Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fin de la polémique sur les «tarawih»
Les ministères de la Santé et des Affaires religieuses ont préparé un protocole sanitaire
Publié dans L'Expression le 09 - 03 - 2021

Un nouveau Ramadhan sans les «tarawih»? C'est la rumeur qui a enflammé, ces derniers jours, les réseaux sociaux. Certains «agitateurs» sont même montés au créneau pour dénoncer une «croisade» contre l'islam en argumentant leurs propos par la stabilisation de la situation sanitaire dans le pays. Ce qui a fait naître une vive polémique. Les ministères de la Santé et des Affaires religieuses ont dû sortir de leur silence pour éteindre les feux de cette controverse. Ils démentent toute annulation pour le moment assurant qu'un protocole sanitaire est en train d'être mis en place en collaboration entre ces deux institutions. C'est le département de Benbouzid qui est le premier a avoir réagi. «Les décisions relatives à l'autorisation ou l'annulation de la prière surérogatoire des ‘‘tarawih'' durant le mois de Ramadhan de cette année relèvent exclusivement des prérogatives des autorités concernées en relation avec la Commission ministérielle de la fetwa», a-t-il assuré dans un communiqué publié, jeudi dernier. Le Comité scientifique a, lui, fait savoir qu'il est consulté sur les aspects liés aux mesures de prévention et de protection contre la propagation de la pandémie de la Covid-19 et les protocoles sanitaires à mettre en oeuvre dans ce cadre. «On a émis aucun avis sur la question», a-t-il rétorqué. Chose qu'a confirmée, hier, le ministère des Affaires religieuses. «La question des prières de ‘‘tarawihe'' est à l'étude dans le cadre du protocole sanitaire qui comprend le programme du Ramadhan», a fait savoir, hier, le département de Youcef Belmehdi assurant que tout ce qui a été dit à ce sujet n'est que purs «mensonges» et «allégations». Quelques jours plus tard, c'est un membre de la Commission ministérielle de la fetwa qui est venu éteindre définitivement cette polémique. Il annonce qu'un protocole sanitaire pour l'accomplissement de cette prière durant le mois sacré du Ramadhan est en cours de préparation. «L'étude conjointe effectuée par le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs et le Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie de coronavirus pour l'élaboration d'un protocole sanitaire pour la prière des ‘‘tarawih'' a conclu, dans un premier temps, d'appliquer le protocole sanitaire en vigueur pour la prière du vendredi», a indiqué Mohand Mechnane.
«Le nombre des fidèles accueillis pour la prière du vendredi étant proche de celui de la prière des ‘‘tarawih'', le choix a porté sur le protocole actuellement en vigueur, d'autant que les mesures de distanciation sociale sont rigoureusement appliquées», a-t-il expliqué. Ce protocole prévoit un allègement de la prière des «tarawih» qui se limitera, cette année, à un seul hizb, a- t-il précisé ajoutant que le fidèle peut compléter sa prière et la récitation du Saint Coran dans son domicile. Les salles d'ablution et les salles de prière pour femmes resteront elles, fermées. Tout comme l'interdiction d'accès aux enfants. Quoi qu'il en soit, la décision sur cette fatidique question n'a pas encore été prise. Elle revient au président de la République qui tranchera selon l'évolution de la situation sanitaire.
Il y a une semaine, il aurait été clair que cette prière sera autorisée durant le Ramadhan. Mais avec l'apparition du variant anglais, la donne a changé. Surtout que l'institut Pasteur d'Algérie a confirmé six nouveaux cas de ce «mutant», portant le total à 8.
Avec le relâchement actuel, les choses pourraient vite dégénérer. De plus, selon, les aveux mêmes des responsables du ministère de la Santé, d'autres cas ont pu entrer au pays à travers les vols de rapatriement.
Car, il y a eu trafic sur les tests PCR présentés. On ne sait donc pas de quoi sera fait demain. Le Ramdhan pourrait être à «huis clos» comme l'an dernier. A ce moment, les «tarawih» seront la dernière des priorrités...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.