Suspension partielle et provisoire des activités de lavage-auto à Alger à compter de samedi    Sortie du territoire : Les services de police n'appliquent plus la mesure d'autorisation depuis le 4 juin    Algérie. Des dizaines de personnes arrêtées dans le cadre d'une escalade de la répression contre les militant.e.s    Real : Florentino Perez évoque le cas Raphaël Varane    Espagne : Morata ne supporte plus cette situation    Automobile : L'octroi des premiers agréments reporté    Real - Perez : "La lettre de Zidane ? Il ne l'a pas écrite. Ce n'est pas lui"    L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Le contrat de Lavagne sera prolongé    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouchachi voué aux gémonies
Des Algériennes et des Algériens le somment de ne plus parler en leur nom
Publié dans L'Expression le 09 - 05 - 2021

La société civile et les milieux politisés commencent à reconquérir l'espace public qui a été abandonné pour le compte des politicards et les apprentis sorciers.
L'espace le plus en vue c'est bien la Toile et ses conséquences sur la propagation, telle une traînée de poudre, de l'information et des initiatives en rapport avec l'événement national et l'évolution de la situation politique dans le pays en général.
C'est ce qui arrive à Bouchachi, un autoproclamé représentant du «Hirak» qui ne cesse de parler au nom du peuple et le pire dans tout ça, c'est qu'il mène des initiatives sordides et hostiles à l'Etat algérien auprès des instances onusiennes en impliquant le peuple algérien qui ne l'a même pas mandaté ni autorisé à parler en son nom.
Bouchachi est pestiféré, voire voué aux gémonies par les Algériennes et des Algériens qui vivent en Algérie. La dernière des initiatives c'est bien la campagne anti-Bouchachi qui est menée sur les réseaux sociaux et au niveau de tous les supports médiatiques pour dénoncer ses agissements qui sont qualifiés par les initiateurs de cette campagne de «sordide tentative d'impliquer des organismes étrangers dans les affaires de l'Algérie».
Des femmes et des hommes ont jugé utile, voire nécessaire, de réagir pour sommer ce quidam (Bouchachi) de ne plus user du nom des Algériennes et des Algériens. Cette usurpation en plein jour a été dénudée et
désavouée par un nombre important de citoyennes et de citoyens en recourant à des actions de propagande et de médiatisation des plus efficaces pour rappeler à qui veut entendre que «Bouchachi tu ne me représentes pas. Ne parle pas en mon nom», (sic).Cette action et cette opération sont en train de connaître un succès impressionnant, c'est dire que l'instinct patriotiques des algériennes et des Algériens ne faiblit pas, même si parfois on a l'impression que le pays est livré à lui-même. Bouchachi vient de recevoir une gifle de la part des citoyennes et des citoyens qui voient dans le geste de ce dernier une espèce d'acte hostile à l'Etat et ses institutions. Dans ce sens, on peut illustrer certaines des réactions faisant office de dénonciation sans ambages de l'action jugée intolérable et gravissime commise par Bouchachi en sollicitant l'étranger contre l'Etat algérien. Voilà un exemple tangible d'un citoyen qui répond à Bouchachi et ses ouailles en soulignant que «moi demeurant à Alger, déclare aux Uniteds Nations Human rights et à toutes les ONG mondiales des droits de l'homme concernées et à qui de droit, que je n'ai jamais délégué Mustapha Bouchachi ou quiconque d autre de ses proches a parler en mon nom. Texte publié pour valoir ce que de droit». Idem pour une citoyenne algérienne vivant en Algérie qui répond à Bouchachi en lui disant: «Je déclare au Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme et, d'une manière générale, toutes ONG mondiales des droits de l'homme concernées et à qui de droit, que je m'appelle Soltani Soumia, citoyenne algérienne demeurant a Alger, mariée et mère d'un enfant je n'ai jamais délégué Mustapha Bouchachi et ses sbires pour parler en mon nom ou en celui de mon enfant.
Bouchachi ne me représente pas ni de près ni de loin. Texte publié pour valoir ce que de droit». Ces signatures et réactions sont publiées par milliers sur les réseaux sociaux et qui sont destinées derechef aux organismes onusiens pour les avertir et les sommer de ne pas se mêler des affaires du pays et pour dénoncer ceux qui propagent les vétilles et qui colportent des couleuvres et des calomnies outrancières contre l'Etat algérien et ses institutions.
Bouchachi est dans une posture de loque à cause de son geste anti-national en recourant aux instances internationales dans la perspective de pousser à une situation d'ingérence et d'interférence aux conséquences néfastes et désastreuses sur la cohésion nationale et l'unité du pays.Bouchachi est devenu persona non grata de la part d'un nombre important d'Algériens et d'Algériennes qui ont constaté les visées de ce dernier et sa clique qui travaille pour le compte des officines étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.