Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    De l'électricité algérienne pour la Libye    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Tahar Khaoua et Arezki Berraki sous mandat de dépôt    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui
«La peau des nuits cubaines»
Publié dans L'Expression le 06 - 05 - 2021

À cause de la pandémie de la Covid-19 qui a paralysé le monde du livre pendant près d'une année, la parution du nouveau roman de Salim Bachi a été reportée.
Le livre ne parait que quatorze mois plus tard donc. Salim Bachi continue de faire voyager ses lecteurs à travers le monde comme il ne cesse de le faire dans ses autres oeuvres. Après les romans, recueils de nouvelles et récits consacrés à son pays natal dont «Le chien d'Ulysse», «la Kahena», «Les douze contes de minuits»,
«Dieu, Allah, moi et les autres», Salim Bachi a convié ses lecteurs à des pérégrinations dans plusieurs pays du monde comme la France, les Etats- Unis, le Portugal, etc. Cette fois-ci, il nous emmène à Cuba. Et ce, à travers le personnage d'un cinéaste.
Errance captivante
Ce dernier est confronté à un manque d'inspiration. Il se rend à La Havane dans le but de réaliser un film:
«Artiste subversif, amoureux des bas-fonds, il y rencontre Chaytan, un Iranien réfugié politique qui tient un restaurant et vit une relation passionnelle avec une Cubaine, Laura».
Ce dernier, résume-t-on, connaît tous les coins mal famés de l'île et lui servira de guide infernal le temps de son séjour: «Devant la caméra du cinéaste défilent nuit après nuit, de La Havane à Cienfuegos, des prostituées et leurs souteneurs, ainsi que des marginaux de toutes sortes, comme ce jeune couple d'Iraniens, opposants au régime des mollahs, exilés sur une île dont ils ne parlent pas la langue et dont la violence les engloutira».
La description, faite par Salim Bachi, de cette errance nocturne dans la cité tropicale est captivante comme un film noir, précise l'éditeur en ajoutant qu'au fil des rencontres sensuelles avec des jineteras, de dérives alcoolisées dans des lieux interlopes, ponctuées de dialogues avec Chaytan, dont la figure se révélera diabolique, le cinéaste se laisse envoûter par cet univers aux allures de cauchemar,
jusqu'à la fin tragique de son séjour dans la «capitale des douleurs».
Un écrivain des plus primés
Salim Bachi, originaire de la ville d'Annaba, dans l'Est algérien, est l'un des écrivains algériens francophones les plus primés et le romancier qui a le plus été salué par la critique parmi ceux de sa génération. Il est né en 1971.
«Le chien d'Ulysse», son premier roman paru en 2001 aux éditions Gallimard connait un grand succès avec, notamment l'obtention du prix Goncourt du premier roman après avoir été nominé pour le Goncourt. Son deuxième roman intitulé «La Kahena» a également été couronné d'un retentissement remarquable.
Paru en 2004, ce roman a obtenu le prix Tropiques. Salim Bachi est auteur de dix romans dont «Tuez-les tous», inspiré des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis.
Il a aussi publié d'autres romans comme
«Amour et aventures de Sindbad le marin», «Le silence de Mahomet», «Moi, Khaled Kelkal», «Le dernier été d'un jeune homme», «Un jeune homme en colère», «Le Consul», etc. Salim Bachi est, en outre, l'auteur de plusieurs récits dont «Dieu, Allah, moi et les autres» qui a obtenu le prix Renaudot de l'essai. Ses romans «Le chien d'Ulysse»,
«La Kahena» et son recueil de nouvelles «Les douze contes de minuit» ont été réédités en Algérie par la maison d'édition Barzakh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.