Allègement des hôpitaux: vers la reconsidération des services d'urgences de proximité    Sétif : le spectacle "Rassassat ghadr" reproduit le début des massacres du 8 mai 1945    Fedissah: La question sahraouie ne peut être résolue que par un référendum d'autodétermination    L'Allemagne demande des explications au Maroc au sujet de la décision de convocation de son ambassadeur à Berlin    Découverte du cadavre d'une personne à Oued Mitar à Boussaâda    Real : Zidane prêt à s'en aller si le club l'exige    ASO Chlef : Un gardien de but à la rescousse    Habitudes de consommation durant le ramadhan à Constantine : Quand la galette fait de l'ombre au pain    Visite du ministre de l'habitat à Biskra : Remise des clefs de 1735 logements sociaux    MC Alger – WA Casablanca : Avancé pour ce vendredi    Législatives: le délai pour l'examen des dossiers de candidatures prend fin dimanche    Les massacres du 8 mai 1945 en Algérie, une continuité des grandes répressions de la conquête française    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Tirage au sort lundi au Caire    Doigts de kounafa    Un nouveau recteur pour Tizi    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Des choix budgétaires très compliqués    Lourdes accusations contre les syndicats    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    CFA : Première réunion lundi    Le CNRC veut assainir la liste des importateurs    Forte mobilisation à Alger    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Santé: Lancement du Registre des refus de don d'organes    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    L'ambassadeur du Mozambique à Annaba    Les slogans sortis de laboratoires    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    La pasionaria Djamila Boupacha    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fin d'un gâchis?
Le dossier de l'automobile sera réglé avant fin juin
Publié dans L'Expression le 06 - 04 - 2021


Le dossier du montage automobile a tellement fait couler d'encre qu'il devenait impératif de savoir où il en était. La réponse est venue du président de la République. Interrogé, à ce propos, à l'occasion de sa rencontre périodique avec des représentants de la presse nationale, il a annoncé, hier, que le dossier des véhicules sera réglé durant le semestre en cours. L'Algérie passera à une nouvelle expérience reposant sur «le véritable montage» automobile, assurera Abdelmadjid Tebboune. Un fiasco dont il fallait siffler la fin. Le constat qui est fait par le locataire du palais d'El Mouradia est irrévocable. «L'expérience passée de montage automobile n'a donné aucun résultat et nous a coûté une fortune», a souligné le chef de l'Etat. Ses arguments attestent d'une «saignée», d'un partenariat à sens unique qui n'a que peu profité à l'économie nationale. «Nous sommes supposés créer, lorsqu'on parle de montage automobile, des milliers de postes d'emploi. Mais nous avons assisté, hélas, à la création de 400 postes d'emploi uniquement par un investisseur qui a consommé trois milliards de dollars», a noté le premier magistrat du pays qui a indiqué que «le prix du véhicule monté localement a dépassé celui du véhicule importé». Un état de fait qu'il a imputé aux «opérateurs qui n'ont pas honoré leurs engagements à réaliser un taux d'intégration». Le président de la République a décidé de passer l'éponge sur cette expérience, visiblement ratée et de repartir du bon pied. De nouvelles conditions sont fixées pour relever le challenge. Quelles sont-elles? «Si le montage automobile n'aboutit pas, d'ici 3 ou 4 ans, conformément au cahier des charges, à la réalisation d'une intégration d'au moins 40%, à la création de postes d'emploi et à la fabrication de pièces de rechange algériennes, il n'y aura pas de montage automobile», a prévenu Abdelmadjid Tebboune. Où en est-on avec le fameux cahier des charges? «Le document est fin prêt. Le problème ne réside pas dans le cahier des charges, mais dans le choix des Etats fournisseurs», a indiqué le président, qui a tenu à préciser que l'économie est basée sur le principe «donnant-donnant». Si, par le passé, le traitement se faisait avec les personnes, «nous exigeons actuellement à ce que l'Etat algérien soit le bénéficiaire», a précisé Abdelmadjid Tebboune. Retour sur un feuilleton dont l'épilogue n'est pas encore écrit. Une plateforme numérique a été lancée le 20 septembre 2020, pour l'introduction en ligne des demandes d'agrément provisoire et définitif ainsi que les demandes d'avis technique pour l'exercice des activités de construction de véhicules et de concessionnaires de véhicules neufs. L'opération semblait démarrer sur les chapeaux de roue, au point où l'on avait l'impression de se bousculer au portillon. 84 préinscriptions formulées par 140 opérateurs économiques, à la plateforme numérique des constructeurs automobiles et des concessionnaires de véhicules neufs, avaient été enregistrées par le ministère de l'Industrie, au 1er octobre 2020. Le département de l'ex-ministre de l'Industrie Ferhat Aït Ali, avait livré le bilan de cette opération: 133 préinscriptions ont été enregistrées pour l'activité de concessionnaires de véhicules neufs et 51 préinscriptions ont été enregistrées pour l'activité de construction de véhicules. Quatre mois plus tard, la moisson s'est avérée dérisoire: aucun constructeur n'a été retenu. Sachant que c'est dans la filière de la construction automobile que l'Algérie trouvera son compte tant sur le plan de la création d'emplois que celui des rentrées de devises, il devenait urgent de lui donner un coup d'accélérateur. Ce que vient d'annoncer le président de la République...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.