Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lamentable posture pour les «démocrates»
Entre déphasage politique et mauvaise lecture de l'étape
Publié dans L'Expression le 09 - 03 - 2021

Il semble que le processus politique qui s'esquisse est en train d'engendrer des contradictions et des dynamiques où certaines forces dites «démocratiques» vont laisser des plumes.
La constat se précise à travers les attitudes purement infantiles de ceux qui prônent le changement sans avoir les instruments dudit changement escompté.
L'étape ne semble pas provoquer des lectures et des analyses concrètes de l'évolution politique de la scène nationale de la part de la mouvance démocratique. Bien au contraire, cette nouvelle réalité pousse les «démocrates» à verser dans l'éclectisme le plus sournois à telle enseigne que même les alliances sont devenues le reflet d'une approche antagonique et qui s'inscrit en porte-à-faux des critères élémentaires de l'identité politique même de cette famille politique qui vit une crise de repères et de références propres après avoir épousé des énoncés aux antipodes de sa pensée et de sa stratégie d'alliance et de convergence démocratique comme cela était reconnu dans les annales politiques de cette mouvance en perte de vitesse et en perte de cap et de boussole aussi.
Les élections législatives anticipées sont une réalité dont beaucoup d'acteurs et formations politiques expriment leur adhésion mordicus. C'est un processus en cours qui se fait renforcer par des forces et des dynamiques politiques avérées. Donc, ce processus est inévitable et incontournable. L'on constate même que certains partis, qui faisaient partie du microcosme appelé communément la plate-forme de l'Alternative démocratique (PAD), sont en train de teinter leur discours d'une connotation qui en dit long sur le changement d'attitude face à la nouvelle donne inhérente aux élections législatives anticipées. À ce niveau de démarches et d'approches, il faut juste dire qu'il s'agit de forces disparates et composites qui annoncent la couleur quant à leur participation à ce nouveau processus électoral. Si on se réfère à la démarche initiale de ceux qui se disent appartenir à la mouvance démocratique, l'on peut constater aussi une autre conception qui est en déphasage par rapport aux exigences d'une participation dans un processus de transition dont les tenants et les aboutissants dépassent de loin les calculs et les appréhensions étroits des formations se réclamant de la mouvance démocratique. La raison est claire, à savoir que le processus constituant et de transition n'arrangera pas les pseudos «démocrates» qui souffrent d'un élément stratégique et prépondérant, celui de l'ancrage et de l'organisation de la société dans le sens qui correspond à un discours et une pratique reflétant le programme et le projet de ladite mouvance et ses préalables qui sont relégués au dernier plan en termes politique et idéologique.
La mouvance démocratique est la plus perdante dans les deux cas de figure, elle n'arrive pas à se faire une voie organisée et structurée en osmose avec ses choix et sa doctrine politique. Et si l'on ajoute les ambivalences et les tiraillements qui frappent de plein fouet ladite mouvance, on se rend compte que la part de la déroute et de la faillite est saillante, pour ne pas dire abracadabrante. Le PAD est implosé de l'intérieur, c'est l'aboutissement logique d'une démarche biscornue qui était la cause de cette faillite d'un conglomérat disparate et hétérogène. L'enjeu n'a pas été traité selon les principes et les prismes propres au projet démocratique et ses caractéristiques idéologiques et politiques. Les nuances et les démarcations n'ont pas été exprimées d'une manière claire et nette face à un changement nécessitant une rupture et une lecture à l'opposé des stéréotypes et des clichés désuets et obsolètes. Le processus en cours que traverse le pays va secréter des dynamiques plurielles d'un point de vue politique, cela se fera sans la mouvance démocratique qui n'aura ni une présence ni une voie en mesure de lui permettre d'exprimer son avis et sa conception en termes d'opposition censée faire dans la construction à moyen et court terme. Le nihilisme qui frappe la mouvance démocratique est morbide dans le sens où l'absence est drastique au plan populaire et sociétal, mais aussi au plan institutionnel où les autres forces politiques vont accaparer des instances élues comme moyen pour se préparer à d'autres joutes plus importantes et déterminantes dans la vie politique de chaque parti et de chaque mouvance.
Il s'avère finalement que les «démocrates» sont des mauvais élèves. La leçon n'a pas été retenue et plus grave que ça, la myopie politique se poursuit et les dégâts ne tarderont pas à se faire sentir dans leurs rangs et dans leur mouvance.
Advienne que pourra!!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.