Premier League: Liverpool et Firmino renversent Man Utd !    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déprime ramadhanesque
Confinement et manque de loisirs
Publié dans L'Expression le 22 - 04 - 2021

Plus d'une semaine de jeûne déjà, mais l'animation nocturne n'est pas au rendez-vous. Ce n'est pas encore la grande ambiance, comme il est de coutume en ces soirées du mois de Ramadhan. Mais bon gré mal gré, les gens tentent tout de même de faire de l'animation. Les soirées sont moroses et mornes à l'extérieur, dans les villes, comme dans les villages. De nombreuses personnes affirment, en effet, ne pas se souvenir d'un mois de Ramadhan dont les nuits sont aussi déprimantes. D'aucuns auront compris que les restrictions dues à la Covid-19 ne sont pas les seules causes.
En effet, après la rupture du jeûne, les gens ne vont plus en masse passer des soirées à l'extérieur. D'ailleurs, à l'exception des restaurants Er-rahma ouverts, les cafés ne sont plus complets ni les terrasses qui, jadis, étaient pleines à craquer de familles. Dans la ville de Tizi Ouzou, après la rupture du jeûne, les ruelles ne sont plus animées ni même les grandes avenues mitoyennes de la Maison de la culture qui s'animaient habituellement, chaque mois de Ramadhan. Pour comprendre les causes de cette déprime qui a caractérisé la première semaine, nous avons interrogé des gens de toutes les catégories sociales.
Ainsi à Draâ Ben Khedda, les gens affirmaient que la déprime n'est pas due aux restrictions induites par les mesures anti-Covid-19. «Non, non, les jeunes peuvent bien sortir avant le confinement. Les gens ne sortent plus parce qu'ils ne peuvent plus dépenser. Les ménages sont laminés, mon cher ami», répond un vieil homme assis devant l'esplanade de la mosquée du centre-ville de Draâ Ben Khedda. «Moi, je vous dis franchement, je n'ai pas envie de sortir parce que si je sors, je dois acheter des choses pour les enfants qui m'accompagnent. Après une virée au marché, on n'a plus d'argent à dépenser dans les loisirs», ironise un autre citoyen, à Tigzirt.
Pour d'autres, la cherté de la vie est l'une des plus importantes causes de cette déprime. Les conditions météorologiques de ces derniers jours y sont aussi pour beaucoup. Optimistes, beaucoup espèrent que l'ambiance va reprendre dans les prochaines soirées, avec le retour du beau temps. Des prévisions battues en brèche par le terrain car, habituellement, les commerçants de fortunes qui animaient les soirées de Ramadhan, s'installaient dès les premiers jours, ce qui n'est pas le cas cette année, avec les ruelles vides.
Enfin, il convient de noter que la déprime constatée du côté des populations est également ressentie au sein des établissements culturels qui n'ont pas de programme artistique à proposer. Pas de galas artistiques, pas de pièces théâtrales pour ces soirées.
C'est d'ailleurs la même ambiance morose dans les Maisons de jeunes réparties à travers les communes, ce qui fait que (bon) nombre de familles préfèrent rester à la maison, regarder des films. Les jeunes, eux, préfèrent discuter sur...Facebook.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.