La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    UEFA-FIFA : L'Europe dit non à une Coupe du monde tous les 2 ans    La scène médiatique en deuil    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    La pointure du monde    À quand le vrai bonheur?    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les raisons du processus inflationniste    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Le FFS contre-attaque    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Vers une hausse des salaires    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!
Publié dans L'Expression le 24 - 07 - 2021

Pour répondre à la curiosité d'un vieux lecteur, à propos de l'utilisation d'un tribunal éloigné, du lieu de l'infraction, le wali de Tipaza, par exemple jugé par celui d'Alger, disons simplement que ici, les responsables ont fait jouer le fameux et règlementaire concept du «privilège de juridiction», qui veut que des inculpés bossant dans la circonspection, ne peuvent être entendus et jugés par les magistrats de cette même juridiction! Cela rappelle étrangement les poursuites engagées par deux officiers de police «ripoux», qui seront condamnés plus tard, à une peine de 2 ans fermes pour «corruption» par la section pénale de Bab El Oued (cour d'Alger). Il faut vite préciser que les peines des policiers «ripoux», ont été doublées car il s'agissait de deux officiers de police, passibles de l'article 25 de la loi sur «la prévention et la lutte contre la corruption»!
Les poursuites contre les deux officiers indélicats virent les magistrats du tribunal d'Hussein Dey du temps de l'intègre président Mansour Ouchen, de la sublime Nadia Amirouche, Bahia Allalou-Tebbi (qui a exercé 19 ans de suite au tribunal d'Hussein Dey) et Yamina Ammi, les présidentes des sections pénales, et des magistrats de la 1ère chambre correctionnelle de la cour d'Alger, relaxer le policier inculpé de «coups et blessures volontaires», alors que la victime n'a jamais été battue ni malmenée ni connu les moindres sévices! Des magistrats qui sont en train, nous dit-on, de «fuir» le secteur, pour des raisons qui leur sont propres! Entre les nouvelles, il y a les vraies informations et l'intox. Nous refusons de les donner toutes les deux! Peu importe que sur plus de 6000 magistrats, près d'une douzaine se soit rendue, au chômage forcé, certains d'entre eux à l'...étranger, avec armes et bagages. L'important, c'est que l'appareil judiciaire fonctionne normalement.
Il fonctionne surtout à Alger, la vitrine du pays, et là où seront jugés les dernières «recrues» des juges d'instruction! L'arrivée du nouveau ministre de la Justice ne va rien changer à la donne, puisque l'appareil est le même en place, depuis 2019, date de l'entrée des auditions de hauts dignitaires par les juges d'instruction, entre autres, une entrée dans le monde de la corruption, comme celle «d'un éléphant dans une boutique de porcelaine»! Il y a autre chose à voir pour la magistrature et les magistrats pas du tout rassurés sur leur avenir! «Quel avenir pour un magistrat qui attend, inquiet quant à un prochain et incertain «mouvement» effectué selon l'humeur de l'intègre et compétent nouveau ministre de la Justice, néanmoins, inconnu des jeunes?» s'est écrié un juge du siège qui se dit «pessimiste quant aux intentions de Abderrachid Tebbi, le nouveau ministre de la Justice, dont on ne sait pas grand-chose sur ses relations avec Zeghmati, le ministre partant, qui a laissé sur le terrain, ses «hommes», qui ne sont pas tous des «anges»! Comment va se comporter Tebbi? Va - t -il procéder à un profond changement ou continuer à faire confiance aux jeunes aux dents longues, et sans doute intègres? Va-t-il placer des magistrats «aux ordres» ou bien de vrais juges du siège surtout, car les parquetiers, eux, qui ne dépendent que de l'Exécutif, ont droit à l'erreur! Champion, serait celui qui pourrait nous fixer sur les intentions de Abderrachid Tebbi, ce sacré nouveau ministre qui pourrait avoir dans son sac, plus d'un (bon)... tour!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.