Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Biden publie une carte délimitant la RASD; Nouveau revers pour le Makhzen    Abominable Delta    Enseignements tunisiens    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    Baâdji passe à l'action    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    34 décès et 1.495 nouveaux cas en 24 heures    Le paiement électronique effectif    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    «Nous sommes dans l'attente de la réponse de Sayoud»    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ça traîne!
Mise en oeuvre du Plan de relance économique
Publié dans L'Expression le 17 - 06 - 2021


L'Algérie a, en théorie, posé les jalons d'un nouveau modèle de croissance économique qui doit progressivement l'affranchir de la rente pétrolière. Cela fait déjà près d'une année. Un laps de temps suffisant pour faire un premier bilan. Où en est-on? 1/3, seulement, des recommandations de la «Conférence nationale sur le plan de relance pour une économie nouvelle» tenue en août 2020 a été réalisé, selon un second rapport d'évaluation du Cnese. «Seulement 32% des actions à court terme ont été achevées et 9% des actions entamées dont le délai de réalisation a expiré» indique le document du Conseil national économique, social et environnemental, qui retrace l'évaluation des contributions des secteurs ayant participé aux réunions de suivi qu'il a organisées du 19 au 23 mai dernier. 31% des actions répertoriées (dans le cadre de ce plan) sont considérées comme des actions à court terme impliquant une mise en oeuvre allant jusqu'au 31 décembre 2021, notent les rédacteurs du document qui relèvent qu'en ce qui concerne ces actions qualifiées d'urgentes, «seulement 47% des actions ont été achevées et 40% des actions sont en cours de réalisation». Les experts du Cnese soulignent, par ailleurs, que les secteurs productifs sont représentés par 40% des actions issues de la Conférence, alors que les 60% restantes sont partagées entre les autres secteurs, à savoir les secteurs de régulation (25%), les secteurs socio-économiques (19%) et les secteurs d'appui aux activités productives (16%). Un constat qui indique que l'on n'est pas sorti de l'auberge car il faut en effet composer aussi avec des lenteurs bureaucratiques qui contrarient significativement la mise en oeuvre d'un nouveau modèle de croissance qui doit permettre de gagner cette «mère des batailles»: la réduction de la dépendance du pays à son gaz et à son pétrole. Des objectifs précis ont été tracés au gouvernement lors de la tripartite qui s'est tenue les 18 et 19 août 2020 et qui a fait la part belle aux opérateurs économiques. Cet attelage qui doit opérer en symbiose n'a pas le droit à l'erreur. Il y va de l'avenir du pays. Il doit bénéficier d'un atout majeur pour ne pas rater ce rendez-vous avec le développement, celui qui aura pour socle la création des richesses, maintes fois promis, raté ou carrément volontairement reporté. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait chargé le Conseil national économique et social (Cnes) d'assurer le rôle de médiateur entre le gouvernement et les opérateurs économiques, en s'érigeant en cellule de veille pour le suivi de la mise en oeuvre des recommandations de la Conférence nationale sur la relance socio-économique. Les décisions qui ont été prises ne doivent pas «rester de simples écrits», avait prévenu Abdelmadjid Tebboune. Il ne pouvait trouver meilleur «vigile» que le Cnes pour leur concrétisation. «La vision du Cnes repose sur quatre principaux axes, à savoir: la création d'entreprises à dimension sociale et de service, la réalisation de la stabilité fonctionnelle, le repositionnement de certaines industries stratégiques et l'investissement social comme vecteur de développement» avait déclaré, le 6 juillet 2020, son président, Rédha Tir lors de l'émission «Dhif Essabah» de la Chaîne 1. Le 10 juin dernier, le successeur de feu Mohamed Seghir Babès a remis au président de la République, Abdelmadjid Tebboune, un rapport portant sur le suivi de la mise en oeuvre des recommandations issues de la conférence nationale sur la relance économique, tenue les 18 et 19 août 2020. Un évènement qui a été organisé autour de 11 ateliers: le développement agricole, le développement industriel, développement minier, développement des ressources énergétiques, financement du développement, comment faciliter l'investissement, micro-entreprises et start-up, développement des secteurs de soutien, maitrise du commerce extérieur, industrie pharmaceutique, filière Btph. Le document du Cnese indique que le prochain gouvernement aura du pain sur la planche.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.