Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie
Après un Ramadhan cher, mais déconfiné
Publié dans L'Expression le 15 - 05 - 2021

Après un mois de Ramadhan éprouvant pour le porte-monnaie, les familles algériennes accueillent l'Aïd avec l'allégresse habituelle et ne retiennent du mois sacré que ses aspects cultuels et la traditionnelle solidarité dont il est le symbole. La joie de l'Aïd El Fitr était visible sur tous les visages, ce jeudi. Même si la pandémie se fait rappeler aux souvenirs des Algériens avec les bavettes mises sous le menton aux sorties de mosquées où la distanciation sociale demeure la règle, les citoyens se sentent néanmoins très loin de l'Aïd de l'année précédente, à cause d'un confinement strict.
Beaucoup de citoyens croisés dans les rues de la capitale laissaient libre court à leurs «instincts» et n'hésitaient pas à s'accorder des accolades et même des embrassades. Les mesures de prudence sanitaires matraquées par les médias et les autorités sanitaires du pays ne semblaient pas avoir atteint leurs objectifs. Il n'en reste pas moins, cependant, que les citoyens interrogés par L'Expression demeurent tout de même conscients du danger qui guette. «Il est difficile de refuser sa joue à un voisin ou à un cousin», affirme un quinquagénaire en attente de se faire vacciner, en espérant que la parenthèse qu'il a ouverte durant l'Aïd n'aura pas des conséquences néfastes sur sa santé. Il reste que la faible incidence de la contamination permet aux uns et aux autres de nourrir le même espoir. «On saura dans deux ou trois semaines, si l'Aïd a été un facteur de propagation du coronavirus», note un médecin qui dit comprendre l'attachement des Algériens à une tradition séculaire. «On a déjà connu des poussées épidémiques qu'on a fini par contrôler grâce à un niveau de conscience exemplaire des citoyens», dit notre interlocuteur qui soutient avoir remarqué dans son entourage, «comme un signal d'alerte à chaque fois que les chiffres s'emballent un peu». Considérant cela comme une sorte de conscience collective, notre médecin affirme que les chaînes de télévision étrangères ont donné aux Algériens «un aperçu de ce qu'ils peuvent vivre en cas de forte augmentation des contaminations».
Cela étant, l'Aïd, c'est spécial en Algérie et on voit mal les citoyens sacrifier un pareil événement et rester terrés chez eux. Les bambins qui ont illuminé le premier jour de la fête avec leurs habits neufs et les jouets qu'ils tenaient à bout de bras ont, eux aussi, rappelé tout l'intérêt d'un Ramadhan qui aura été, certes difficile au plan financier, mais qui a montré qu'au final, la société reste très attachée aux traditions qui font la beauté de ces deux jours très particuliers de chacun.
Le mois sacré a certes, été compliqué cette année, mais beaucoup de citoyens rencontrés affirment déjà le regretter et nombre parmi eux affichent leur intention de jeûner les six prochains jours de «sabrine». Une manière de dire que ce qui gêne, ce n'est pas l'abstinence, mais les mauvaises conditions matérielles, l'absence d'organisation des autorités publiques et la prédation des spéculateurs. Mais disons-le clairement, pour les Algériens, tout cela est derrière eux et ils sont prêts à vivre autant de mois de Ramadhan difficiles, pour peu qu'ils puissent en apprécier les dimensions religieuse et festive. Mais aussi et surtout, se délecter d'un Aïd qui procure à tout le pays une espèce de bonheur collectif que chaque citoyen sait savourer, histoire de remplir ses batteries pour pouvoir affronter la vie quotidienne de l'après Aïd... En attendant l'autre grand rendez-vous, celui de l'Aïd El Adha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.