Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Man City : Guardiola aurait pris une décision pour Mahrez et Gundogan    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Opep+ se tire une balle dans le pied
Les prix du pétrole stoppés dans leur élan
Publié dans L'Expression le 08 - 04 - 2021


Le marché pétrolier qui donnait l'impression d'être rassuré par la décision de l'Opep et ses alliés qui ont décidé d'ouvrir prudemment leurs vannes vient apparemment de changer d'avis. Les cours de l'or noir en perdition depuis le début de la semaine semblaient encore en difficultés, hier, en cours d'échanges. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé, lundi, à 62,15 dollars, accusant une perte de 2,71 dollars, par rapport à la séance précédente. À New York, le baril américain de WTI pour le mois de mai a plongé de 2,89 dollars à 58,65 dollars. Des pertes effacées en partie, mardi, avant que la courbe ne soit inversée à nouveau, hier, en cours d'échanges. Vers 14h50 le baril de Brent cédait 23 cents à 62,51 dollars alors que le pétrole américain lâchait de son côté 33 cents à 59 dollars. Que s'est-il passé pour que cette belle mécanique affichée par l'or noir depuis pratiquement le début de l'année, se détraque? Il faut rappeler que le baril de Brent avait flirté avec les 70 dollars au début du mois de mars. Pour les spécialistes il ne fait aucun doute: l'Opep+ s'est bel et bien tiré une balle dans le pied en décidant de lâcher du lest. «Cette consolidation intervient alors que les membres de l'Opep+ se sont accordés pour augmenter graduellement leur production dans les prochains mois», a estimé Robbie Fraser de Schneider Electric soulignant que: «Cela a contredit certaines prévisions selon lesquelles le groupe allait adopter un statu quo à court-terme et cela suggère que les membres ont confiance dans la reprise continue de la demande.». Certains échos indiquaient en effet que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses partenaires se dirigeraient vers une prolongation de leur accord actuel portant sur une baisse de l'ordre de 7 millions de barils par jour et de celle volontaire de 1 million de barils par jour de l'Arabie saoudite. L'Arabie saoudite est prête à soutenir la prolongation des réductions de pétrole de l'Opep et de ses alliés en mai et en juin et est également disposée à prolonger ses propres réductions volontaires, avait fait croire une source proche du dossier. Les «23» ont finalement décidé d'ouvrir prudemment leurs vannes prenant à contrepied les observateurs qui avaient tablé sur un statu quo. L'affaire avait été bouclée en trois petites heures. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses 10 alliés mettront 350000 barils par jour supplémentaires sur le marché en mai et juin puis 441000 barils en juillet. Il faut rappeler qu'il y a près d'une année, le 9 avril 2020, l'Opep et ses partenaires, dont la Russie, avaient décidé de réduire leur production de près de 10 millions de barils par jour, pour stopper le plongeon des prix et de procéder à une coupe de 7,7 millions b/j à partir du 1er août jusqu'à fin décembre 2020 avant d'opter, le 1er avril, pour la prudence et de n'ouvrir que progressivement ses vannes. Le marché qui n'a pas encore digéré cette option est désormais tourné sur les discussions indirectes qui ont débuté, hier, à Vienne en Autriche entre Téhéran et Washington à propos du nucléaire iranien, qui pourraient déboucher sur la levée de l'embargo américain sur le pétrole iranien. Ce qui aura des conséquences directes sur les cours de l'or noir. Un retour du pétrole iranien sur les marchés pourrait faire baisser les prix de l'or noir, car l'Iran est capable d'exporter 2 millions de barils par jours d'ici l'été si les sanctions sont levées, peut-on lire sur le site de Rfi. «La levée des sanctions donnera à l'Iran l'occasion d'exercer une pression totale sur son pétrole, qu'il continuera, par ailleurs, à ajouter au marché, en plus de la hausse de l'offre de l'Opep+ qui interviendra à partir de mai. C'est ce qui inquiète vraiment les négociants en pétrole, écrit l'expert des marchés de l'énergie Barani Krishnan sur le site du portail mondial financier, Investing.com. On n'en est pas encore là. Il faut cependant reconnaître que cela déprime le baril.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.