FC Barcelone : Lionel Messi a une offre de Manchester City    Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'immunité collective n'est pas atteinte»
Le professeur Sanhadji met en garde
Publié dans L'Expression le 14 - 04 - 2021


En évoquant le mois de Ramadhan, le président de l'Agence de sécurité sanitaire, le professeur Kamel Sanhadji à déclaré, hier, sur les ondes de la radio, qu' «il est dangereux d'affirmer que l'immunité collective était atteinte en Algérie, car ce n'est pas vrai». Certains épidémiologistes qui l'ont affirmé se sont basés sur une ou deux études séro-épidémiologiques menées sur un échantillon de seulement 1 000 personnes. Il a rappelé, dans ce contexte, qu' «une enquête menée récemment à Oran, sur la prévalence du coronavirus, a révélé que sur un échantillon de 1 000 personnes, plus d'un tiers d'entre eux seraient porteurs de la maladie, à leur insu». Or, les résultats de ce genre d'études «biaisées» sont moins affirmatifs sur l'étendue réelle de la propagation du coronavirus dans les populations. Dès lors, explique-t-il, «il faut augmenter, d'une façon beaucoup plus importante le nombre d'études séro-épidémiologiques, les appliquer à plusieurs franges de la population, pour avoir une idée réelle sur les niveaux de contamination et pouvoir tirer une conclusion pour dire que l'immunité collective est atteinte». « Je pense que l'immunité collective n'est pas atteinte, si l'on affirme qu' il y a risque de déclencher, par voie de conséquence, les réflexes de se laisser aller et d'abandonner le masque », a-t-il indiqué. En fait, poursuit-il, «il y a le facteur humain qui est pénible: dès que les choses vont bien, on a tendance à se laisser aller et les anciens réflexes reprennent le dessus». Il a souligné qu'«il faut impérativement continuer à porter le masque et respecter les mesures sanitaires en ce mois de Ramadhan propice aux regroupements, notamment au niveau des mosquées, des marchés.. ». Sur un autre plan, le professeur Sanhadji, qui préconise d'accélérer le rythme de la vaccination de la population, regrette que le nombre de doses, importées jusque-là, soit insuffisant. «Je parle en tant que scientifique. Il n'y a pas pire que de vacciner à bas bruit, parce que cela donne au virus le temps et l'opportunité de muter», estime-t-il. Il prévoit également de créer un «centre de vaccinologie» pour s'approprier et maîtriser les technologies de développement des vaccins. «Une action urgente à mener face à l'émergence de nouveaux virus», dit-il. La création d'un centre dédié à l'étude et au développement des vaccins relève de la «cohérence», a-t-il affirmé. «Il ne suffit pas de fabriquer le Spoutnik V pour pallier l'urgence. Il y a aussi les autres technologies de vaccins qu'il faut maîtriser. Dans ce centre de vaccinologie, la technologie de l'ARN sera privilégiée», indique-t-il. D'après lui, il s'agit d'une technologie «accessible» aussi bien sur le plan scientifique que financier. «Ce centre de vaccinologie devra être adossé à un hôpital de confinement. Il faut imaginer le pire des scénarios, celui d'une épidémie type Ebola, et là il faut avoir des structures isolées pour pouvoir prendre en charge ces maladies émergentes graves», explique-t-il. Il a également fait part de sa déception de la perte du savoir-faire en matière de vaccin. «Que de temps perdu pour l'Algérie. Il y a encore 20 ou 30 ans, on savait faire de petites choses concernant la vaccination mais on a perdu notre savoir-faire».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.