La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    UEFA-FIFA : L'Europe dit non à une Coupe du monde tous les 2 ans    La scène médiatique en deuil    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    La pointure du monde    À quand le vrai bonheur?    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les raisons du processus inflationniste    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Le FFS contre-attaque    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Vers une hausse des salaires    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste
Liste du Patrimoine mondial en péril
Publié dans L'Expression le 25 - 07 - 2021

La «Cité des Doges» a évité de justesse son inscription sur cette liste. C'était moins une. Alors que Venise était en passe d'entrer sur la liste de l'Unesco du Patrimoine mondial en péril, la cité flottante a échappé in extremis jeudi à cette inscription.
L'Italie va devoir rendre des comptes
La raison? L'interdiction prononcée par l'Italie de laisser pénétrer des grands navires de croisière au coeur de la lagune. Le décret pris en Conseil des ministres à Rome le 13 juillet, indique que le transit des «mastodontes de mer» dans le centre historique de Venise appartient au passé. C'est après avoir reçu cette «information de dernière minute» que le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco réuni à Fuzhou, en Chine, a finalement décidé de ne pas inscrire Venise sur la liste du Patrimoine mondial en péril, malgré des réserves de la Norvège.
Le comité donne jusqu'au 1er décembre 2022 aux autorités italiennes pour rendre de nouveau compte des efforts réalisés afin de préserver l'écosystème et le patrimoine historique exceptionnels de la Sérénissime. Car l'Unesco n'a pas signé un chèque en blanc à l'Italie: Rome devra «élaborer une proposition et un ensemble de mesures correctives, avec un calendrier de mise en oeuvre» avant la 46e réunion du comité en 2023, met en garde le texte final.
L'Italie devra, par ailleurs, présenter «un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien avant le 1er décembre 2022».
Fin des bateaux de plus de 180 mètres de long
Le décret entre en vigueur le 1er août. A partir de cette date seront interdits d'entrer dans le bassin de Saint-Marc, le canal de Saint-Marc et le canal de la Giudecca les bateaux de plus de 25.000 tonnes de jauge brute, de plus de 180 mètres de long, de 35 mètres de tirant d'air, ou dont les émissions contiennent plus de 0,1% de soufre. Ils devront s'amarrer dans le port industriel de Marghera, où des aménagements seront réalisés, tandis que les navires de croisière plus petits (environ 200 passagers) pourront continuer à accoster au coeur de la ville.
Le ministre italien de la Culture et du Patrimoine, Dario Franceschini, s'est félicité de la décision du comité. Mais «l'attention du monde sur Venise doit rester forte», a-t-il prévenu, appelant au «développement durable de ce bien unique». L'ONG Europa Nostra a salué un «pas dans la bonne direction» jeudi lors de la réunion du comité en visioconférence. «Mais les grands navires devraient complètement quitter la lagune», a regretté sa porte-parole, Sneska Quaedvlieg-Mihailovic.
La liste du patrimoine en péril n'est pas «une punition»
Les défenseurs de l'environnement et du patrimoine culturel accusent les grosses vagues engendrées par les plus grands navires, longs de plusieurs centaines de mètres et hauts de plusieurs étages, d'éroder les fondations de la Sérénissime, et de menacer le fragile écosystème de sa lagune.
Le débat avait été relancé le mois dernier avec le retour des croisières après des mois de pandémie qui avaient rendu aux Vénitiens calme et air pur, tout en les privant d'importants revenus. Et la perspective d'un classement au nombre de sites menacés a clairement précipité le calendrier politique.
L'inscription sur la liste du patrimoine en péril n'est pas «une punition», assure l'Unesco, même si elle peut être perçue «comme un déshonneur». Surtout, si rien n'est fait à terme, le site peut être retiré de la liste du patrimoine mondial, sur laquelle figure Venise depuis 1987.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.