Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Tourisme : installation du Comité national de facilitation des activités touristiques    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le vide culturel fait sa loi
SOIREES DE RAMADHAN À BOUDJIMA
Publié dans L'Expression le 29 - 08 - 2010

A Boudjima, les soirées de Ramadhan ressemblent aux autres journées: plates, mornes et sans relief. Quelques minutes après la rupture du jeûne, les cafés se remplissent et grouillent de monde. Toutes les générations se rencontrent autour d'une tasse de café longtemps désiré. Autour des tables, se forment des groupes pour des parties de dominos et de loto. Sur les places publiques, d'autres sortent discuter avec des voisins et des amis. Durant la journée, ceux qui ne travaillent pas évitent les discussions. Le déficit en nicotine et en caféine agit sur les nerfs et le moral.
En un mot, rien d'extraordinaire, aucune animation culturelle ou loisirs...A travers tous les villages de la commune, comme Afir, Boudjima, le chef-lieu et Tarihant, les trois plus grands centres urbains, vingt jours se sont écoulés sans aucun gala, aucune activité culturelle ou sportive. Ceux qui n'aiment pas fréquenter les cafés sont contraints à déambuler pour discuter et digérer.
Pourtant, la commune de Boudjima possède trois maisons de jeunes. A Afir, ce lieu est déserté par les jeunes qui préfèrent l'oublier complètement. A Boudjima, chef-lieu, les jeunes l'ont déjà oublié tout comme à Tarihant où les cafés sont nombreux. Aucun gala artistique malgré la profusion des jeunes artistes en herbe. Ces soirées devraient être l'occasion pour eux de se faire connaître du grand public. Les disc-jockeys qui beuglaient toutes les nuits jusqu'au matin avant ce mois se sont tus comme par enchantement.
Pourtant, ces machines peuvent assurer une ambiance festive pour une grande majorité de la population juvénile durant ces soirées de Ramadhan.
Par ailleurs, la responsabilité de ce vide culturel, doit-on le signaler, n'incombe pas aux seuls responsables locaux. Loin s'en faut, car les jeunes doivent bouger et se prendre en charge. Les infrastructures sont nombreuses mais, hélas, abandonnées. Les maisons de jeunes qui restent vacantes n'attendent que des initiatives pour accueillir des groupes de musique et autres. Les jeunes doivent apprendre à s'organiser et acquérir du matériel par leur propre «débrouillardise».
Les temps de l'assistanat sont révolus! Là où la responsabilité des responsables locaux est, par contre, engagée, c'est le déclin du mouvement associatif.
Le manque de subventions de la part des communes et des services de la wilaya a fini par avoir raison de toutes les associations qui animaient, dans les années 90, la vie culturelle communale. Où sont passées Asurif, Taneflit, Tara et Azrou Imeyyazen?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.