Premier League: Liverpool et Firmino renversent Man Utd !    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le piège de la mémoire
Publié dans L'Expression le 12 - 04 - 2021

Un égal à deux. Tout mathématicien récusera cela, mais pour le comprendre, c'est toute une histoire. Celle partagée par l'Algérie et la France. Une histoire commune aux deux pays, qui s'exprime pourtant, différemment des deux côtés de la Méditerranée. Tout réside dans l'angle de vue, l'interprétation des faits et des mots qui les transcrivent. Bien qu'il n'existe donc qu'une seule vérité, celle-ci semble avoir plusieurs facettes.
La France a colonisé l'Algérie, pillé ses richesses et brûlé ses enfants au napalm. Des faits avérés et prouvés qui ne peuvent s'effacer de la mémoire collective d'un peuple qui a payé un lourd tribut pour son indépendance. Mais la France justifie ses gestes accomplis pour «le maintien de l'ordre dans une de ses provinces» contre «des fauteurs de troubles, des séparatistes» qui se sont élevés contre son autorité. Elle est même convaincue que sa présence en Algérie a son «côté positif». Elle l'inculque d'ailleurs à ses enfants de 4ème où dans leur livre d'histoire-géographie, il est clairement expliqué que «la France décide de faire de l'Algérie une véritable colonie de peuplement (...) La colonisation transforme le territoire et la société algérienne. La France impose des lois et construit des écoles, des hôpitaux (...)». Il est enseigné aux enfants qu'il ne s'agissait nullement d'une invasion ou d'une agression contre un peuple, mais juste d'une «pacification». Et c'est là toute la magie des mots! Les exemples sur ces «deux histoires» d'une seule vérité sont légion: les héros de la guerre d'indépendance sont des fellagas, les harkis sont des collaborateurs et même la guerre menée pour arracher l'indépendance est une violence contre les Français! C'est dire qu'entre l'Algérie et la France, s'il y a beaucoup de choses qui les rapprochent, la mémoire les sépare. Une mémoire douloureuse dont les plaies restent béantes ne permettant point d'aller de l'avant. Toute la bonne volonté des deux présidents Tebboune et Macron d'apaiser les mémoires et construire un avenir serein ne manquera pas de rencontrer des résistances de la part de ceux qui tiennent à «leur vérité» au détriment de «la vérité». Et c'est ce déni de regarder en face le passé colonial de la France qui continue de créer des zones de turbulences entre les deux Etats. Une société n'est forte que lorsqu'elle accepte la vérité car chaque vérité reconnue guérit le mal qu'elle a pu causer et déverrouille une porte pour avancer. Les temps sont donc peut-être venus pour Alger et Paris de sortir du piège de la mémoire, mais cela ne pourra se faire sans assumer la totalité du passé vécu. Aspirer à donner un lac de paix aux générations futures ne pourra se faire sans que toute la vérité ne soit dite, sans ambages. Il faudra tout raconter, tout dévoiler des secrets des 132 ans de colonisation. Une fois la vérité révélée, le fautif même s'il refusera de se repentir, ne pourra éviter de s'incliner devant l'Histoire qui le jugera.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.