5 aliments anti-inflammatoires qu'il faut consommer    Besiktas : Rachid Ghezzal passeur décisif face à Adana Demirspor (Vidéo)    Liga : Falcao décisif avec l'Athletic Bilbao (Vidéo)    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Amar Belani dénonce les «mensonges» de l'ambassadeur du Maroc à Genève    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Quel avenir pour les entreprises publiques ?    MC Oran: L'ère Aït Djdoudi commence    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    UNE ORGANISATION MONDIALE VIRTUELLE    Santé: Les dépenses de soins jugées trop élevées    Intense activité pour Lamamra à New York    Biden et Xi livrent leur vision à l'ONU    Le Parlement accorde sa confiance au nouveau gouvernement    16 décès et 182 nouveaux cas    Des partis politiques à la traine    Les promesses d'un conclave    un conseil national du tourisme?    Les fondements d'un nouveau mode économique loin de la rente pétrolière    Koeman tire sur ses joueurs    Coup de pression de la justice espagnole    Pochettino s'est expliqué avec Messi    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Le retour du FFS    Un scrutin plus coloré    220.000 élèves au rendez-vous    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des tablettes à l'école pour alléger les cartables    Inondations et routes bloquées    Parution de la version anglaise    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Les Nuits du théâtre    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Wagner brouille les cartes au Mali    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    L'opposition crie à la fraude    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Australie évite la liste des sites en péril
Grande Barrière de corail
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 07 - 2021

L'Australie a évité vendredi que l'Unesco inscrive la Grande Barrière de corail sur sa liste des sites du Patrimoine mondial en péril, malgré l'inquiétude de la communauté scientifique sur la dégradation de cet écosystème unique.
Le Comité du patrimoine mondial a décidé de reporter une telle décision, après un lobbying intense de l'Australie qui y était opposée.
Il est actuellement réuni en ligne sous la présidence depuis Fuzhou (Chine) de Tian Xuejun, vice-ministre chinois de l'Education et président de la Commission nationale chinoise pour l'Unesco.
«J'aimerais remercier sincèrement les éminents délégués pour avoir reconnu l'engagement de l'Australie envers la protection de la Grande Barrière de corail», a déclaré au Comité la ministre australienne de l'Environnement, Sussan Ley, selon un communiqué.
Les membres du Comité, dont la Chine, la Russie ou l'Arabie Saoudite, ont estimé que l'Australie devait se voir donner plus de temps pour faire le point sur ses efforts de conservation de la Grande Barrière, inscrite en 1981 au Patrimoine mondial.
Ils ont également demandé à l'Unesco d'envoyer une mission d'évaluation sur le site, après les critiques de Canberra reprochant à l'organisation de se reposer sur des rapports existants pour faire ses recommandations. L'agence des Nations-Unies avait publié en juin les préconisations de ses experts et organismes consultatifs suggérant que cet écosystème soit rangé sur la liste des sites «en péril» du fait de sa détérioration, pour beaucoup due à la récurrence des épisodes de blanchissement des coraux, conséquence des bouleversements climatiques.
Détérioration significative
Tim Badman, directeur du Programme du Patrimoine mondial à l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), a estimé que la Grande Barrière remplissait «sans ambiguïté» les critères pour figurer sur la liste des sites en péril.
«Malgré les efforts majeurs effectués par l'Etat partie, le statut de valeur universelle inestimable de la Grande Barrière de corail et les perspectives de rétablissement se sont tous deux détériorés de manière significative», a-t-il dit.
Pour David Ritter, directeur de la branche Australie Pacifique de l'organisation de défense de l'environnement Greenpeace, la décision de l'Unesco représente une «victoire pour l'un des lobbyings les plus cyniques de l'histoire récente».
«Ce n'est pas un succès, c'est un jour d'infamie pour le gouvernement australien», a-t-il estimé.
Une telle inscription n'est pas considérée comme une sanction par l'Unesco. Certains pays y voient même un moyen de sensibiliser la communauté internationale et de contribuer à la sauvegarde de leur patrimoine.
Mais l'Australie percevait cette éventualité comme une gifle, redoutant que cela n'entame l'attrait touristique de l'ensemble corallien qui s'étend sur 2 300 km et génère 4,8 milliards de dollars de revenus pour le secteur touristique australien.
Mme Ley s'était rendue à Paris plus tôt en juillet pour faire campagne auprès des pays siégeant au Comité. Canberra était allé jusqu'à emmener des ambassadeurs plonger sur la Grande Barrière et 12 des 21 Etats membres du Comité avaient proposé de reporter la décision à 2023.
En 2015, l'Australie avait déjà obtenu un sursis au terme d'une campagne de lobbying similaire et en promettant des milliards de dollars d'investissements pour protéger les récifs.
Mais depuis lors, l'ensemble a durement souffert du fait de trois épisodes très graves de blanchissement des coraux.
Le blanchissement est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration. Il est provoqué par la hausse de la température de l'eau conséquence du réchauffement climatique, qui entraîne l'expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur vive.
Les scientifiques du gouvernement australien ont affirmé que de nombreux récifs montraient des signes de rétablissement ces derniers temps, tout en reconnaissant que les perspectives d'avenir pour l'ensemble corallien étaient très mauvaises.
«Couronne d'épines»
Deux tiers de la Grande Barrière sont estimés comme ayant souffert d'une manière ou d'une autre. Outre le réchauffement ou les cyclones, elle est menacée par les activités industrielles ou agricoles ou encore par l'acanthaster pourpre, une étoile de mer invasive.
L'acanthaster planci - surnommée «couronne d'épines» ou plus facétieusement «coussin de belle-mère» - se nourrit presque exclusivement de coraux, peut atteindre un mètre de diamètre et est dotée de piquants dont le venin est toxique pour l'homme.
Dans ses recommandations, l'Unesco accusait l'Australie de n'avoir pas atteint ses objectifs en termes de qualité de l'eau et s'en prenait au mauvais bilan australien en matière climatique.
Le gouvernement conservateur australien essuie des critiques croissantes pour ne pas s'être fixé l'objectif de la neutralité carbone à l'horizon 2050. Le Premier ministre Scott Morrison avait affirmé que le pays espérait l'atteindre «dès que possible». L'Australie est l'un des principaux exportateurs mondiaux de charbon et de gaz naturel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.