L'Agence nationale du foncier opérationnelle en 2022    Covid-19 : Obligation d'un PCR négatif de 48h pour les passagers à destination de la France    Coupe Arabe : Le Maroc bat la Jordanie et se qualifie pour les quarts    Le président Tebboune préside l'ouverture des travaux de la conférence nationale sur la relance industrielle    Les indépendants incontournables    L'Algérie sollicite l'expertise de la Berd    Plus de 4 000 employeurs récalcitrants à Béjaïa    FMI : "Les perspectives restent difficiles"    Nécessité de renforcer la coopération entre les pays dans le domaine de lutte anti-terroriste    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le CA Batna récupère les points défalqués    Amar Brahmia, président de la commission des candidatures    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Distribution d'équipements à des personnes aux besoins spécifiques    Plusieurs axes routiers fermés    Le spectre d'Omicron    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Le RCK et le MCEB sur du velours    Amara pour une plus grande représentativité de l'Algérie    10 morts dans une attaque terroriste    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Lancement du projet avant la fin de l'année    Cherfa exclut tout retour à ce système    Un réseau de voleurs de cuivre neutralisé    Vers la révision des programmes de formation    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    MOB – USMan : Faux pas interdit pour les Crabes    A l'arrêt depuis des mois voire des années : Deux entreprises publiques relancées    Bonnes nouvelles d'Afrique    Dbeyba, Seif El Islam et Haftar croisent le fer : Suspense haletant en Libye à la veille de la présidentielle    Aujourd'hui à Librairie du Tiers-Monde : Vente-dédicace de Rachid Benaissa et Abdelkader Djeflat    «Mohamed Lamine Debaghine, un grand intellectuel, un historique»    Ramdane Asselah. Moudjahid et auteur : «Sans l'OS, il n'y aurait pas eu de 1er Novembre 1954»    Après l'affaire Pegasus: Un nouveau scandale d'espionnage marocain    Sursaut de dignité au Maroc    Dar El Beïda : une véritable cour    L'hiver est moins rude    Les leçons d'un scrutin    Une clé pour la relance économique    Goudjil souligne la transparence du vote démocratique    «L'opération Barkhane n'est pas un échec»    Le royaume se disloque    Une plaidoirie pour le tourisme saharien    Gabriel Garcia Marquez en débat    «Sœurs» long métrage de Yamina Benguigui    Une satisfaction commune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le dossier sera s'implifié
Importation de véhicules neufs
Publié dans L'Expression le 20 - 04 - 2021

Devant l'opacité et la complexité qui ont accompagné le dossier de l'importation de véhicules neufs, et face à la situation d'inertie laissée par l'ex-ministre de l'Industrie, le président de la République a mis l'accent lors du dernier Conseil des ministres tenu ce dimanche, sur «l'adoption d'une approche qui allie simplification et efficacité avec coordination entre les différents secteurs en vue de lutter contre tous les phénomènes de fraude et d'escroquerie autour des conditions fixant l'exercice de cette activité». Une orientation qui vise à libérer ce dossier des lourdeurs administratifs et des procédures en plusieurs étapes, à l'image de celle imposée aux concessionnaires pour l'obtention de l'agrément définitif. Cette dernière pourrait à travers la conjugaison d'efforts des départements concernés se simplifier à une seule et unique procédure, à l'issue de laquelle le respect des critères et l'éligibilité à pratiquer cette activité auront été vérifiés. Au même titre que l'engagement des concessionnaires à respecter les modalités contenues dans le cahier des charges. Il s'agit d'un gain de temps qui pourrait répondre aux attentes des consommateurs, et dissiper l'image négative qui colle à ce dossier et qui s'explique par le fait que durant plus d'une année, ce dernier est tombé dans les affres de la bureaucratie à travers une série de décisions et de positions contradictoires et souvent inefficaces. Résultats des courses: aucun véhicule neuf n'est entré en Algérie, ces deux dernières années et le stress et la frustration des consommateurs, n'ont pu que s'accroître devant l'énigme et l'intrigue installées autour de l'identité des futurs concessionnaires. Une autre facette négative de ce dossier, qui n'explique pas toujours le respect de la liberté de communication des concessionnaires, du fait que dans le souci de transparence, les Algériens ont le droit de connaître à qui vont-ils confier le soin et l'argent de leurs acquisitions. Autant de points qui ont soulevé moult interrogations et une polémique qui ont embrasé les réseaux sociaux et les médias, mais qui pourrait s'estomper rapidement si les orientations du président sont appliquées et suivies. C'est du moins ce qu'espèrent les consommateurs et les concessionnaires, ne serait-ce que dans le cadre d'une première phase, qui permettrait de répondre à la demande en attendant la mise en oeuvre des bases d'une stratégie efficiente pour la fabrication locale. Par ailleurs, et dans l'optique de maintenir le principe de la rationalisation de la facture d'importation, et d'impacter positivement la régulation de la consommation du carburant, le président a tenu à insister sur «la nécessité de prendre en considération les normes de sécurité environnementale et les exigences de l'approvisionnement du marché national de carburant, en vue de rationaliser l'importation des véhicules neufs». Dans le même ordre d'idées, notamment celui de réguler et de rationaliser les dépense et les sorties de devises, le président a tenu à mettre en avant l'importance de favoriser l'importation de «la cylindrée du moteur des véhicules importés par les concessionnaires et qui ne doit pas dépasser 1,6 litre, les particuliers pouvant importer librement les véhicules dont la cylindrée est supérieure à 1,6 litre, et l'affectation d'un quota de 15% du total des véhicules importés aux véhicules électriques, à condition de réduire au minimum des véhicules diesel».
Il s'agit d'instructions qui visent à mettre en scène une synergie et l'importance d'une coordination et d'une cohésion ente les différents départements concernés, en vue d'arriver à mettre en place une démarche permettant en même temps de répondre au besoin du marché et d'éviter les méandres de l'importation «déguisée» et de la surfacturation à outrance, qui ont fait par le passé de cette activité le sanctuaire de la corruption.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.