Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les indépendants chez Charfi
Elections législatives
Publié dans L'Expression le 18 - 05 - 2021

Entre la gestion du volet financement de la campagne électorale, et celle de l'enregistrement des listes électorales, l'Anie redouble d'efforts pour instaurer un climat de concertation et de dialogue, en vue de trouver les solutions adéquates à tous les cas de litiges. Il faut dire qu'en substance, le défi majeur est de faire barrage à l'introduction de l'argent sale dans le système électoral et rompre définitivement avec les anciennes pratiques. Une tâche qui s'avère des plus compliquées, du fait qu'elle implique l'application des nouvelles règles et la mise en place de nouveaux mécanismes qui pourraient susciter, en plus d'une résistance au changement, une incompréhension, voire une mauvaise interprétation des décisions prises par l'Autorité nationale indépendantes des élections. Le fait de voir des listes de partis rejetées par cette dernière, demeure un fait nouveau dans le processus électoral et annonce une rigueur, une fermeté qui ont longtemps fait défaut à la gestion du processus électoral, d'autant plus que ces décisions sont motivées par la recherche de l'origine des financements. À cet effet et après la rencontre avec les partis, le président de l'Anie, Mohamed Charfi s'est réuni, dimanche dernier, à Alger, avec les représentants des listes indépendantes. Au centre des discussions, s'impose à la lumière des derniers événements, l'impératif de débattre autour des solutions proposées pour aboutir à un consensus nécessaire, pour le bon déroulement de ces élections. Dans ce sens, Charfi a tenu à préciser que «le recours à l'ordre alphabétique des candidats visait à éloigner l'argent sale et mettre fin au phénomène d'achat de la place de tête de liste, soulignant l'engagement de l'Autorité à reconsidérer cette question à l'avenir, en trouvant une formule qui concilie l'effort visant à barrer la route à l'argent et la structure sociale de l'Algérie». Seule alternative pour contrer les pratiques mafieuses qui régnaient durant les dernières décennies, est de fournir à l'électeur un climat de confiance et de transparence à même de lui permettre de renouer avec l'acte de vote et de choisir ses représentants en toute liberté. Il y a lieu de souligner l'aspect positif d'une période d'adaptation et d'acclimatation avec les nouvelles règles, d'autant plus que ces dernières sont dictées par un système informatique affecté spécialement à cette tâche. Pour bon nombre d'observateurs, il est normal que les nouveaux paradigmes de gestion rencontrent de la friction au départ. Ce n'est que lors de la valorisation des actions qu'apparaîtront les résultats de cette vision. L'aspect inédit de ce rendez- vous électoral et l'importance des enjeux qui y sont engagés, imposent une approche efficiente et sans failles, à laquelle devraient s'ajouter, la prudence et l'ingéniosité de trouver un équilibre entre l'impératif d'apporter des réponses aux attentes des citoyens, et la réussite de la mise en oeuvre des outils efficaces pour le contrôle et la gestion des différentes étapes de l'organisation de ces élections. d'autre part, et devant l'urgence d'être fin prêt pour le jour, «J», l'Anie autant que tous le parti-cipants, devrait conjuguer ses efforts pour éviter d'engendrer des opportunités de manipulation pour les ennemis de la nation, qui sont à l'affût de la moindre faiblesse du système et n'hésiteraient pas à redéployer leurs forces pour compromettre ce rendez-vous électoral.
Par ailleurs, Charfi est revenu sur l'attribution du numéro d'identification des listes électorales soulignant que «les listes qui ne sont pas encore tranchées en raison du rejet de candidature de certains candidats pour différentes raisons ont obtenu des numéros d'identification temporaires, en attendant le sort des recours et le remplacement des candidats exclus».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.