Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Biden publie une carte délimitant la RASD; Nouveau revers pour le Makhzen    Abominable Delta    Enseignements tunisiens    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    Baâdji passe à l'action    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    34 décès et 1.495 nouveaux cas en 24 heures    Le paiement électronique effectif    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    «Nous sommes dans l'attente de la réponse de Sayoud»    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le «Phare marin» ne sera pas démoli
Mostaganem
Publié dans L'Expression le 24 - 06 - 2021

Les services de la wilaya de Mostaganem ont démenti hier, dimanche, les informations colportées dernièrement, selon lesquelles le site historique «Phare marin» aurait été démoli, a-t-on appris de la cellule de communication de ces services.
Un communiqué de cette cellule de communication, dont une copie a été remise à la presse, indique, en effet, que le wali de Mostaganem, Aïssa Boulahia «dément catégoriquement» tout ce qui a été colporté ces derniers jours, concernant une «prétendue démolition» de ce site historique sis au niveau du quartier «Plateau» de Mostaganem, ville côtière de l'ouest du pays, et la construction en son endroit d'une cité immobilière d'habitation.«En concertation avec le ministère de tutelle, les autorités locales n'épargneront aucun effort pour prendre des initiatives pour mobiliser les sommes nécessaires pour la réhabilitation et la rénovation de tous les monuments historiques et archéologiques de la ville de Mostaganem, qui sont autant de témoins sur la dimension civilisationnelle de cette région et ses affluents culturels authentiques», souligne le communiqué de la wilaya.
Des publications appelant à «ne pas démanteler cet édifice», sis au niveau d'une colline surplombant le port commercial et «ne pas le transformer en terrain d'assiette pour des immeubles d'habitation», ont été diffusées le long du week-end dernier sur les réseaux sociaux.
Cet appel n'est pas resté sans écho puisque des rassemblements de protestation des citoyens au quartier dit du «Plateau marine» ont eu lieu sur place.
Le phare de Cap IVI, ainsi appelé lors de la colonisation de l'Algérie, se situe au nord-nord-est du port de Mostaganem. Sa rapide extension se fera sous l'oeil vigilant d'un phare probablement érigé dès le lancement du tout premier abri. Lorsque le port aura sa configuration actuelle, ce premier phare sera totalement abandonné au profit de ceux balisant l'entrée du port.
Rares sont les habitants de Mostaganem qui connaissent l'histoire de ce vieux phare délabré et totalement livré aux oiseaux marins qui n'hésitent pas à venir régulièrement s'y reposer. Erigé sur un rocher surplombant le port, il constitue une vieille relique dont on a du mal à se séparer. La maison du gardien, construite bien plus tard, continue d'abriter une famille qui, sans le savoir, aura permis à cet édifice rudimentaire d'échapper à l'usure du temps et des hommes.
Ce petit joyau n'aura pas échappé au pinceau alerte du miniaturiste Hachemi Ameur, qui l'immortalisera en une superbe peinture exécutée en de chatoyantes couleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.