutumance dépossédant le «collectionneur» de ce monde de sa conscience réelle et de sa sérénité ordinaire. La réalité des réseaux sociaux s'exprime via un monde dépourvu des strates et des couches d'épines de la vraie réalité, celle palpable et manifeste à la fois. Ils construisent un monde platonique aux antipodes des contradictions et des problèmes de la vie ordinaire. Ce monde est étudié minutieusement par les spécialistes de l'instrumentalisation de la Toile pour les besoins de l'orientation de l'opinion publique. Il s'agit d'une ingénierie peaufinée en bonne et due forme dans le but de transformer les utilisateurs des réseaux sociaux en de véritables mutants. Le cas des réseaux sociaux algériens est un cas d'école en ce qui concerne cette ingénierie macabre consistant à embrigader et transformer les internautes en de véritables instruments de manipulation en recourant à la déformation de la réalité sur fond d'événements et de séries d'informations dépouillées de véracité et de concret. Ce travail est mené pars des gourous réservés à ce genre de manipulation fondée sur l'imposture et le mensonge extrême. En Algérie, les internautes, surtout la variante des jeunes, sont otages de cette spirale du monde virtuel où l'effet et le spectacle remplacent le sens critique et l'assimilation consciente des événements en question. Cette donne provoque des crises et des ambivalences chez les internautes lambda dans la mesure où le monde dans lequel ils baignent n'est pas celui qu'ils imaginent dans la Toile et le monde virtuel. Le choc se fait sentir avec acuité une fois cet internaute gavé par son gourou et son «mentor et il trouve que la galvanisation et la dédramatisation qui pullulent au sein de la Toile ne sont pas le prolongement réel et le cheminement naturel de la réalité sociale objective.
Cette situation est doublement ressentie par l'internaute et son gourou à la fois de par la coupure qui risque de se déclencher et provoquer une situation d'implosion psychologique.
C'est cet état d'âme qui règne chez les utilisateurs algériens et algériennes des réseaux sociaux et toutes les plates-formes qui se trouvent dans la Toile. L'Algérien qui vit dans ce monde virtuel croit dur comme fer que la politique se fait dans les dédales sournoises de la Toile... mais une fois il se rend à l'évidence que tout ça n'est qu'une forme de manipulation de l'opinion dont il est la première victime, il développe une espèce de sentiment d'acharnement frénétique le poussant à réagir d'une manière maladive et morbide. Le Mouvement populaire et son élan du 22 février 2019 avaient fait leurs preuves sur le terrain de la mobilisation concrète, en exigeant le changement sur la base des manifestations et l'encadrement sur le terrain avec des objectifs bien déterminés et élucidés.
Quant à la manipulation qui se propage dans le monde virtuel, fait dans la galvanisation et l'endoctrinement via des méthodes visant la transformation des citoyens et des citoyennes en une charge négative, étant donné que le monde réel n'est pas comme celui qui s'apparente à une «idylle» sur la Toile. Cette coupure est désastreuse pour l'internaute qui a clos son monde à travers l'Internet, il se fait agresser par ses propres moyens, à savoir le mythe construit sur le changement qui ne se déroule que dans l'approche construite par les gourous et les spécialistes de l'ingénierie du mensonge et de l'imposture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.