Le Real remercie Varane pour son professionnalisme    Le montant évoqué pour son transfert fait peur à Haaland    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    Le Président limoge le ministre de la Défense    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    Les perspectives de la coopération commerciale algéro-américaine passées en revue    Tunisie : la 2e République à l'agonie et l'armée valeur refuge    28 morts et plus de 12 580 sinistrés suite aux fortes précipitations    L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Histoire du jour    2 morts et 4 blessés à Aïn-Séfra    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Cinq nouveaux sites culturels inscrits au Patrimoine mondial    Actuculte    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Université Oran 2 : Plus de 4500 nouveaux étudiants    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    A quelles nouveautés s'attendre ?    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Le président de la Société algérienne d'infectiologie: «Les mesures de confinement ne sont pas assez strictes»    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    Haniched remplace Dékimèche    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Sale temps pour les islamistes    Goudjil et Boughali ripostent    Du pain sur la planche pour les députés    L'Onra est née    Le virus redouble de férocité    Le professeur Mansouri emporté par la Covid    2021 : l'année de tous les dangers    Tebboune réitère son "niet"    Washington appuie l'approche d'Alger    Moi, Tonya à l'affiche    Sean Penn refuse de tourner sa nouvelle série    Vu à Mohammadia (Alger)    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ami et le collègue de 56 ans!
Hommage à Mayouf dit «Zoubir» Souissi
Publié dans L'Expression le 12 - 06 - 2021

Mon ancien voisin de la place «Bélisaire» (Placette «Eddiouana») à Tébessa, le boute-en train et camarade de classe, collègue aux quotidiens An Nasr et El Moudjahid qu'il a quittés pour aller vers l'aventure du privé, et fonder Le Soir D'Algérie, et ami de toujours, tu viens de nous quitter le 4 juin 2021 en Espagne, et nos souvenirs communs, resteront à jamais gravés dans ma mémoire pourtant, touchée par un méchant AVC dévastateur! Je m'y attendais depuis que je t'ai appelé alors que tu étais coincé en Espagne, à cause de la pandémie qui faisait rage au pays de Cervantes et que tu m'informais sur ton état de santé qui prenait un chemin difficile. Comme pour te calmer, je t'ai entretenu longuement sur mon AVC de 2016 qui stagnait et voyais tout le côté droit, complètement paralysé! Lorsque tu me demandais comment je m'y prenais pour écrire, je te rassurais en te répondant que j'ai appris à 75 ans à taper sur le micro-portable, histoire de continuer avec ma chronique judiciaire. Nous passâmes une heure à parler du passé de Tébessa, avec nos amis avec qui nous avions joué, longtemps à la «roue au fil de fer», aux billes, aux dominos, au foot, bien sûr, au «gendarme et au voleur», au «pile-face» et à tous les jeux instaurés dès 1949. Je citerai au passage, feu le moudjahid Med dit «Hammoudi» Bouzid, qui fit l'école buissonnière et prit le maquis dans les Aurès - El-Mamcha en 1957 (il avait à peine 14 ans), feu Mohamed Hardi, qui deviendra plus tard, le ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de feu Bélaïd Abdesslam et sera assassiné en 1975, Ali Zarrougui, feu Mokded dit «Med Kaouana» Mokhtar Saâdi et feu Ismaïl Kesri! Avec toute cette équipe, nous nous amusâmes mieux que des gamins liés d'une éternelle et forte amitié qui restera longtemps inébranlable. Même à Alger, nous étions voisins au Plateau des Annassers-Kouba, avec Djamel Saïfi, alors grand chef de rubrique à El Moudjahid, celui qui regroupait autour de feu Nouredine Nait Mazi, feu Mohamed Abderrahmani, Maâmar Farah, Ahmed Fattani, feu Farhat Cherkit, Kamel Oulmane, et ,autres feu Mahmoud Boussoussa, Omar Belhouchet, Ahmed Ancer ect... Nous avions vécu de grands moments grâce à une saine amitié qui fit de nous des frères, simplement, dispersés par le maktoub et surtout le devoir de participer à la reconstruction du pays! Notre plus beau souvenir fut les nombreuses couvertures de la révolution agraire et nous sillonnâmes, chacun de son côté, les steppes de Tébessa, Khenchela, M'sila, le sud de Médéa, Tiaret, Saida etc.... À Alger, tu me prias vainement, de changer d'accent, en laissant tomber celui de Tébessa, trop «chantonnant» et «féminisant» l'interlocuteur! Nous rigolions à chaque intervention des Tébessiens, mais nous rigolions encore plus devant ton accent... local, celui des Annassers-Kouba (Alger) que tu avais vite appris et adopté! Voilà, mon très cher ami et frère Mayouf, ou plutôt Zoubir Souissi, ce dont je me souviens de nos nombreuses années passées ensemble, depuis que Ami Mahmoud Souissi, ton regretté papa, le mécanicien- conducteur de trains muté de Constantine à Tébessa au début des années 40, ce qui te permit de grandir avec nous, les Tébessiens, les enfants des remparts «byzantins» et des monuments romains de l'Antique «Thevest»! Je terminerai ma vie avec le souvenir de Zoubir, le gamin qui aimait rire et jouer au rigolo, l'adolescent qui respectait ses camarades de classe, n'avait pour ses voisins que de la complicité, dans le rire, et devenait le réconfortant soutien, lorsqu'un malheur frappait ses amis ou leurs familles par sa connaissance déjà, de la vie quotidienne des Algériens qui évoluaient dans un environnement «policier» du côté de la place de la mairie mitoyenne du sinistre commissariat, avec des flics français comme les «Caramitchou», «Robert Fon» ou encore le «terrible-bourreau-Simon Touitou» qui adorait chasser les «bicots». Et là, Zoubir entretenait et répondait au flic dans un parfait français, qui laissait le «pied-noir «bouche-bée! Ainsi, était Mayouf Souissi, ainsi était Zoubir! Repose en paix, nous ne t'oublierons jamais!
Toutes nos sincères condoléances à ton fils Nazim et à toute la famille Souissi, que je salue avec émotion et consternation!
Qu'Allah puisse t'accueillir en Son Vaste Eden! A Allah, nous appartenons, à Lui, nous revenons!
Du camarade d'enfance au pan entier de mon âme, ton frère et ami, Abdellatif


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.