Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mairie de Mizrana fermée
Tizi Ouzou
Publié dans L'Expression le 08 - 03 - 2021

Fermée par les citoyens durant plus d'une semaine, la mairie de Mizrana demeure inaccessible aux citoyens dans l'indifférence générale des élus et des responsables locaux. Si les villageois qui ont procédé à cette action justifient leur colère par des manques devenus insupportables, il n'en est pas de même pour les responsables qui observent sans réagir la fermeture des services de la mairie sanctionnant ainsi dramatiquement, les autres citoyens. C'est quasiment une paralysie qui ne semble point les déranger tant que cela ne pénalise que les petites gens. Les responsables qui, jusque-là n'ont toujours pas répondu favorablement aux revendications des citoyens, se tiennent ainsi, loin d'elles, alors qu'elles ont été formulées par les citoyens du village Tamazirth Ourabah qui souffrent, selon leurs représentants, de l'état de leur route non revêtue, depuis des années ainsi que l'absence d'un réseau d'assainissement et d'une aire de jeu au niveau de leur localité lointaine de tous les centres urbains tels le chef-lieu de la commune de Mizrana et la ville de Tigzirt.
Pis encore, les élus restent inactifs au point de voir les mêmes villageois revenir une semaine plus tard pour la fermeture d'une route parce que leur action contre la mairie, après une semaine, n'a eu aucun écho. Les mêmes élus sont ainsi restés sans réagir ni prendre attache avec les villageois durant une semaine jusqu'à les voir revenir pour une autre action. En effet, hier, les citoyens du village Tamazirth Ourabah, situé dans la commune de Mizrana sont revenus à la charge en fermant à la circulation routière la Route nationale 24 au niveau de Tigzirt. Les habitants de cette localité qui pouvait facilement faire partie des zones d'ombre, revendiquent, sans être entendus, le bitumage des routes et la réalisation du réseau d'assainissement, selon le comité de village qui dirige les actions de protestation.
En fait, ce genre d'actions semble se banaliser de jour en jour. Comme dans beaucoup de communes, les élus ne sont pas scandalisés par les actions de fermeture des mairies. Certains, affirment les citoyens, sont plutôt heureux de ces actions, qui leur procurent des justificatifs pour ne pas venir à la mairie et se consacrer à d'autres activités champêtres. Ce n'est pas un fait divers, mais certains élus profitent de ces actions pour se consacrer non pas au dialogue avec les contestataires en vue de trouver des solutions aux problèmes, mais pour rester à la maison et se consacrer aux travaux des champs et de jardinage. Enfin, notons que la wilaya compte jusqu'au mois de décembre dernier quelque 402 zones d'ombre recensées mais au vu de ces actions de protestation, il en existe beaucoup plus. Chaque semaine, des villageois montent au créneau pour faire entendre leurs voix devant le manque de volonté de dialogue des élus qui ne sont même pas capables d'affronter les regards de leurs citoyens désabusés par la persistance des mêmes problèmes durant des années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.