Super Ligue : Florentino Perez s'explique    La BADR vulgarise ses produits    Les Kabyles dès aujourd'hui au Cameroun    Le choix cornélien des membres du BF de la FAF    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    Boukadoum en visite de travail en Libye    Le parcours du combattant des candidats indépendants    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Des dossiers lourds en voie de finalisation    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    Les exigences de la CNCC    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    6 ans de prison pour deux anciens DG    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Profession: Auto-serveur    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le sempiternel casse-tête du transport    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    156 nouveaux cas, 111 guérisons et 03 décès    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le vieux renard» revient à bouzeguène
Hommage àu colonel Akli Mohand Oulhadj
Publié dans L'Expression le 08 - 03 - 2021


La région de Bouzeguène a rendu un vibrant hommage à Akli Mohand Oulhadj hier, lors d'une cérémonie organisée à l'occasion de l'anniversaire de sa naissance. En présence du médiateur de la République, Karim Younès, les organisateurs ont souligné les qualités et les valeurs de l'homme qui a, durant toute sa vie, préféré et réussi à réunir un consensus pour trouver des issues à toutes les situations et à tous les conflits qui surgissaient. Pour l'occasion, une stèle a été érigée en sa mémoire par les promoteurs qui sont les organisations de la famille révolutionnaire comme l'ONM ainsi que la Fondation historique Akli Mohand Oulhadj. Dans leurs interventions, d'anciens maquisards ont souligné les qualités de l'homme, appelé d'ailleurs par ses amis «le vieux ou Amghar» pour sa sagesse. Ses ennemis l'appelaient également «le vieux renard» eu égard à son intelligence. Pour sa part, le médiateur de la République, Karim Younès, a mis en exergue ses caractéristiques qui sont en effet la sagesse et l'intelligence, mais surtout le fait qu'il soit l'homme du consensus dans toutes les situations difficiles durant la Guerre de Libération nationale, comme après l'indépendance. Karim Younès rappellera d'ailleurs qu'Akli Mohand Oulhadj n'a pas hésité à voler au secours de la jeune Algérie agressée au lendemain de son indépendance en rejoignant l'Armée nationale populaire. À noter, par ailleurs que l'homme a assumé de grandes responsabilités durant la Guerre de Libération nationale. Akli Mohand Oulhadj prendra le relais de Amirouche Aït Hamouda comme chef de la wilaya III historique dans une conjoncture très difficile où la région de la Kabylie subissait les affres de l'opération Jumelles lancée par l'armée coloniale dans l'objectif de décimer les maquis. L'homme a su réorganiser et adapter les maquis à cette donne grâce à son esprit de grand stratège. Selon ses compagnons, le nouveau chef de la Wilaya III historique a su redynamiser le combat, en réorganisant ses hommes en petits groupes mobiles pour harceler l'armée coloniale par des techniques de la guérilla. Enfin, rappelons qu'Akli Mohand Oulhadj, qui a symboliquement hissé le drapeau algérien à Sidi Fredj, le 5 juillet 1962, s'est engagé dans l'action politique alors qu'il était encore jeune. Né le 7 mars 1911 à Bouzeguène, le jeune Akli se séparera de l'école avec un certificat d'études primaires. Encore enfant, il travaille à la forge pour aider ses parents avant de partir en France pour travailler et subvenir aux besoins de la famille. Toutefois, en exil, Akli préfèrera le retour au pays pour s'installer à Sétif. Et c'est là qu'il fit ses premiers pas en politique avec des militants nationalistes. Parti à Alger, il exercera comme contremaître à l'usine Sochina à Gué de Constantine. En 1948, Akli revient en Kabylie pour s'installer à Ighil Bouamas pour ouvrir un commerce de matériaux de construction et produits alimentaires. Avant la guerre, Akli Mohand Oulhadj était consulté pour sa sagesse et fut même nommé responsable de la Djemaâ de l'Akfadou. Après une vie marquée par le sacrifice et l'amour de l'Algérie, Mohand Oulhadj décède à Paris le 2 décembre 1972.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.