Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Par-delà le bien et le mal
«Le mauvais génie» de nadjib stambouli
Publié dans L'Expression le 09 - 03 - 2021

Certains journalistes ont mis le pied à l'étrier de l'écriture romanesque et littéraire de manière générale, presque simultanément avec le début de leur parcours journalistique alors que d'autres n'en ont eu l'inspiration et l'audace que bien des décennies plus tard. C'est le cas de Nadjib Stambouli. Ce dernier a été pendant des décennies, un journaliste culturel, politique, chroniqueur puis responsable de la rédaction dans plusieurs titres de la presse écrite, quotidiens et hebdomadaires. Mais depuis toujours, ses articles, surtout ses chroniques, avaient toujours eu un aspect littéraire indéniable. Il était donc évident qu'un jour ou l'autre, Nadjib Stambouli écrirait un roman. C'est ce qu'il fit en signant d'abord un recueil de portraits au style exquis et unique, intitulé «Ma piste aux étoiles» dédié à des sommités de la culture algérienne qu'il a connues de très près.
Amine Djamoussi
Puis, vint le tour de son premier roman intitulé «Le comédien», suivi juste après de «Le fils à maman». Nadjib Stambouli a publié un troisième roman, «La rancune», il y a deux années. Son tout nouveau roman, porte le titre «Le mauvais génie». Le livre parait cette semaine aux éditions «Casbah» d'Alger auxquelles l'auteur reste fidèle après plusieurs publications. Dans ce nouveau roman, Nadjib Stambouli met en scène le personnage de Amine Djamoussi qui est un employé exemplaire. Il est presque un modèle au sein de la société dans laquelle il vit. Amine mène une vie de couple sans histoire. Il traîne deux souvenirs, celui d'un indicateur des forces coloniales exécuté devant ses yeux d'enfant et celui, rangé dans les rêves inaccessibles, mais jamais refoulés, d'une tenue de Zorro qu'il allait, au sortir de l'école, admirer dans une vitrine.
Style d'écriture exceptionnel
Il aurait longtemps coulé des jours tranquilles dans une vie paisible, si un «mauvais génie», calfeutré derrière les bonnes intentions de l'ami Saâdoune, ne s'était introduit dans le cocon de l'intégrité morale pour mieux la pulvériser. En lui faisant miroiter, à coup de traquenard, les vertus d'une existence à ses yeux moins routinière, le comploteur multiplie pièges et manigances, d'attraction vers l'infidélité en propositions alléchantes, pour attirer Amine dans la spirale infernale de l'enrichissement très peu licite.
L'un insiste, l'autre résiste: qui de la manipulation corruptrice ou de la résistance morale sortira victorieux? On assistera à un incessant chassé-croisé entre insistance de l'un et tentations de l'autre, sous le regard posthume de Nanna Toma, qui, de sa tombe observe les changements opérés dans l'esprit d'un homme, mais aussi dans les rouages de toute la société. C'est un roman qui explore l'éternel bras de fer inextricable entre le bien et le mal. L'intrigue, ajoutée au style d'écriture exceptionnel, attrayant et atypique de Nadjib Stambouli, font que le lecteur est tenu en haleine du début jusqu'à la fin de ce roman. «Le mauvais génie» de Nadjib Stambouli est le genre de romans qu'on lit d'une traite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.