Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Condamnations, enquête et beaucoup de questions
Le Mali après l'assassinat du président de la CMA
Publié dans L'Expression le 15 - 04 - 2021

L'assassinat mardi à Bamako du président en exercice de la Coordination des Mouvements de l'Azawed (CMA), Sidi Brahim Ould Sidati, aura suscité de nombreuses et vives condamnations au Mali où les forces politiques comme la population mesurent l'importance de ce drame et ses conséquences éventuelles sur le devenir du pays.
La victime de l'attentat meurtrier était en effet «un des acteurs importants du processus de paix» d'Alger et son rôle dans la conclusion de l'Accord d'Alger est salué par les partis et le gouvernement unanimes. Bamako a d'ailleurs annoncé qu'une enquête va être lancée pour déterminer les tenants et les aboutissants de cet assassinat au moment où le Mali traverse une phase de transition cruciale. Sidi Brahim Ould Sidati a été assassiné à la suite d'une «attaque perpétrée mardi 13 avril 2021, à Bamako, par deux individus armés non identifiés», avait indiqué mardi dernier, sur les réseaux sociaux, Almou Ag Mohamed, porte-parole de la CMA, signataire de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger.
«A ce stade, on ne peut que penser que c'est la CMA elle-même qui a été ciblée, à travers sa première personnalité», avait-il relevé, à cette occasion., tout en soulignant que le président de la CMA avait été pris pour cible tandis qu'il conduisait une mission dans le cadre de la mise en oeuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation. Dans sa déclaration, la CMA a insisté sur l'exigence diligente d'une «enquête indépendante et transparente, bénéficiant d'un fort engagement des autorités de la transition mais, également, de l'implication des parties prenantes au processus de paix au Mali, notamment de la médiation internationale à travers la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali)». Laquelle médiation est conduite par l'Algérie.
Le ministre de la Défense, Sadio Camara, celui de la Sécurité et de la Protection civile, Modibo Koné et celui de la Réconciliation nationale Ismaël Wagué ont aussitôt rejoint l'hôpital où ils se sont entretenus avec la famille de Sidati.
Le gouvernement qui a exprimé sa «stupeur» face à l'assassinat a aussitôt «condamné cet acte abominable et regretté la perte d'un des acteurs importants du processus de paix au Mali». Et dans son communiqué, il a précisé qu' «une enquête sera diligentée pour faire la lumière sur les circonstances ainsi que sur les auteurs de cet acte qui seront identifiés, arrêtés et traduits en justice». Saluée par diverses personnalités dont le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Mali, Mahamat Saleh Annadif, la contribution du défunt au processus de paix est d'ores et déjà ressentie comme un coup terrible dont il va falloir prendre la mesure pour garder le cap d'une transition axée sur le processus de paix et de réconciliation. N'étaient-ce pas là les priorités de Sidati qui a sans cesse fait montre de sens de l'écoute et affiché des positions constructives? Parmi tous les Maliens qui croient et oeuvrent sincèrement en faveur de la paix et de l'unité du Mali, Sidati a occupé une place exemplaire. C'est en tout cas ce que souligne, dans son communiqué, la médiation internationale qui rend hommage à «un acteur important des négociations et de la mise en oeuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation», issu du processus d'Alger, tout en condamnant «avec la dernière énergie, cet acte lâche commis par les ennemis de la paix au Mali» et en appelant les autorités maliennes à «prendre toutes les dispositions nécessaires afin que les auteurs de ce crime odieux soient traduits devant la justice».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.