LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne
Publié dans El Watan le 22 - 06 - 2021

Le Festival européen est de retour après une trêve forcée, qui aura duré une année, due à la crise sanitaire. Il s'intitule «L'Algérie chante l'Europe».Une célébration du Vieux Continent exclusivement par des artistes algériens. Une conférence de presse a été organisée, à cet effet, lundi matin, au Théâtre national algérien à Alger.
Cette 21e édition, sous les auspices de la Délégation de l'Union européenne en Algérie, avec le concours agissant des différents instituts et services culturels des Etats membres, est placée sous le signe de l'amitié algéro-européenne, placée sous le signe de l'amitié algéro-européenne, se déroulera du 24 juin au 2 juillet 2021, au Théâtre national algérien.
Dans son allocution présentant la 21e édition, M. John O'Rourke, ambassadeur et chef de délégation de l'Union européenne (UE) en Algérie déclarera : «La 21e édition du Festival européen est une vitrine de la culture européenne, un espace pour la promotion de la pluralité culturelle. Après une absence d'une année impactée par la pandémie de la Covid-19, nous revenons avec un nouveau format. Le Festival européen se veut être un soutien, un échange avec les artistes et la diversité culturelle algérienne. Ainsi, ce sont exclusivement des artistes algériens qui se produiront lors de ce rendez-vous annuel.
Et ils célébreront l'Europe à leur manière à travers les multiples genres et rythmes musicaux algériens. Comme les connexions aériennes sont très difficiles (les artistes européens seront absents). Nous sommes fiers de voir participer des artistes tels que le groupe Raïna Raï, la chanteuse de musique arabo-andalouse Zakia Kara Terki...
Une image d'une belle amitié algéro-européenne. Je tiens à remercier le ministère de la Culture (algérien) et tous ceux qui ont contribué à cet événement. Ce festival revêt un caractère particulier. Je me réjouis d'avoir apporté ma pierre à l'édification culturelle entre les deux rives. Je vous souhaite un bon festival...».
Le maestro Amine Kouider, fondateur et DG de AK Académie Internationale de Musique et de Danse, la toute première du genre car privée, ambassadeur de bonne volonté, de la paix pour l'Unesco, œuvrant pour le dialogue interculturel, participera activement au Festival européen, à titre de chef d'orchestre dirigeant l'orchestre de l'Académie Internationale de Musique, et de directeur artistique de la 21e Festival européen, étayera : «Oeuvrant pour le dialogue des cultures et en tant qu'ambassadeur de paix auprès de l'Unesco, je trouve ce festival très beau. J'ai une pensée pour les artistes européens qui n'ont pas pu venir (crise sanitaire). ''L'Algérie qui chante l'Europe'' est représentatif de la richesse et diversité culturelle de l'Algérie.
Ces artistes représentent le monde culturel, professionnel et de la musique. Ils interprèteront trois titres de chansons issus du répertoire européen de leur choix. Tout en introduisant leur touche algérienne, variée et éclectique».
La clôture du Festival européen sera marquée par le passage d'un orchestre de dix jeunes musiciens reprenant par exemple L'Hymne à la joie (l'Ode à la joie appelée également Hymne à la joie est un poème de Friedrich Von Schiller écrit en 1785. Il est surtout connu comme finale du quatrième et dernier mouvement de la 9e Symphonie de Beethoven, devenu l'hymne officiel de l'Union européenne.
Dialogue des cultures
«Ce sera un bel échange. Cet événement, le Festival européen, est une occasion pour privilégier et consolider le dialogue pluridisciplinaire et la diversité dans le cadre de l'échange culturel entre l'Union européenne et l'Algérie. Sans nul doute, le Festival européen est concurrentiel et un soutien au monde artistique éprouvé par la pandémie de la Covid-19. C'est aussi un rendez-vous important entrant dans le cadre du dialogue culturel dans toute sa diversité...
En effet, le thème de cette 21e édition du Festival européen ''L'Algérie chante l'Europe'' est une confirmation de l'Algérie ayant toujours été investie dans l'espace euro-méditerranéen, et ce, à travers ses participations culturelles et créations méritant toute considération et intérêt...Je suis heureux de voir l'inclusion de tous les genres musicaux dont l'Algérie est fière de figurer au programme de cette édition. On trouve le raï, le folklore, le kabyle, la musique classique... Toute la diversité culturelle. C'est une fierté...».
Présente à la conférence de presse, la directrice de l'Institut italien à Alger, Mme Antonia Grande, enthousiaste, dira : «Le choix du TNA pour accueillir cette manifestation est excellent. Il représente et porte un nom historique de la culture algérienne, Mahieddine Bachtarzi.
C'est un nouveau début après une année d'absence. Des artistes algériens vont interpréter des œuvres musicales diverses et variées. Le musicien Salim Dada rendra hommage à Ennio Morricone et proposera une création musicale musicale Wasla...
La directrice de l'Institut Cervantes (espagnol), Mme Rivas Agundez Sandra, indiquera qu'elle a tout de suite adhéré à cette idée «L'Algérie chante l'Europe». Et qu'elle a opté pour une fusion musicale classique algéro-espagnole avec la participation du jeune et talentueux Lotfi Saïdi, dirigeant l'Orchestre symphonique d'Alger, et rendant hommage à ses aînés, Rachid Saouli et Abdelwaheb Salim.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.