LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Europe en chansons et sans visa!
21e Festival culturel européen
Publié dans L'Expression le 23 - 06 - 2021

Le Théâtre National Algérien Mahieddine Bachtarzi abritera à partir du 24 juin prochain la 21 eme édition du festival européen qui s'étalera jusqu'au 2 juillet. Un événement qui revient cette année, après un an d'interruption suite à la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus. Il sera animé par une pléiade d'artistes et d'ensembles algériens de musique qui revisiteront le patrimoine musical algérien, mais aussi européen, dans le strict respect des mesures de prévention sanitaire contre la propagation du coronavirus. Placée sous le thème «L'Algérie chante l'Europe», le festival comprendra prés de dix concerts de musique qui seront donnés par des artistes et ensembles algériens qui représentent au total 14 pays d'Europe. Pour en savoir plus et dérouler le programme en détail, un point de presse a été animé lundi matin au TNA et ce, conjointement par Wissem Mousli, gestionnaire des politiques culturelles à la délégation de l'Union européenne en Algérie ainsi que par monsieur l'ambassadeur de l'UE, Son Excellence John O'Rourke et enfin par le directeur artistique du festival, le maestro Amine Kouider. Pour les organisateurs, l'évènement se veut être une «opportunité de promotion du dialogue, de la pluralité et de la diversité culturelle entre l'Algérie et les pays de l'Union européenne et un «soutien au monde artistique ayant été sévèrement touché par la pandémie du coronavirus. Ces concerts proposent de revisiter la musique algérienne tout en abordant le patrimoine musical européen à travers des représentations qui seront diversifiées combinant une large palette de genres musicaux. Une belle preuve d'amitié algéro-européenne dont je me réjouis» dira l'ambassadeur John O'Rourke
Amitié algéro-européenne
Et de souligner encore: «Je me réjouis d'avoir apporté ma petite pierre à l'édifice dans la promotion et le renforcement du dialogue interculturel...» Pour sa part Amine Kouider présentera sa vision artistique du festival, affirmant qu'il s'inscrit «dans le cadre de ce dialogue des cultures auquel je veille personnellement en étant représentant de la paix auprès de l'Unesco depuis des années. C'est l'occasion pour moi de consolider cet échange qui est aujourd'hui plus qu'important et nécessaire d'autant plus que le monde artistique a été touché par la pandémie, comme tout le monde et plus particulièrement les artistes. La vision artistique de ce festival est celle de la diversité de la culture algérienne. Car j'ai tendance à dire qu'en Algérie, on n'a pas une musique, mais des musiques qui créent l'identité très riche et variée de notre culture algérienne. D'où le choix de tout ces artistes qui vont se produire et qui représentent toutes les régions d'Algérie par leur diversité de couleur sonore, de rythme, et bien entendu aussi du monde professionnel des musiciens algériens. Par cette édition particulière, ils vont présenter deux, voire trois titres de chansons européennes qu'eux- mêmes vont choisir. Ces musiques européennes seront chantées, jouées selon la particularité de la tradition algérienne avec des instruments algériens... Un orchestre sera formé aussi, celui de la diversité et du dialogue culturel. Il sera notamment chanté l'hymne à la joie de Beethoven avec un orchestre moderne de musiciens. Cet hymne sera chanté aussi en arabe avec un des instruments de musique algériens mais aussi des rythmes et des modes qui sont algériens. Il y aura aussi des concerts de musique symphonique qui représentent l'universalité de notre culture avec des programmes qui seront très diversifiés.»
Ainsi, le festival sera marqué par des prestations musicales diversifiées, alliant plusieurs genres comme le raï, le rock, folklore kabyle et la musique classique universelle et andalouse. La cérémonie d'ouverture de cette édition sera animée le 24 juin par le groupe «Raina Rai», représentant ainsi la délégation de l'Union européenne, alors que la troupe «Ahellil Baba», la chanteuse du genre andalou Lamia Ait Amara, animeront les soirée du 25 juin en représentant l'Allemagne et la Grèce.
Un dialogue des cultures
Le lendemain, c'est au tour de l'Autriche qui proposera un quatuor viennois, alors que l'Espagne sera représentée par l'Orchestre symphonique de l'opéra d'Alger dans le genre classique.
La chanteuse du genre andalou Zakia Kara Terki, représentera pour sa part la Hongrie alors que le groupe de musique chaouie «Iwal», Malte.
L'Orchestre polyphonique de Salim Dada, pour sa part, représentera l'Italie alors que le collectif de Fado et Bossa Nova, «Hind and Algerio» représentera le Portugal le lundi 28 juin. L'Orchestre polyphonique «Acima», représentera pour sa part la Pologne et la République tchèque dans le cadre d'un concert qui sera animé le mardi 29 juin. Le groupe, «Garage Band» évoluant dans la pop, rock et musique kabyle représentera à la fois la Suède et le Danemark. Il est programmé pour le mardi 30 juin. «Dimastand» prendra également part à ce festival le jeudi premier juillet en représentant la France et les pays-Bas. Enfin, la clôture du festival sera marquée par la représentation de l'orchestre de «Jeunes talents». Ce dernier a été retenu pour animer la cérémonie de clôture, au nom de la délégation de l'Union européenne, et ce le vendredi 2 juillet. À noter que le jeune Fayçal Bellatar entretiendra chaque soir la rubrique «De la parole, jaillit la lumière», avec de la poésie ce, avant l'entame de chaque spectacle.
Salim Dada en force
Prenant la parole, la directrice de l'institut culturel italien déroulera en détail le programme musical affirmant: «On a décidé d'inviter des artistes algériens qui vont interpeller la musique algérienne qui est très diverse et interpréter aussi la diversité de la musique européenne. L'Italie est très heureuse d'être associée au nom de Salim Dada que tout le monde connait. C'est un compositeur très prolifique. Il a écrit plus de 130 oeuvres symphoniques, entre musiques de chambre et musique pour films. C'est un artiste, un chercheur et musicologue, chef d'orchestre passionné qui a aussi créé un ensemble qui s'appelle l'Orchestre des jeunes d'Algérie. Il vient aussi de recevoir une distinction très importante, à savoir la distinction d'officier de l'ordre d'étoile d'Italie qui est décernée par le président de la République italien sur proposition du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale. Elle lui a été remise par l'ambassadeur d'Italie en Algérie en reconnaissance de ses mérite et contribution à la promotion de la l'amitié entre l'Algérie et l'Italie. Il a étude en Italie la direction d'orchestre au conservatoire de Turin grâce à une bourse d'études. Après, il a créé plusieurs oeuvres musicales...» Et de relever: «Le 28 juin Salim Dada nous proposera un hommage à un des maestros les plus importants du monde de l'écriture de bande sonore qui nous a quittés l'année dernière malheureusement. C'est le maestro Ennio Morricone, connu comme un artiste universel.» Et de renchérir: «Côté algérien, Salim Dada proposera une création musicale intitulée Waslat El ashwaq 2. Une suite musicale et vocale composée à l'origine pour un ensemble traditionnel, qui sera jouée pour l'occasion. Elle a été totalement réécrite. Cette oeuvre a l'ambition de combler un vide d'au moins deux siècles parce que cette suite propose une approche créative de la composition de la nouba originale. Il s'agit d'un retour aux sources.
La poésie va reconquérir son élan soufi et les chants leurs origines arabes, les formes instrumentales vont récupérer leur ancrage perso-ottoman, les rythmes vont se mélanger à la prosodie arabe classique.. L'intimité de l'ensemble musical arabe va dialoguer avec son alter-égo occidental moderne... Il sera très intéressant de voir et d'écouter cette récriture par Salim Dada des compostions traditionnelles. Salim Dada se produira avec sa guitare, qui est son instrument de prédilection. L'ensemble sera composé du oud, un choeur masculin, le violon arabe, piano, contrebasse et percussion traditionnelle. Il proposera une intrumentation hybride.»
Rappelons qu'un protocole sanitaire a été mis en place afin d'assurer le respect des mesures de prévention, assurent les organisateurs qui soulignent l'impératif du port du masque et celui de se soumettre au contrôle de la température à l'entrée, précisant que le tarif d'entrée est fixé à 300,00 DA par personne et que «seule la moitié» des sièges seront occupés durant les concerts, interdits aux enfants de moins de 12 ans. Les concerts seront diffusés sur la chaine télé El Djazairiya One.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.